[SOLAR WARDEN] Ces images d’OVNI qui ont fuité depuis la NAVY pourraient bien être celles d’essais ULTRA-SECRETS du PROGRAMME SPATIAL SECRET

4
2486

FR33M4N R0CKW00D - Mini LinkNOTE DE FR33M4N : Un article montrant des scans « grossiers » de ces photos a déjà été posté par CHRISTOPHE début Juillet. 4 mois après je reviens sur celles-ci puisque j’ai trouvé les « ORIGINAUX HD » de ces images auxquels je vais ajouter mes propres éléments et réflexions à une enquête qui a depuis avancé mais qui à mon sens s’est égarée quelque peu… Notamment en ce qui concerne le fait que la NAVY aurait été témoin d’OVNI « non terrestres », ce qui pour moi est faux. Pour ma part il ne s’agit ni plus ni moins que de la phase de tests d’un PROGRAMME qui à l’époque était tenu ULTRA-SECRET mais qui est aujourd’hui bien connu de bon nombre d’entre nous sous le nom de SOLAR WARDEN. Je vais donc tenter de vous démontrer pourquoi d’àprès mes recherches ces photos sont bien celles d’essais du PSS. ?

Couv. TOP SECRET N°79 - JUIN 2015[OCÉAN ARCTIQUE – 1971] À L’AUBE DU PROGRAMME SPATIAL SECRET

Le programme SOLAR WARDEN effectuait-il déjà des essais ULTRA-SECRETS plus de dix ans avant son lancement ?

Alex MistrettaC’est la question qu’on est en droit de se poser quand on sait de quand datent les photos visibles ci-dessus… J’ai pu mettre la main sur celles-ci grâce au site THE BLACK VAULT, le site ayant lui même récupéré ces “originaux” début JUILLET grâce à un enquêteur “chevronné” nommé ALEX MISTRETTA.

Il faut savoir qu’à l’origine ces images sont parvenues au magazine Français TOP SECRET, elles ont donc été disponibles un temps dans son édition (payante) N°79 sortie quant à elle au mois de JUIN 2015. Le magazine affirme les avoir reçues d’une source anonyme mais n’a rien ajouté de plus, du moins pas publiquement… Il a donc fallu creuser du coté du BLACK VAULT et d’ALEX MISTRETTA pour savoir ce qu’il ressort de ces images :

USS TREPANG SSN 674

  • Les photos ont été prises le 01 MARS 1971 depuis un sous-marin de l’US NAVY.
  • Le sous-marin était USS TREPANG (SSN 674) et l’amiral à son bord était DEAN REYNOLDS SACKETT.
  • L’emplacement était entre l’île de JAN MAYEN et l’ISLANDE à la frontière des océans Atlantique Nord / Arctique.
  • Le sous-marin a rencontré l’objet « par accident » (ils étaient dans la région pour une expédition militaire et scientifique conjointe de routine). L’Officier JOHN KLIKA fut le premier à repérer l’objet à l’aide du périscope.

Quant à réponse à la question d’introduction, cette date paraît tout de même assez crédible, cela laisse sous-entendre que le PROGRAMME SOLAR WARDEN (dont la mise en service est attribuée au régime REGAN dans les années 80) aurait bien commencé ses tests au moins 10 ans avant son lancement…

L'information cachée - Banner LinkL'information cachée - Youtube ChannelPour compléter cette introduction je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous. Cette vidéo de « L’INFORMATION CACHÉE » contient tous les scans du magazine. Je vous propose en sus les liens vers la base de donnée de STOPMENSONGES pour télécharger / sauvegarder vous même ces “originaux” et scans à ajouter à votre collection de preuves. 😉

NOTE : Hormis l’ordre et la résolution de celles-ci, il y a quelques différences entre ces deux versions, notamment une image exclusive de part et d’autre, pour ça je vous propose les deux versions :

  • ORIGINAL HD ← USS TREPANG – IMAGE N°1 → SCAN SD
  • ORIGINAL HD ← USS TREPANG – IMAGE N°2 → SCAN SD
  • ORIGINAL HD ← USS TREPANG – IMAGE N°3 → SCAN SD
  • ORIGINAL HD ← USS TREPANG – IMAGE N°4 → SCAN SD
  • ORIGINAL HD ← USS TREPANG – IMAGE N°5 → SCAN SD
  • ORIGINAL HD ← USS TREPANG – IMAGE N°6 → SCAN SD
  • ORIGINAL HD ← USS TREPANG – IMAGE N°7 → SCAN SD
  • ORIGINAL HD ← USS TREPANG – IMAGE N°8 → SCAN SD
  • ORIGINAL HD ← USS TREPANG – IMAGE N°9 → SCAN SD

US Space Command[SOLAR WARDEN] LE HACKER CONTRE LA DISSIMULATION

Que sait-on concrètement du programme SOLAR WARDEN ?

