Les rites sacrés des champignons et le sens caché de l’Ankh égyptien

14
9560

L’ankh égyptien a toujours été considéré comme un symbole de pouvoir pour la vie, mais les preuves suggèrent une signification plus profonde et plus cachée qui a échappé à la plupart des érudits d’aujourd’hui. Peut-être parce qu’il ouvre une boîte de Pandore, la plupart préféreraient laisser la connaissance fermée du champignon Amanita muscaria.

Tout a commencé lorsqu’une amie à moi, vivant en Italie et maintenant dans les années 80, m’a parlé d’un homme du nom d’Andrija Puharich qu’elle connaissait et aimait depuis de nombreuses années. Il avait des relations avec tout le monde dans le domaine psychique et avait partagé pas mal de secrets avec elle. Mais c’est une autre histoire.

Intrigué, j’ai lu un des livres de Puharich : Le champignon sacré : La clé de la porte de l’éternité. Cela a confirmé ma croyance qu’il y avait plus à l’histoire de l’ankh que la plupart d’entre nous ont été enseignés.

Pendant les années 1953 – 1955, Puharich était médecin et capitaine dans l’armée américaine. Il était en poste au Army Medical Center à Edgewood, Maryland, après avoir été recruté par l’officier en chef de la division de guerre psychologique de l’armée. Sa mission était d’étudier les dispositifs qui augmenteraient la perception extrasensorielle.

Le 9 décembre 1954, une ancienne collègue de recherche et amie, une femme nommée Alice Bouverie, a appelé Puharich pour lui parler d’un sujet qui pourrait l’intéresser. Elle a raconté qu’au cours d’un dîner, un jeune sculpteur hollandais, Harry Stone, était rentré en  convulsion après lui avoir montré un authentique bijou égyptien provenant du British Museum. C’était un pendentif en or, appartenant à la reine Tiy (la mère d’Akhenaton).

Après quelques minutes, Stone tomba dans un état de transe profonde et commença à parler de son éducation en Egypte pendant la 14ème dynastie de l’Empire du Milieu, à l’époque de Ra Ho Tep. Il a ensuite demandé un papier et un stylo, puis il a parlé et dessiné dans une ancienne écriture hiéroglyphique égyptienne.

Alice garda les écrits et les produisit pour un Puharich sceptique, qui apprit bientôt que l’écriture hiéroglyphique était écrite sous une forme égyptienne ancienne rarement vue, que très peu de gens savaient déchiffrer. Par conséquent, il avait de la difficulté à trouver quelqu’un d’assez compétent dans le domaine linguistique pour tenter de traduire ce que Harry avait dessiné. Lorsqu’il a localisé un érudit, l’information traduite était encore plus intrigante.

Les hiéroglyphes de Harry faisaient référence à une pratique du champignon utilisée dans les cérémonies les plus sacrées aux dieux égyptiens. Une plante que les anciens cultivaient dans ce qui est maintenant connu sous le nom de Syrie. Il était utilisé pour stimuler la communication avec les dieux, le grand cosmos, et servait d’aide à l’élévation de la conscience humaine.

Les anciens décrivaient cette “plante inconnue” par paires de deux, en forme de parasols ou de parapluies. Cette plante sans nom était désignée dans les textes des pyramides de l’Egypte ancienne comme une plante dorée aux propriétés magiques. (Il n’y a pas de mot pour “champignon” dans les hiéroglyphes égyptiens).

Sur une période de trois ans, Puharich a pu étudier le sculpteur néerlandais au cours de ces états altérés. Harry parlait souvent des qualités médicinales des plantes en transe. Ce qui était surprenant, c’est que Harry n’avait jamais été en Egypte ou étudié son histoire, sans parler d’apprendre à écrire et à comprendre les anciens.
les hiéroglyphes. Cette capacité n’a été démontrée que dans un état de transe.

