Marchands de mort : Comment le complexe militaro-industriel profite d’une guerre sans fin

0
1638

Loading...

Un regard sur la façon dont le complexe militaro-industriel alimente une guerre sans fin pour les profits des entreprises. Medea Benjamin, de CODEPINK, parle de son nouveau rapport sur les cinq plus grands fabricants d’armes américains et de leurs transactions avec l’Arabie Saoudite, Israël et l’Egypte.

BEN NORTON : C’est The Real News. Je suis Ben Norton.

Depuis un siècle, les militants pour la paix qualifient les fabricants d’armes de marchands de mort. Même le pape François a répété cette phrase au cours des dernières années. En 2016, le Pape a mis en garde contre, je cite : “L’industrie de la mort, la cupidité qui nous nuit tous, le désir d’avoir plus d’argent.” Le Pape a poursuivi, je cite : “La guerre est menée pour défendre l’argent. C’est pourquoi certaines personnes ne veulent pas la paix ; elles gagnent plus d’argent avec la guerre.”

Aux États-Unis, nous appelons cette industrie de la mort le complexe militaro-industriel. Et un nouveau rapport du groupe pour la paix CODEPINK explique comment les entreprises d’armement profitent de la mort et de la destruction. Ce nouveau rapport s’intitule “Les Profiteurs de guerre : la machine de guerre américaine et l’armement des régimes répressifs”.

Aujourd’hui, Medea Benjamin, coauteure du rapport, se joint à nous pour discuter du complexe militaro-industriel contemporain. Médée est la co-fondatrice du groupe pour la paix CODEPINK. Merci de te joindre à nous, Médée.

Merci de m’avoir invité, Ben.

BEN NORTON : Pouvez-vous nous en dire plus sur ce rapport, dont vous êtes le coauteur avec Nicolas[J. S.] Davies ? Ce rapport se concentre sur les cinq plus grands fabricants d’armes américains. C’est Lockheed Martin, Boeing, Raytheon, Northrop Grumman et General Dynamics. Et plus précisément, vous regardez leurs accords d’armement avec trois régimes répressifs en Arabie saoudite, en Israël et en Égypte.

MEDEA BENJAMIN : Oui, cette campagne s’inscrit dans le cadre d’une campagne plus vaste appelée ” Divest From the War Machine “. Et tout comme la communauté environnementale a eu beaucoup de succès à obtenir de l’argent de l’industrie des combustibles fossiles. Nous essayons donc maintenant d’amener les villes, les universités, les institutions confessionnelles et les particuliers à se départir de l’industrie de l’armement. Il s’agit d’une coalition d’environ 70 groupes différents, et nous avons rédigé ce rapport pour servir d’outil à cette campagne, pour montrer comment les cinq grandes compagnies d’armement sont impliquées dans la vente d’armes à certains des régimes les plus répressifs du monde. Parfois, c’est comme en Arabie saoudite, où les Saoudiens nous achètent ces armes ; et parfois, comme dans le cas d’Israël et de l’Égypte, c’est là que l’argent des contribuables va aux industries de l’armement, puis est acheminé vers ces pays pour servir à des attaques répressives contre leur propre peuple ou les pays voisins. C’est pourquoi nous avons rédigé ce rapport.

BEN NORTON : Parlons de certaines des entreprises que vous avez examinées. Lockheed Martin, un autre armurier américain, est le plus grand producteur d’armes du monde entier. Boeing est le deuxième plus grand, et Raytheon est le troisième. Parlez de ces entreprises en particulier, et peut-être de certains des accords qu’elles ont conclus avec l’Arabie saoudite, Israël et l’Égypte.

