Trump confirme les revendications Q et la panique de la Cabale sur la déclassification de la FISA

6
9354

Donald Trump a publié un tweet en deux parties le vendredi 21 septembre, qui a confirmé qu’il discutait avec ses principaux alliés américains de la publication de versions non expurgées d’une demande déposée en juin 2017 par le Foreign Intelligence Surveillance (FISA) Court afin de renouveler un permis permettant à la communauté du renseignement américain de surveiller des individus associés au gouvernement Trump et à sa campagne présidentielle 2016. Le tweet suivait les messages de Q du 19 septembre qui décrivaient la panique parmi les principaux alliés américains liée à la publication de l’application FISA non expurgée.

Loading...

L’aveu de M. Trump fait suite à la directive présidentielle qu’il a émise le 17 septembre et qui ordonnait au ministère de la Justice et au bureau du directeur du renseignement national de déclassifier et de publier une vingtaine de pages de la demande de la Cour FISA sans expurgation. Auparavant, la demande était rendue publique sous une forme fortement expurgée, soi-disant pour protéger la sécurité nationale.

Cependant, il s’est rapidement avéré que les expurgations n’avaient rien à voir avec la sécurité nationale. Ils étaient plutôt destinés à éviter que les responsables de la cabale et les principaux alliés américains ne soient exposés et embarrassés par l’utilisation du dossier Steele pour justifier l’espionnage de la campagne de Trump. Greg Jarrett, analyste de Fox News, écrit :

“En juillet, une partie importante des demandes de mandats d’écoute électronique présentées à la Cour de surveillance du renseignement étranger ont été déclassifiées. Il s’avère qu’aucune source ou méthode vitale n’a été révélée d’une manière qui mette en péril la sécurité nationale ou les techniques d’enquête secrètes du FBI. Au lieu de cela, nous avons appris qu’une grande partie de la demande d’espionnage d’un associé de la campagne Trump, Carter Page, était basée sur un ” dossier ” non vérifié, financé par la campagne d’Hillary Clinton et composé par un espion britannique, Christopher Steele, qui a été renvoyé par le FBI pour mensonge.

Les préoccupations de la Grande-Bretagne et de l’Australie, en particulier, sont que la version non expurgée montrera comment eux-mêmes et d’autres alliés clés des États-Unis ont participé à l’élaboration et à la distribution du dossier non vérifié dans le cadre de l’accord Five Eyes entre les États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Q a déjà décrit comment l’accord Five Eyes a fourni un mécanisme permettant aux représentants de la cabale des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Australie et d’autres pays de Five Eyes de s’entendre pour fabriquer le dossier Steele comme une ” police d’assurance ” au cas où Trump gagnerait l’élection.

Un courriel incriminant daté du 15 août 2016, envoyé par l’agent de contre-espionnage du FBI Peter Strzok à une conseillère juridique du FBI, Lisa Page, a révélé qu’il faisait partie d’un stratagème de la cabale visant à concocter une “police d’assurance” au cas où Trump remporterait les élections – le dossier Steele était son élément vital :

“Je veux croire la voie que vous avez tracée dans le bureau d’Andy, à savoir qu’il n’y a aucune chance qu’il soit élu, mais je crains que nous ne puissions prendre ce risque. C’est comme une police d’assurance dans le cas peu probable où vous mourriez avant d’avoir 40 ans…..”

Comme le révèlera bientôt un poste de Q, la Grande-Bretagne, en particulier, est très préoccupée par le fait que les 20 pages non expurgées de la demande FISA de juin 2017 montreront qu’elle, plutôt que la Russie, a en fait participé à une campagne présidentielle visant à influencer le résultat des élections de 2016. Mais plutôt que la collusion de la Russie avec la campagne Trump, la véritable collusion a eu lieu entre la Grande-Bretagne et la campagne présidentielle d’Hillary Clinton.

Il est important de souligner que la classification de documents gouvernementaux dans le but de protéger les fonctionnaires de l’embarras ou de cacher l’anarchie est en fait un crime en vertu du décret 13526 publié par le président Barack Obama en 2009, comme l’article 1.7 le précise clairement :

Section 1.7. Interdictions et limitations de classification. a) En aucun cas, les informations ne doivent être classifiées, continuer à être conservées en tant que telles ou ne pas être déclassifiées dans le but de :

(1) dissimuler des violations de la loi, des inefficacités ou des erreurs administratives ;

(2) prévenir l’embarras d’une personne, d’une organisation ou d’un organisme ;

(3) restreindre la concurrence ; ou

(4) d’empêcher ou de retarder la communication de renseignements qui n’ont pas besoin d’être protégés dans l’intérêt de la sécurité nationale.”

