Important : Pour les personnes qui ne verraient pas les liens Amazone en dessous des descriptions, veuillez désactivez vos adblock, Ublock origin ect.

Catégorie – Économie & Banques

777 : La chute du Vatican et de Wall Street selon saint Jean

La chute du Vatican et de Wall Street selon saint Jean
Le 29 septembre 2008, l’index du Dow Jones s’était effondré de 777,7 points, plongeant le monde entier dans la consternation et déclenchant aussitôt une crise économique mondiale, pire que celle de 1929.
Par simple curiosité, Pierre Jovanovic a rapproché le 777 de Wall Street du 777 donné par l’Ange dans l’Apocalypse de saint Jean. Et ce qu’il a trouvé dépasse l’entendement : le texte de saint Jean, qui a presque 2000 ans, annoncerait en réalité la chute du Vatican en même temps qu’une période de confusion totale, due à une… banqueroute universelle !
Dans cette analyse effectuée à partir des propos de l’Ange, Pierre Jovanovic dé­montre que l’Apocalypse de saint Jean est en réalité un extraordinaire avertisse­ment pour notre époque qui s’apprêterait à connaître des bouleversements sans précédent.
De plus, avec cette nouvelle approche, le texte de l’Apocalypse de saint Jean devient plus clair (le fameux 666 par exemple s’explique de lui même) et l’ensemble recoupe exactement la Liste des papes de saint Malachie ainsi que les prophéties de la Vierge de La Salette.
UN LIVRE TOTALEMENT FASCINANT
Pierre Jovanovic a été journaliste et il est l’auteur du best-seller ” Enquête sur l’existence des Anges gardiens ” traduit en 7 langues.

666

Pourquoi l’apôtre Jean dit-il précieusement que « 666 est le nombre d’un homme » dans son Apocalypse ? C’est parce qu’il pointe son doigt sur le seul système financier décrit dans un texte sacré de son époque, celui parlant du roi Salomon à qui il restait, chaque fin d’année, un excédent de 666 talents d’or.
Pierre Jovanovic explique dans les détails les raisons qui ont poussé Jean à insister sur ce nombre, pourquoi il a associé le « 666 » à l’esclavage , pourquoi il a décrit une « Bête à 7 têtes » servant le Diable, et, surtout, pourquoi ce dernier « s’est installé sur une plage » pour lancer un système mondialisé sans lequel plus personne « ne peut ni vendre, ni acheter » donc sans disposer d’une « banque ». Avec des documents uniques , ce livre expose le plan impitoyable de mise en esclavage des peuples au service d’une seule entité… la Finance américaine.
Dans le sillage de ses deux livres précédents « 777 » et « Blythe Masters », ce « 666 » révèle le fil conducteur invisible, qui déclenchera INEVITABLEMENT la révolte des peuples. Si l’Argentine a été la seule à faire faillite en 2001 , bientôt toute l’Europe ainsi que le reste du monde feront faillite.

Enquête sur la loi du 3 janvier 1973

Enquête sur la Loi du 3 janvier est un livre choc. Il montre, point par point, comment la France a été mise en esclavage par la dette avec juste un simple texte anodin. Il montre comment l’élite des hautes fonctionnaires a renoncé, pas à pas, à la Nation française, à son âme et à son indépendance. C’est l’histoire des manipulations successives, organisées et pilotées pour ne profiter qu’à une seule entité : les banques privées. Grâce à cette loi, la France a été conquise sans bruit, sans une balle tirée et sans aucune résistance : chaque semaine, ce sont 4 nouveaux milliards, empruntés par l’État pour payer retraites, salaires et aussi… intérêts de la dette, qui s’ajoutent aux 1700 milliards déjà dus, alors qu’au même moment 800 emplois industriels sont détruits chaque jour. Ce livre est le récit de la pire trahison de l’Histoire de France.

Blythe Masters : La banquière de la JP Morgan à l’origine de la crise mondiale

Avec d’autres mathématiciens de la JP Morgan Bank, l’anglaise Blythe Masters a mis au point la formule magique qui a transformé le papier en or et qui a rendu les banquiers complètement fous. Inconnue du public, Blythe Masters est pourtant, selon la formule consacrée du Guardian de Londres ”La femme qui a inventé les armes financières de destruction massive”, armes qui ont, selon Newsweek ”libéré un monstre” qui est toujours en train de détruire progressivement l’économie mondiale, jusqu’à l’inévitable banqueroute universelle. La banquière de la JP Morgan qui a déclenché la crise économique mondiale en inventant les credits default swaps qui ont ruiné les banques. Un livre incroyable qui retrace les véritables raisons de la crise économique actuelle et qui va obliger les français à travailler deux années de plus, juste pour compenser les pertes de Wall Street. En effet, les banques cachent encore une très grande partie des 55 000 milliards de dollars d’emprunts toxiques qu’elles ne reverront jamais en positif dans leurs bilans. Le journaliste Pierre Jovanovic retrace dans ce livre comment le destin hors du commun de cette jeune diplômée de Cambridge a involontairement croisé celui de centaines de millions de personnes, mises au chômage par les effets de la crise, simplement parce que tous les banquiers de la planète ont écouté, fascinés, son Evangile des crédits Default Swap au point qu’ils ont fini par copier et plagier sa formule ”magique” qui les mène, en ce moment même, à leur perte.