Harry a décrit l’une des plantes en question comme “un champignon de couleur dorée ou rouge”. Il l’a dessiné avec des taches blanches. Il a ensuite raconté comment ce ” champignon sacré ” induirait ” une fission du corps et de l’esprit pour que l’esprit puisse fonctionner (ou voyager) indépendamment du corps “.

Puharich a découvert qu’un seul champignon correspondait à la description de Harry – l’agaric à mouche ou Amanita muscaria, une plante souvent utilisée dans les contes de fées et les légendes. Il n’existe qu’en deux couleurs : rouge et jaune doré, avec des taches blanches et un “mouchoir” autour de la tige comme dans les dessins de Harry.

Ce champignon contient de la muscarine, une toxine mortelle qui peut tuer rapidement. Malgré son statut non comestible, les anciens Egyptiens ont découvert une utilisation plus profonde de cette plante comme aide à la conscience supérieure.

Alors qu’il était en transe, Harry racontait comment les anciens avaient trouvé plusieurs façons de diffuser la toxine mortelle pour que l’on puisse bénéficier de ses propriétés médicinales sacrées et continuer “à vivre” pour raconter l’histoire de ce qui se trouvait “au-delà du voile”.

L’une de ces techniques consistait à nourrir les escargots, qui sont donc morts, mais qui ont neutralisé la toxine dans le processus de mort, tandis que les propriétés médicales sacrées restaient. Cela a permis aux humains de manger les escargots et de faire l’expérience de la transcendance sans les conséquences mortelles (pour le corps physique). Comment ils ont découvert ce processus unique, nous ne le saurons jamais. Une façon beaucoup plus simple de l’ingérer en toute sécurité était d’enlever la peau du chapeau, puis de tremper le champignon dans du vinaigre ou de la saumure.

Offrande de champignons

Cette plante a été spécifiquement utilisée pour induire une transe afin d’atteindre l’expansion de la conscience et la connaissance mystique. C’était, par essence, une plante d’ascension.

Les anciens le frottaient sur la langue d’un individu ainsi que sur le sommet du crâne (la couronne ou zone du point faible connue dans la religion indienne sous le nom d'”Ouverture de Brahma” ou “Ouverture de la Création”).

Harry a également décrit un rituel de purification par l’eau qui a précédé la cérémonie d’ouverture de la bouche.

Dans presque tous les temples d’Égypte, nous voyons des dieux qui offrent un ankh à la bouche du roi ou du pharaon. Les érudits ont toujours traduit le symbole de l’ankh en “vie éternelle” ou “la clé de la vie”. Beaucoup admettront que l’on sait peu de choses sur le symbole ankh, ou ses vraies origines, même si beaucoup de religions qui sont venues après, adopteraient ce symbole dans leur propre version des croix chrétienne et copte.

S’inspirant des informations de Harry, Puharich découvrit que l’ankh était la véritable représentation symbolique du champignon sacré. Souvent, les anciens Égyptiens affichaient des connaissances cachées à la vue de tous, que seuls quelques privilégiés pouvaient interpréter.

Dans les écrits égyptiens les plus anciens, connus sous le nom de “Textes de la Pyramide”, il fait référence à une plante rouge/or inconnue utilisée dans les rites sacrés. Dans le Livre des Morts égyptien, on l’appelle “la nourriture des dieux”, ou “nourriture céleste” et “la chair des dieux”.

Puharich a observé que l’Amanita muscaria, avec son mouchoir en jupe autour de sa tige, ressemblait en fait à un ankh pendant son processus de croissance. Les murs des temples à travers les siècles pourraient-ils montrer des représentations qui annonçaient l’illumination à l’aide d’une plante naturelle ?

Nous savons que les anciens égyptiens utilisaient aussi les propriétés psychoactives de la fleur de lotus bleu pour les quêtes de rêves profonds, dont j’ai parlé dans un blog précédent : Secrets de l’ancien lotus bleu égyptien. Cependant, les champignons sacrés étaient dans une catégorie tout à fait différente.