MEDEA BENJAMIN : Eh bien, l’Arabie Saoudite est la plus grande, et vous pouvez voir comment elle a bénéficié, comme les autres compagnies, de l’administration de Trump, qui n’hésite pas à faire valoir ses liens étroits avec l’industrie. Il y a deux ans, Lockheed Martin avait donc un chiffre d’affaires de 35 milliards de dollars, déjà énorme l’an dernier, et ses revenus sont montés à 61 milliards de dollars. Il s’agit en grande partie de la vente d’armes à l’Arabie saoudite. Et en fait, lors du récent attentat à la bombe contre le bus scolaire qui a fait 44 morts parmi les enfants. C’est une bombe Lockheed Martin qui a été utilisée dans cette attaque. J’étais juste à l’extérieur de Dallas, au Texas, à Grand Prairie, où cette bombe a été fabriquée, où nous avons apporté une lettre aux représentants de Lockheed Martin demandant une réunion avec la collectivité pour discuter de cette question, tout comme nous poussons maintenant les gens de tout le pays à aller protester dans les usines Lockheed Martin.

C’est un exemple dans les ventes à l’Arabie Saoudite. Mais si nous regardons Israël, par exemple, Lockheed Martin produit les F-15 qui ont été les principales armes d’attaque utilisées dans les attaques contre Gaza. Ils vendent maintenant le F-35, une version encore plus high-tech aux Israéliens. Ils vendent les missiles Hellfire qui ont été utilisés contre la population de Gaza. Et vous pourriez dire la même chose pour les autres entreprises que vous avez mentionnées. Ils vendent tous des armes à l’Arabie saoudite, car c’est de loin l’achat d’armes le plus important de nos jours, avec tous les revenus pétroliers qu’elle a. Et un autre pays auquel ils vendent tous les trois, c’est l’Égypte. Aujourd’hui, l’Égypte, après un soulèvement démocratique, après le printemps arabe en 2011, a connu un coup d’État qui a conduit à un massacre énorme appelé le massacre de Rabaaa, qui a fait un millier de morts, et qui a depuis été gouverné par un des régimes les plus répressifs.

Le gouvernement américain pendant un certain temps, juste après le coup d’État, a interrompu les ventes de matériel militaire. Mais j’ai fait partie de ceux qui ont fait beaucoup de lobbying pour empêcher les entreprises américaines de vendre des armes à un régime de coup d’État, ce qui, selon la loi américaine, est censé être interdit. Et ce qu’on nous a dit, Ben, c’est que ce sont des contrats que le gouvernement américain conclut avec les entreprises. Et donc, quoi qu’il arrive dans un endroit comme l’Égypte, ils doivent quand même honorer ces contrats. Ainsi, après une courte interruption des ventes d’armes, les restrictions ont été levées et les entreprises ont recommencé à vendre au régime du coup d’État en Égypte.

Il est donc important de comprendre que lorsque nous vendons à des pays qui violent le droit international, c’est aussi une violation de notre propre droit national, qui dit que nous ne pouvons pas vendre aux pays où des crimes de guerre sont commis.

BEN NORTON : Oui, et vous parliez aussi des bombardements saoudiens au Yémen, qui, selon les Nations Unies, souffrent de la pire catastrophe humanitaire au monde, en grande partie à cause de cette guerre que les États-Unis ont alimentée. Mais pour en revenir un instant au rapport, vous avez des faits très intéressants. Et l’un d’entre eux, vous mentionnez qu’en 2002, à la veille de l’invasion illégale de l’Irak par les États-Unis, le vice-président de Lockheed Martin, Bruce Jackson, a en fait quitté la compagnie pour présider le Comité pour la libération de l’Irak. C’est une organisation dont le seul but, le seul but, était de créer un soutien politique pour la guerre en Irak, et bien sûr Lockheed Martin et d’autres compagnies d’armement ont fait des milliards et peut-être même des billions de dollars de cette guerre en Irak.

Vous soulignez également que le soutien à l’industrie de l’armement aux États-Unis est bipartite. Il ne s’agit pas seulement d’une question républicaine. Et vous avez mentionné dans le rapport que l’un des principaux bénéficiaires des dépenses militaires record du président Obama était la société General Dynamics. Le PDG de General Dynamics, Lester Crown, et sa famille de Chicago, vous écrivez, ont joué un rôle crucial en tant que mécènes et collecteurs de fonds tout au long de la carrière d’Obama pour son accession au pouvoir. Pouvez-vous nous parler un peu plus précisément de ce genre de porte tournante entre Washington et ces groupes de pression et l’industrie de l’armement ? Et puis aussi ces industries d’armement financent de nombreux politiciens des deux partis.