Kleptocratie française

Contrairement aux journalistes économiques, Eloïse Benhammou sait lire un bilan. Normal pour une comptable. Et c’est en analysant les bilans (par exemple dans l’affaire Kerviel) des diverses entités de la Société Générale qu’elle a découvert de très étranges entités, destinées avant tout à brouiller les pistes. Au fur et à mesure de son enquête menée dans différents environnements financiers, elle dévoile devant nos yeux totalement incrédules, tout le système technique et ultra-opaque comptable qui permet aux banques françaises et étrangères de voler chaque jour des milliards à la France et aux Français, et cela en toute discrétion, raflant au passage nos cotisations sociales. Banques, RSI, ACOSS, CADES, Caisses de retraite, etc, l’auteur nous montre que tout le système social et fiscal français (mais aussi belge) est désormais entre les seules mains du capitalisme financier le plus sauvage contrôlé par Wall Street. La France est totalement soumise à la volonté des grands banquiers qui, du coup, et malgré leurs crimes, échappent logiquement à la justice puisqu’elle est rendue par le même Etat contrôlé par les banques ! Comme aux Etats-Unis. Un livre implacable pour les banquiers et les politiques car l’auteur montre, entre autres, à quoi et à qui servent en réalité nos cotisations sociales : à enrichir avant tout les banquiers étrangers qui ont pris le contrôle de la France.

L’histoire de John Law : Et de sa première planche à billets qui a ruiné la France et qui continue à ruiner le monde aujourd’hui

Il a séduit Louis XV
Il a berné les français et ruiné la France
Il a inspiré Wolgang Goethe ( Faust)
Il a inspiré Charles Gounod ( Je ris de me voir si belle en ce miroir ).
Il a inspiré Michaël Boulgakov ( Le maître et Marguerite ).
Il a inspiré les Rolling Stones ( Sympathy for the Devil ).
Il a inspiré des milliers d’autrres écrivains et musiciens à travers le temps.
Cet homme c’est John Law, un anglais de bonne famille devenu monétariste qui a inventé le billet de banque et la « planche à billets » ou « monnaie de singe » afin de sauver la France en faillite de Louis XV.
Avec toutes les planches à billets lancées aujourd’hui de manière frénétique par la Fédéral Reserve, la Bank of Japan, la Bank of England et la Banque Centrale Européenne ( des milliards de milliards d’euros, dollars yens et livres) de fausse monnaie, l’extraordinaire livre du président Adolphe Thiers es totalement contemporain et furieusement d’actualité.
Intégralement illustrée et mise à jour en langue contemporaine par le Pr. Anne-Marie Bruyant, cette narration de la France ruinée par l’invention de la fausse-monnaie/planche à billets raconte aussi l’imminente faillite de la France pour exactement la même raison : l’usage de la fausse monnaie par la Banque Centrale Européenne !
Un livre exceptionnel à lire absolument pour comprendre que la seule politique menée par les économistes actuels n’est en réalité qu’une politique de faussaires « inspirés par le démon » selon Goethe. La « Sympathie pour le Diable » des Rollings Stones est en réalité leur sympathie pour John Law !

Le Retour au standard or

Le professeur Antal Fekete est un théoricien de l’or depuis 40 ans et forme les spécialistes du métal jaune des banques centrales. Dans ce livre, il explique les raisons pour lesquelles le système financier mondial se dirige vers l’explosion, comme un train lancé à toute vitesse et auquel on a enlevé les freins, alors que la presse tente de vous faire croire par tous les moyens que tout va bien ! Pour le Professeur Fekete, le système reposant sur la monnaie papier (euros, dollars) est arrivé à son terme, exactement comme les billets de banque de John Law ont disparu en fumée sous Louis XV. Et il explique aussi pourquoi Nicolas Sarkozy avait vendu l’or de la France de toute urgence alors que le cours était au plus bas. Avec ce livre, vous allez également découvrir que l’économie est quelque chose de très simple, mais que les pseudo-économistes l’ont volontairement rendue compliquée, afin de cacher les mécanismes de la monumentale escroquerie du dollar. Un livre exceptionnel qui vous donne aussi les clés pour sauver votre épargne.