National Crime AgencyTout commence officieusement en Mars 2002 lorsque GARY McKINNONtalentueux hacker Écossais de son état” est arrêté par le NATIONAL CYBER CRIME UNIT (NCCU / NCA-UK) après avoir entres-autres infiltré les ordinateurs de l’US SPACE COMMAND, de la NASA et du PENTAGONE. Un temps condamné à être extradé par les autorités Américaines et risquant jusqu’à 70 ans de prison pour avoir d’après ses dires passé près de deux ans à fouiller dans 97 ordinateurs à la recherche de preuves photographiques de vaisseaux spatiaux extraterrestres et de technologies avancées de l’énergie libre, McKINNON ne sera finalement jamais extradé aux US pour des raisons de santé (syndrome d’asperger) judicieusement plaidées par son avocat.

Solar Warden - McKinnonN°23 - Daily Channel[GARY McKINNON] L’ENQUÈTE DU MUFON – HANGAR 1

Ce documentaire retrace entre autres les découvertes faites par GARY McKINNON au sein des « BLACK PROGRAMS ». Il existe aussi une interview complète (1h37mins) de McKINNON (Sous-titrée en Français) effectuée en 2006 par KERRY KASSIDY pour le PROJET AVALON.

http://dai.ly/x2hqr0j

Click - BBC[GARY McKINNON] L’INTERVIEW PAR SPENCER KELLY

Interview de GARY McKINNON par SPENCER KELLY, présentateur de ″CLICK″ sur la BBC.

SPENCER KELLY : Vous êtes accusé d’avoir pénétré les réseaux de l’US ARMY, de l’US NAVY, de l’US AIR FORCE, du DÉPARTEMENT DE LA DÉFENSE, et de la NASA, entre autres choses. Pourquoi ?

Air Force Space Command

GARY McKINNON : J’étais à la recherche d’éléments d’une technologie qu’on laisse au placard, désignée par moquerie sous le nom de technologie OVNI. Je pense que c’est le secret le mieux gardé au monde en raison de sa charge de dérision, mais c’est une chose très importante.

Les retraités ne peuvent plus payer leurs factures de carburant, des pays sont envahis pour que des nations occidentales s’attribuent des contrats pétroliers, et pendant ce temps des membres du GOUVERNEMENT SECRET dissimulent des technologies concernant l’énergie libre.

SK : Comment avez-vous procédé pour trouver ce que vous recherchiez dans les ordinateurs de la NASA, ou du DÉPARTEMENT DE LA DÉFENSE ?

GM : Contrairement à ce que la presse aimerait vous faire croire, ce n’était pas si difficile. J’ai recherché des mots de passe en blanc, j’ai écrit un tout petit script en langage PERL qui reliait d’autres programmes de recherche de mots de passe en blanc, ainsi vous pouvez interroger 65.000 machines en moins de huit minutes.

SK : Vous dites avoir ouvert des ordinateurs ayant un statut supposé de haute protection, correspondant à un haut niveau de responsabilités, sur lesquels personne n’avait institué de mot de passe ? Qui n’avaient que le mot de passe par défaut ?

GM : Oui, c’est bien ça. Un rapport officiel américain a encore récemment publié un rapport dénonçant le très très bas niveau de sécurité fédérale.

SK : Pendant combien de temps avez-vous fouillé ? Une semaine ?

GM : Non, pendant deux ans.

SK : Et vous êtes passés inaperçu pendant cette période ?

GM : Oui. Je faisais attention aux heures. Je jonglais avec les fuseaux horaires. La nuit il n’y a pas beaucoup de gens devant les machines. Mais une fois un ingénieur-réseau m’a vu et nous avons dialogué sur WordPad, ce qui était très, très étrange. Il a demandé : ″Qu’est-ce que vous faites ici ?″ ce qui m’a surpris. J’ai répondu que je faisais partie de la SÉCURITÉ MILITAIRE INFORMATIQUE et ça l’a totalement convaincu.

SK : Avez-vous trouvé ce que vous recherchiez ?

GM : J’ai observé un genre de vaisseau ou de satellite, mais construit par des moyens que je n’avais jamais vus auparavant. Il n’y avait pas de rivet, pas de soudure, ça avait l’air construit d’une seule pièce.