MEDEA BENJAMIN : C’est exact. C’est vraiment le complexe militaro-industriel-congressionnel dont Eisenhower parlait en 61, mais qui est devenu fou. Et quand vous regardez le fait que chaque district du Congrès de ce pays a une sorte d’arme fabriquée là-bas, à la fois pour pousser le fonctionnaire du Congrès à dire, eh bien, c’est une question d’emplois, mais aussi une façon de soudoyer ces fonctionnaires. Environ 55 pour cent de l’argent du lobby provenant de l’industrie de l’armement va aux républicains ; 45 pour cent va aux démocrates. Il est donc certainement bipartite. Et compte tenu des exemples que vous avez donnés, nous pourrions donner beaucoup plus pour montrer la porte tournante où il y a des gens de haut niveau de ces entreprises qui non seulement appuient les guerres, mais aussi des pom-pom girls pour les guerres, qui ont aidé à trouver des excuses pour aller en guerre, comme dans le cas de l’Irak.

Et malheureusement, je pense qu’un jour, nous découvrirons des exemples de l’animosité qu’ils sont en train de créer avec l’Iran et qui pourrait nous mener sur cette voie. Lorsqu’on a demandé au PDG de Boeing ce qu’il pensait des nouvelles sanctions imposées par l’administration Trump à l’égard d’un accord de 20 milliards de dollars qu’il négociait avec l’Iran, il a essentiellement répondu que le conflit allait nous rapporter plus d’argent. Et quand vous regardez les actions de ces sociétés, vous voyez que chaque fois qu’il y a une hausse dans la guerre, il y a une hausse dans leurs profits.

BEN NORTON : Ouais. Ce qui est également intéressant dans votre rapport, c’est que vous mettez en évidence un certain changement sous les administrations démocrates, bien que vous souteniez bien sûr qu’il s’agit d’un changement bipartisan. Mais vous avez mentionné que sous le président Obama, comme Clinton, Bill Clinton dans les années 1990, il est vrai qu’il y a eu de légères réductions des achats d’armes au Pentagone. Toutefois, ces mesures ont été contrebalancées par l’expansion des ventes d’armes à l’étranger. Alors que les républicains prétendent que les démocrates sont laxistes à l’égard de la guerre et qu’ils veulent en fait réduire les dépenses militaires, nous avons vu Obama et Clinton augmenter les ventes d’armes à ces régimes étrangers répressifs. Et vous soulignez aussi que bon nombre des ventes d’armes dont Trump s’est vanté depuis son arrivée au pouvoir sont en fait le résultat de contrats qui ont été négociés sous Obama. Et vous écrivez, je cite : “Le régime actuel d’exportation d’armes des États-Unis s’inscrit dans le cadre d’une stratégie délibérée d’externalisation de l’activité guerrière des États-Unis, qui prévoit une puissance militaire par le biais d’alliances avec des États clients armés par les États-Unis en remplacement d’une action militaire directe. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

MEDEA BENJAMIN : Nous avons certainement vu pendant les années Obama la façon dont l’administration a compris que les Américains étaient malheureux de voir des soldats américains morts en Afghanistan et en Irak rentrer chez eux. Et comme il avait promis qu’il allait mettre fin aux guerres, il s’est engagé dans un autre type de guerre. Et ce n’est pas seulement l’utilisation d’opérations spéciales de guerre de drones, c’est aussi l’utilisation de guerres par procuration. Il est également intéressant de voir à quel point le président Obama s’est vanté des énormes ventes d’armes à l’Arabie saoudite. On pourrait penser que la vente d’armes à l’un des régimes les plus répressifs du monde ne serait pas une chose qu’Obama voudrait annoncer. Mais en effet, il l’a fait. Et quand Trump est arrivé, son premier voyage outre-mer a été en Arabie Saoudite. Et il voulait s’attribuer le mérite des ventes d’armes, alors il l’a augmenté de 10 milliards de dollars, disant que nous avons vendu 110 milliards de dollars, alors que la plupart de ces accords avaient déjà été négociés sous le gouvernement Obama.