Les effets psychoactifs d’Amanita muscaria ne sont pas seulement les toxines mortelles de la muscarine, mais aussi de l’atropine (belladone) et de la bufoténine (une sécrétion que l’on trouve également dans les glandes sudoripares des crapauds africains), similaire à l’adrénaline. Il s’agit d’une combinaison unique de médicaments qui produit un effet hautement psychoactif. Harry a dit qu’il était utilisé pour voir l’avenir.

Ce n’est pas un hasard si l’ankh est décrit comme un vase dont les dieux dispensent, ou versent, la vie. Ou, comme l’a appelé Puharich : La clé de la porte de l’éternité. Lorsqu’on a demandé à Harry comment le champignon était utilisé, il a dit : ” en ouvrant la porte pour l’âme, en entrant et en sortant “.

Dans une chambre cachée, près de la périphérie du temple de Louxor à Karnak, il y a une chapelle avec sept portes (AJOUT SM : sept chakras dans le corps, 3 au dessus 3 en dessous, le 4eme étant le coeur, le centre de connexion au Soi), à l’intérieur des portes, et sept clés ankh. Au-dessus des clés ankh se trouve un immense arbre de vie gravé sur le mur de calcaire. Cette chapelle particulière était un poste de cérémonie où des cérémonies de champignons sacrés étaient conduites par les prêtres après une première cérémonie de purification de l’eau. Cette cérémonie de purification particulière peut également être vue symboliquement sur les murs du temple, où les dieux nettoient le roi avec l’eau de la vie (ankhs) en préparation de son voyage d’ascension.

Les couronnes signifient beaucoup plus que la domination dans l’Égypte ancienne. La couronne de la Haute-Égypte est généralement présentée sous la forme d’un cône blanc ou d’un champignon. Lorsque la couronne rouge de la Basse-Égypte est ajoutée et portée, elle symbolise la domination du roi sur la Haute et la Basse-Égypte (selon les égyptologues d’aujourd’hui). Cependant, Les écrits de Harry en transe se référaient à un “N ANKH” décrivant une “couronne rouge” signifiant la connaissance.

Cela suggérait à Puharich que lorsque les deux couronnes étaient portées ensemble, cela signifiait que le roi avait fusionné les royaumes supérieur et inférieur de la conscience humaine et atteint l’ascension dans les royaumes supérieurs. Il avait été initié et “éclairé”.

Les rites sacrés des champignons étaient le chemin pour atteindre cette “connaissance”. (Il est intéressant de noter que lorsque l’on devient cardinal dans l’Église catholique, on leur permet alors de porter les robes de la connaissance supérieure : coiffures courtes et rouges, jupes blanches en forme de tiges et casquettes blanches. Coïncidence ?)

Jésus et le Shamanisme – Ce que l’Église Catholique et les Gouvernements ne veulent pas que vous sachiez au sujet des champignons

Lors de mon retour le plus récent en Egypte, où je dirige de petits groupes de chercheurs de mystère chaque année, j’ai commencé à collecter un album d’images des murs du temple d’un champignon à l’envers portant une tige de plante. Cette offrande est habituellement donnée au Roi ou à l’un des dieux. La plupart des gens pensent que l’objet est une sorte de coupe ou de boisson, mais il a clairement une tige et est toujours affiché de la même façon dans chaque scène de temple de son genre. Il y a tellement de ces mêmes scènes qu’on finit par se rendre compte que les anciens Egyptiens étaient clairement dans la connaissance des champignons comme un chemin vers les dieux et l’au-delà.

Les cérémonies de champignon sacré ont existé tout au long des siècles, dans les cultures anciennes, du Mexique à la Sibérie. Cette connaissance est généralement conservée entre les mains des grands prêtres et des Shamans. Mais si vous faites plus attention, vous commencez à voir la symbologie Amanita muscaria dans des endroits quelque peu inattendus.