Voici la première partie du tweet du Président Trump du 21 septembre concernant les alliés américains qui l’appellent pour discuter de la demande de la Cour FISA :

Trump a reconnu ici que “Key Allies’ called to ask not to release”, et qu’il y avait un lien avec l’enquête de Robert Mueller Russie, qui a été autorisée par l’un des signataires de la demande de Juin 2017 FISA Cour, l’actuel sous-procureur général Rod Rosenstein.

QAnon a suivi le tweet en deux parties de Trump le 21 septembre avec un message le même jour identifiant les principaux alliés que sont la Grande-Bretagne et l’Australie, qui sont particulièrement préoccupés par la déclassification de la version expurgée de la demande de la Cour FISA de juin 2017.

Fait significatif, Q identifie comment la Grande-Bretagne et l’Australie (UK/AUS) ont aidé la Maison-Blanche d’Obama à développer la ” police d’assurance ” en facilitant le dossier Steele et son passage par les systèmes politiques et de renseignement américains. Cela explique en partie pourquoi les représentants de la cabale et de ses principaux alliés (la Grande-Bretagne et l’Australie) ont appelé Trump pour qu’il revienne sur sa décision de déclassifier les 20 pages expurgées de la demande de la Cour FISA de juin 2017.

Apparemment, la Grande-Bretagne et l’Australie sont très préoccupées par les retombées de l’enquête Mueller si la personne qui l’a autorisée avait approuvé une demande de la FISA qui était trompeuse, sinon illégale. La publication des 20 pages expurgées aurait apparemment conduit Rosenstein à se récuser de l’enquête Mueller ou même à démissionner.

C’est ce qu’illustre un article de Q, publié le 10 septembre, dans lequel le rôle de Rosenstein dans l’approbation de l’application FISA 2016 sur la base de fausses données de renseignement fournies par la Grande-Bretagne et l’Australie à l’administration Obama l’obligera à démissionner/à se récuser et/ou à destituer Rosenstein :

“Q !!mG7VJJxZNCI No.207
sept 10 2018 12:41:01 (HNE)

DECLAS OF FISA DÉCLENCHERA LA DÉMISSION/RÉCUSATION ET/OU LE RETRAIT DE ROD ROSENSTEIN.
DECLAS OF FISA FERA PRENDRE CONSCIENCE QUE TOUS LES SIGNATAIRES FERONT[ACTUELLEMENT] L’OBJET D’UNE ENQUÊTE.
DECLAS OF FISA DÉMONTRERA FACTUELLEMENT ET SANS ARGUMENTATION QUE LE GOUVERNEMENT AMÉRICAIN, SOUS HUSSEIN, A SCIEMMENT PRÉSENTÉ DE FAUSSES PREUVES AU FISC DANS LE BUT D’OBTENIR DES RENSEIGNEMENTS ” LÉGAUX ” DE LA PART DE L’US INTELLIGENCE ” PARAPLUIE ” POUR SURVIVRE À POTUS[CIBLE IDENTIQUE] DANS LE SEUL BUT D’INFLUENCER L’ÉLECTION DE LA PRÉSIDENCE EN 2016[PAS LA RUSSIE MAIS HUSSEIN/HRC – PROJECTION] + SAUVEGARDE CONTRE UNE PERTE POSSIBLE DU POUVOIR (PARE-FEU).
UTILISATION DE L’INSERTION SURV / SPY BACKCHANNEL[CORPS 1, 2 ET 5] PAR UK/AUS[PRIMARY] ACTIVÉ SOUS DIR BRENNAN DIR DIR CLAPPER AVEC MISES À JOUR RÉGULIÈRES PDB +[LIVE STREAMING] WH HUSSEIN NON-OVAL[SITUATION ROOM] COORDINATION.
FISA[FULL] FAIT TOMBER LA MAISON[WH].
Q”

Le post de Q mentionne que tout ce qui a été signé sur le document de la FISA fait actuellement l’objet d’une enquête par un Grand Jury, et que le rôle de l’administration Obama, ainsi que celui de la Grande-Bretagne et de l’Australie seront exposés.