Les Secrets de la Réserve fédérale

La plupart des gens aux États-Unis, en Europe et dans le reste du monde pensent que les dollars en circulation sont créés par le gouvernement américain. Que le nom de « Réserve Fédérale », mentionné sur chaque billet, désigne une administration gouvernementale. Or, il n’en est rien : la « Réserve Fédérale » est une institution privée, possédée par des banques commerciales. Ce livre, traduit pour la première fois en français, a représenté quarante années de travail pour son auteur. C’est probablement un des ouvrages les plus importants du XX° siècle. C’est le seul livre brûlé en autodafé par décision de justice, en Allemagne, après 1945. Enquête minutieuse, servie par l’honnêteté et la compétence, les Secrets de la Réserve Fédérale sont, aussi et surtout, une révélation sur la manière dont fonctionne réellement le monde depuis un siècle. Dans ce livre vous apprendrez, entre autres choses, que le système de la Réserve Fédérale n’est pas fédéral. En outre, il ne possède pas les moindres réserves. C’est un syndicat d émission monétaire, dont les membres se sont octroyés le privilège exorbitant de fabriquer l’argent que vous gagnez durement. Sans ce système, il est très probable que les deux guerres mondiales n’auraient pu être ni déclenchées ni financées. Et surtout, vous apprendrez que, pour citer Henri Ford, « L’unique objectif de ces financiers est le contrôle du monde par la création de dettes inextinguibles. » Des mots qui, à l’heure actuelle, prennent une actualité brûlante…

Le Manifeste de la Raison Objective: Route vers la société équilibre

Le Manifeste de la Raison Objective peint un tableau vivant de notre société. Après avoir établi un constat concernant les paradoxes du capitalisme libéral et de son inefficience, il met en évidence un cycle d’oppression qui ne pourra qu’avoir une fin, soit violente, soit résultante d’un consensus réfléchi basé sur la raison. Le discours de l’auteur est apolitique et est le fruit d’une réflexion logique et objective qui brille de simplicité. “Christian Kamtchueng s’attaque à tous les aspects de notre quotidien tout en remettant en cause les indicateurs économiques censés représenter la santé d’un pays. Il met en lumière des exemples de modèles sociétaux passés mais aussi des alternatives contemporaines. Il établit avec le même pragmatisme la direction qui mènera à la Société Équilibre. Professeur dans une école de commerce parisienne, il met toute sa pédagogie et sa connaissance de la finance au profit d’une alternative défiant tout fatalisme” L’auteur donne mes des indications sur le processus de sélections des candidats à la présidentielle. En effet, il nous faut retenir les leçons du passé. Il ne s’agit pas d’un problème de personne mais de système. En se contenant à une caste en faveur du statut-co, le changement ne sera pas pour maintenant. “Le but n’est pas d’entrer dans une démarche politicienne mais d’analyser le système actuel – défaillant – et d’en tirer des conclusions objectives. Après le constat, nous proposerons une alternative basée sur la raison objective et le respect d’un certain ordre naturel. Notre conclusion peut paraître évidente pour certains mais nous devons dans un premier temps analyser les failles de notre système économique qui se veut unique : la pieuvre capitaliste, qui attachée à la globalisation libérale et libertaire, a une faim insatiable de nouveaux marchés et de consommation à outrance. L’outrance provient de l’économie de la dette qu’on lui associe. Le constat n’est pas fait que sur le présent mais sur une projection réaliste des caractéristiques propres de ce modèle économique. Ce modèle qui se veut « notre ». Par « notre » et ces guillemets, nous voulons nous dissocier de ce que l’on nous vend comme l’absolution « capitalisme -ultra – libérale » et ce que nous souhaitons. Notre alternative se doit de prendre en considération tous les modèles ou équilibre sociétaire qu’a connu l’humanité ; pas seulement les histoires que l’on nous raconte sur l’éclosion des sociétés dites « modernes » à la source Gréco-romaine mais la vérité historique dans son ensemble. Nous ne pouvons ignorer le passé ou les expériences historiques…Il serait déraisonnable voir arrogant de croire que nous n’avons pas besoin de connaître le passé pour construire notre future. Nous concluons avec les étapes qui conduiront à la réalisation de ce projet que beaucoup souhaitent utopique. Les étapes révolutionnaires inéducables, que prédisaient Marx, ont selon notre analyse occultés un point essentiel dans la lutte des classes, l’épanouissement spirituel. Il est regrettable qu’une minorité composée de dit « initiés » décident d’éloigner le troupeau de sa mère Nature et de la morale qui devrait lui être associée. Ce sujet a longtemps été évité par toute volonté révolutionnaire car la spiritualité fait face à la religion. Notre démarche veut rassembler les hommes de bonne volonté mais faire appel à leur raison en premier lieu. Cela ne les empêchant pas, d’être lié à une quelconque croyance. Les hommes ouverts à la raison sont capables de se distancer du dogme sans forcément le rejeter. “