Mais je pense que ce qui est triste dans tout cela, c’est que nous, les gens, n’avons pas construit suffisamment de mouvement pour au moins embarrasser ces dirigeants lorsqu’ils vendent des armes à des pays répressifs comme l’Arabie saoudite.

BEN NORTON : Ouais. Enfin, j’aimerais parler un peu de ce que ces entreprises disent elles-mêmes. Et vous le soulignez dans votre rapport. C’est assez surréaliste. Vous soulignez qu’alors qu’Obama lançait sa campagne de réélection de 2012 et qu’il faisait campagne sur des politiques supposées mettre fin à la guerre en Afghanistan d’ici 2014, ce qu’il n’a pas fait, et retirer les forces américaines d’Irak, en même temps que l’industrie des armes n’était pas très inquiète en fait. Vous soulignez dans votre rapport que General Dynamics, une grande entreprise d’armement, dans son rapport annuel, a assuré les investisseurs, je cite : “Bien que le niveau des dépenses de défense américaines soit influencé par les réalités budgétaires, il n’y a pas de dividendes prévisibles de la paix.” Et puis vous soulignez aussi que, comme l’a dit Trump en 2017, le Wall Street Journal l’avait prédit à juste titre, je cite : “Le secteur mondial de l’aérospatiale et de la défense devrait connaître une croissance plus forte en 2017, après plusieurs années positives mais faibles.” Donc, ce que ces rapports de General Dynamics lui-même dans un rapport annuel, un rapport annuel aux investisseurs, puis aussi dans ce rapport dans The Wall Street Journal, qui est un journal de droite très pro-Wall Street, pro-business oriented, nous voyons ces rapports se vanter ouvertement qu’en fait la paix est mauvaise pour l’industrie de guerre, pour ces industries d’armement, ces compagnies d’armement, et en fait qu’ils se réjouissent des opportunités qui vont se présenter pendant le deuxième mandat de Obama et dans Trump pour tirer toujours plus de profits des guerres, morts et destruction.

MEDEA BENJAMIN : C’est vraiment ahurissant, Ben, qu’ils puissent s’en sortir en construisant une industrie qui ne peut réussir que s’il y a la guerre, le chaos, la violence, la violation du droit international, le manque de diplomatie. Et le chaos que nous voyons au Moyen-Orient est le résultat de leur besoin de vendre de plus en plus d’armes et du cercle vicieux de nos élus et de la Maison-Blanche et du Congrès qui les accompagne, comme s’il s’agissait d’une industrie légitime. Et si vous regardez la rémunération des PDG, comme Marilyn Hughson de Lockheed Martin, 20 millions de dollars par an, une rémunération similaire pour l’autre – les quatre autres principaux fabricants d’armes. Ce n’est pas seulement la paie. Ils sont invités à prendre la parole dans tout le pays comme de merveilleux exemples de bons vieux citoyens américains qui utilisent leur esprit d’entreprise et leur engagement civique. Et c’est une autre raison pour laquelle nous avons rédigé ce rapport, c’est que ces gens devraient être considérés comme des criminels de guerre, tout comme ceux qui utilisent les armes. Ceux qui profitent des armes devraient également en être tenus responsables.

BEN NORTON : Eh bien, nous allons devoir mettre fin à la discussion. Merci beaucoup de vous joindre à nous, Médée. Ici, au Real News Network, nous avons parlé avec Medea Benjamin, qui est l’auteur de plusieurs livres et l’un des principaux militants pour la paix. Elle est cofondatrice du groupe CODEPINK, un groupe de paix dirigé par des femmes. Et nous parlions d’un nouveau rapport qu’elle a rédigé sur le complexe militaro-industriel aux États-Unis. Et ce rapport s’intitule War Profiteers : the U.S. War Machine and the Arming of Repressive Regimes. Vous pouvez le trouver sur le site de CODEPINK. Merci de te joindre à nous, Médée.

MEDEA BENJAMIN : Merci beaucoup, Ben.

Pour The Real News, je suis Ben Norton.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Source : https://therealnews.com/stories/merchants-of-death-how-the-military-industrial-complex-profits-from-endless-war

Loading...

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
3000
  S’abonner  
Notifier de