Le dernier commentaire de Q que la déclassification complète du document de la FISA fera tomber la maison, les allusions à la démission/récusation/retrait forcé de Rosenstein déclencheront l’ecroulement du chateau de Cartes construite par la cabale  pour aller de l’avant avec le développement d’une “police d’assurance” pour miner/subvertir le gouvernement Trump.

En effet, dans un article du 18 septembre, Q a déclaré que le temps de Rosenstein est écoulé et qu’il devra démissionner ou être licencié, comme le décrit Greg Jarrett dans un article lié :

Q !!mG7VJJxZNCI No.263
18 sept. 2018 22:15:05 (HNE)

http://www.foxnews.com/opinion/2018/09/18/gregg-jarrett-if-rod-rosenstein-defies-trumps-order-to-declassify-documents-should-be-fired.html
Au revoir, M. Rosenstein.
Q

Dans la deuxième partie de son tweet du 21 septembre, M. Trump a décrit comment il avait transmis la demande des principaux alliés américains (Grande-Bretagne et Australie) à l’inspecteur général du ministère de la Justice (Michael Horowitz) pour un examen final.

Le tweet en deux parties est très important car un peu plus d’un jour auparavant, Q avait posté que les responsables de la cabale en Grande-Bretagne et à Washington DC étaient paniqués par la perspective de la publication de la version non expurgée du document de demande FISA.

Voici ce que Q a posté le 19 septembre :

Q !!mG7VJJxZNCI ID : 72b088 No.3093117
sept 19 2018 18:45:07 (HNE)

PANIQUE AU ROYAUME-UNI
PANIQUE EN DC
PANIQUE AU ROYAUME-UNI
PANIQUE EN DC
Q

Il est important de noter que l’article Q ci-dessus est paru environ 36 heures avant le tweet en deux parties de Trump, reconnaissant qu’il avait parlé avec des alliés américains clés au sujet de la publication du document de la FISA Court. De telles conversations entre chefs d’État ou de gouvernement sont hautement confidentielles et ne concernent qu’un très petit nombre de personnes. Seuls ceux qui ont un accès de très haut niveau à la Maison-Blanche auraient été au courant de ces conversations et de leur contenu.

Q a démontré qu’ils étaient au courant des conversations et qu’ils ont été autorisés à révéler le ton des conversations de Trump avec la Grande-Bretagne, l’Australie et d’autres alliés clés, en signe de ” panique ” face à la déclassification des vingt pages de la demande de la Cour FISA de juin 2017.

C’est une confirmation publique extraordinaire que Q est étroitement associé à l’administration de Trump, et que Trump et Q ont effectivement coordonné dans leurs publications respectives de tweets et de messages.

En fait, la coordination entre les tweets de Trump et les messages Q a été suivie par des utilisateurs anonymes et montre une étroite corrélation comme Q le reconnaît dans le message suivant :

Le tweet en deux parties de Trump du 21 septembre ne fait qu’ajouter à un ensemble convaincant d’informations montrant que Q travaille avec l’administration de Trump et n’est pas un LARP[Live Action Role Play] ou une campagne de désinformation comme certains critiques le prétendent.

Les tweets et les messages Q de Trump révèlent que la cabale est en panique parce que la déclassification des 20 pages expurgées de la requête FISA de juin 2017 conduira, à tout le moins, à la récusation de Rod Rosenstein de l’enquête Trump Russia, et même à sa démission comme Q l’avait prévu.

De plus, la publication imminente des 20 pages expurgées conduira presque certainement à la mise en accusation par le Grand Jury de tous les fonctionnaires américains impliqués dans la “police d’assurance” concoctée par la cabale pour saper et/ou subvertir le nouveau gouvernement de Trump.

L’exposition et le démantèlement de la ” police d’assurance ” de la cabale pour renverser l’administration entrante de Trump, aura un impact direct sur l’enquête Mueller sur les liens de Trump Russia, et conduira probablement à sa disparition.

Les ramifications des développements ci-dessus sont particulièrement pertinentes pour les postes répétés de Q se référant à plus de 50 000 affaires scellées de la Cour fédérale, dont la grande majorité concernait des actes d’accusation scellés contre des fonctionnaires de la cabale.