SK : Qu’avez-vous trouvé à la NASA ?

GM : Une des personnes était une experte photographique de la NASA, (Donna Hare) et elle à dit que dans le bâtiment 8 du CENTRE SPATIAL JOHNSON ils passent leur temps à retoucher les images satellite à haute résolution pour effacer les OVNI : ils ont des dossiers nommés ″filtrées″ et ″non-filtrées″, ″à traiter″ et ″brutes″.

J’ai sorti une image d’un de ces dossiers, mais je ne disposais que d’une connexion téléphonique très lente, à 56K, et, en utilisant une commande à distance j’ai dégradé l’information de couleurs à 4bits avec une résolution d’écran vraiment très basse, mais l’image s’affichait toujours par saccades. Et ce qui est apparu sur mon écran était étonnant. Tous mes efforts étaient enfin récompensés. C’était une image de quelque chose qui n’était certainement pas synthétique.

Ça se trouvait au-dessus de l’hémisphère terrestre. Un genre de satellite. En forme de CIGARE avec des dômes géodésiques au-dessus, en-dessous, vers la gauche, la droite et à ses extrémités, et bien que ce soit une image de basse résolution ça apparaissait bien défini.

Cette chose flottait dans l’espace, avec l’hémisphère terrestre bien visible en-dessous, et sans rivets, ni soudures, rien qui ait l’aspect de nos constructions habituelles.

SK : Est-il possible que ce soit une représentation artistique ?

GM : Je ne sais pas. Pour moi, c’était plus qu’une coïncidence. Cette femme avait dit : ″C’est ce qu’on peut voir, dans ce bâtiment, dans ce Centre Spatial″. J’ai pénétré dans ce bâtiment, et c’est exactement ce que j’ai vu.

SK : Avez-vous une copie de ce document ? Elle a été capturée sur votre machine…

GM : Non, la visionneuse à distance affiche image par image. C’est une application Java, donc on ne peut rien sauver sur son disque dur, ou du moins seulement une image à la fois.

SK : Ainsi vous avez obtenu au moins une image ?

GM : Non.

SK : Que s’est-il produit ?

GM : Quand je me suis fait déconnecté, l’image a juste disparu. J’ai été coupé pendant que je téléchargeais l’image.

SK : Quelle serait la punition appropriée pour quelqu’un comme vous ?

GM : Premièrement, en raison de ce que je recherchais, je pense que j’étais moralement correct. Bien que je le regrette maintenant, je pense que la technologie d’énergie libre devrait être publiquement divulguée.

Je veux être jugé dans mon propre pays, pour intrusion informatique, et je veux que les Américains fournissent la preuve avant de m’extrader, parce que je sais il n’y a aucune preuve d’un quelconque dommage.

La NASA a déclaré à ″CLICKqu’elle n’entendait pas discuter des questions de sécurité informatique ou des problèmes légaux. Elle a nié avoir jamais trafiqué des images dans le but de tromper et déclaré qu’elle avait une politique d’ouverture et de totale divulgation, ajoutant ne détenir aucune preuve directe de la vie extraterrestre.

  • Il est intéressant de constater que la NASA nie encore à ce jour avoir des preuves directes de vie extraterrestre, alors qu’en 2001 dans la cadre du très controversé ″DISCLOSURE PROJECT″, des membres des forces aériennes américaines avouaient déjà la présence d’OVNI.

Man-made UFOs

Les ovnis qui sillonnent nos cieux seraient-ils pour partie des prototypes militaires de facture humaine ? Les Etats-Unis et l’Air Force via des réseaux très cloisonnés du complexe militaro-industriel maîtrisent-ils des technologies relatives à l’antigravité ? Un dossier en trois parties tente de répondre à ces questions plus fondamentales qu’elles en ont l’air.

[PART-1] LES MYSTÈRES DE L’ANTIGRAVITÉ

4
Poster un Commentaire

avatar
3000
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
nrvLOUISalexqjmqj Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
nrv
Invité
nrv

Bel article FR, GMcK a aussi été itwé par RichPlanetTV, qui est plutôt de notre bord, lui… (pas de la télé quoi) ^^

LOUIS
Invité
LOUIS

C’est pas que j’aime me moquer mais bon c’est quand même pas très compliqué et même il n’y a pas besoin d’avoir récupérer un ovni crashé d’un autre monde pour comprendre … :
https://worldwide.espacenet.com/publicationDetails/originalDocument?flavour=trueFull&CC=FR&NR=1253902&KC=&FT=E

qjmqj
Invité
qjmqj

ding deng dong