Comme nous l’avons vu dans un article précédent, il est probable que de nombreux fonctionnaires inculpés seront jugés par des tribunaux militaires pour subversion, au sens où l’entendent les règles du Uniform Code of Military Justice. En effet, Rosenstein et d’autres personnes impliquées dans la “police d’assurance” peuvent se retrouver dans des procès militaires pour subversion.

Ce serait évidemment une grande préoccupation pour les fonctionnaires de la cabale de Grande-Bretagne, d’Australie, du Canada et de Nouvelle-Zélande qui ont aidé à concoctionner le dossier Steele, et à le canaliser à travers les systèmes de renseignement et judiciaires américains de manière à renverser l’administration Trump.

Les crimes commis par des fonctionnaires de la cabale qui sont sur le point d’être exposés et jugés par des tribunaux civils et militaires, d’après les informations de Q, vont être époustouflants. En plus de la subversion d’une nouvelle administration présidentielle, Q a déjà publié des articles sur les violations systémiques des droits de l’homme et la corruption au niveau mondial ; les réseaux pédophiles impliquant des politiciens de haut rang exploitant des enfants ; les pratiques sataniques utilisées pour contrôler de puissantes élites mondiales et le Vatican ; et même une couverture de programmes secrets dans l’espace et une vie extraterrestre.

Le tweet en deux parties de Trump du 21 septembre semble faire partie d’une série de mouvements de fin de partie entre l’administration Trump et la cabale, qui attire l’attention des médias alors que la bataille sur la déclassification des rédactions de la demande de la FISA arrive à son apogée.

Dans un développement stupéfiant tard vendredi soir, des articles par les principaux médias ont commencé à paraître en 2017 pour exposer les commentaires de Rod Rosenstein en 2017 pour enregistrer secrètement des conversations avec Donald Trump afin d’invoquer le 25e amendement, par lequel les fonctionnaires du Cabinet pourrait retirer hm de la présidence.

Les retombées de cette couverture médiatique négative entraîneront certainement la démission, la récusation ou le renvoi de Rosenstein, tout comme Q l’avait prédit. Q exprime succinctement ce à quoi il faut s’attendre dans les jours à venir en ce qui concerne la déclassification (DECLAS) et la rédaction (REDACT) de la demande de la Cour FISA 2017 :

Q !!mG7VJJxZNCI No.265
sept 19 2018 17:19:53 (HNE)

Les tentatives de faire patienter les DÉCLARATIONS et/ou les RÉDACTIFS ont échoué.
T’as du pop-corn ?
Profitez bien du spectacle.
Q

Michael E. Salla, Ph.D. Avis de droit d’auteur

9/22/18 – Correction – La directive présidentielle du président Trump du 17 septembre 2018 autorisait la déclassification de 20 pages expurgées d’une demande de la FISA déposée en juin 2017, et non en juin 2016 comme précédemment. La demande de juin 2017 était la quatrième d’une série qui a commencé en octobre 2016 et qui devait être renouvelée tous les 90 jours. Les demandes de renouvellement ont été acceptées en janvier, avril et juillet 2017. Merci à un lecteur anonyme d’avoir signalé l’erreur.

Loading...

6
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
3000
6 Auteurs du commentaire
AlainLaurent FreemansamiFafafafaThierry Poget Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
elfafa
Membre
elfafa

Trump confirme rien du tout .
J’espère que les gens sont assez intelligent pour le comprrndre

Poget Thierry
Membre
Poget Thierry

Bonjour, Voilà le commentaire que je vais joindre au partage de cet article sur mon compte Facebook: La Cabale tombe. Car les méchants ne sont pas ceux que la Cabale à voulu nous faire croire, voilà des morceaux choisi de l’article que vous pourrez lire sur Stopmensonges : « Comme le révèlera bientôt un poste de Q, la Grande-Bretagne, en particulier, est très préoccupée par le fait que les 20 pages non expurgées de la demande FISA de juin 2017 montreront qu’elle, plutôt que la Russie, a en fait participé à une campagne présidentielle visant à influencer le résultat des… Lire la suite »

Xillis
Membre
Xillis

Toi qui habite aux États Unis Laurent. Trump avait annoncé un test d’alerte sur tous les mobiles pour ce 20 septembre. Est ce que tu confirme cet événement ? Merci

Laurent Freeman
Administrateur
Laurent Freeman

non, rien recu pour le moment

Alain Hardy
Membre
Alain Hardy

Remis, apparemment, au 3 octobre.