Ma maison est décorée d’artefacts égyptiens et balinais. Après m’être intéressée aux rites sacrés des champignons, j’ai examiné de près un vieux temple frottement que j’ai eu de la Thaïlande. Imaginez ma surprise de trouver le symbolisme du champignon dans l’œuvre d’art que je n’avais pas reconnu auparavant. Le frottement contenait une scène de déité avec trois “parapluies” sombres, tous en forme d’Amanita muscaria, avec des taches blanches. Les trois “parapluies” sont placés devant les arbres de la vie – la plante de l’immortalité (voir photo n&b).

Je m’interrogeais sur la signification du nom “Amanita”. Il fait penser au Dieu égyptien, Amon Rê – le roi des dieux. “Aman” est un nom musulman qui signifie “protection adorable sans crainte”. Quand j’ai cherché le dérivé de l’Aman dans d’autres langues, il se traduit par “bouche” ou “eau”.

Après tous mes voyages en Égypte, je vois maintenant des symboles et des hiéroglyphes avec un œil plus perspicace. Tant de piliers du temple ont même la forme de champignons géants.

Beaucoup d’anciens Egyptiens ont clairement trouvé un sens plus grand dans la vie en examinant non seulement la mort et l’au-delà, mais aussi les vastes domaines dimensionnels inexplorés où la conscience humaine peut atteindre une sagesse et une connaissance plus élevées. À cet égard, l’homme n’a pas beaucoup changé au cours du millénaire. Nous sommes obligés de chercher des réponses au mystérieux, à l’inexpliqué, à la vérité qui se trouve au-delà. Pour ma part, je ne peux pas imaginer une vie qui ne cherche pas cette plus grande compréhension de toutes choses.

Statuts de champignons au Pérou

Statues de champignons en Serbie

Une vidéo de courte durée sur le processus de croissance de l’Amanita muscaria.

Kathy Forti est psychologue clinicienne, inventeur de la technologie Trinfinity8 et auteur du livre Fractals of God : L’expérience de mort imminente d’un psychologue et ses voyages dans le monde mystique.

Source : https://www.trinfinity8.com/sacred-mushroom-rites-the-hidden-meaning-of-the-egyptian-ankh/

14
Poster un Commentaire

avatar
3000
7 Fils de commentaires
7 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
9 Auteurs du commentaire
Samj974Laurent FreemanJules673joule Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
jules673
Membre
jules673

Ange tu ferai un très bon agent de la matrice, ha ben voila pourquoi les prison sont pleine a craqué merci Ange…

jules673
Membre
jules673

Champignon 😀 nan, nan je préféré pas dire de connerie lol

chris.bof
Membre
chris.bof

D’ailleurs Nostradamus en prenait pour faire ses prédictions

Guillaume
Invité
Guillaume

Désolé je ne savais pas où poster cette vidéo, mais je la poste pour Laurent. Apparemment le conseil galactique d’arcturus te connais Laurent… Je n’est aucune idée du crédit qu’il faut donner à cet vidéo, mais je pense qu’elle mérite d’être porté à ton attention.

https://youtu.be/iYMq10JICAc

bob
Invité
bob

Tip-Top l’article !
🙂

j974
Invité
j974

L’auteure émet beaucoup d’hypothèses, et ne source que très peu ses faits. Où sont les hiéroglyphes produits par Harry Stone ? Qui les a traduit ? D’où sortent toutes ces illustrations ? Où sont les extraits des textes anciens auxquelles elles donnent son interprétation ? Il y a un minimum de respect à avoir avec ses lecteurs, c’est de montrer les informations sur lesquelles on se base. Les effets hallucinogènes de l’anamite tue-mouches sont connus depuis bien longtemps de l’humanité, il n’est pas étrange de trouver des témoignages de l’utilisation de ces derniers. La véritable question est : n’y a-t-il… Lire la suite »

jules673
Membre
jules673

Mais Laurent source la source bordel ^^

j974 replay, replay, replay si tu ne comprend pas ce qui et dit a 1.19

https://www.youtube.com/watch?v=VpXuvLNatPQ

j974
Invité
j974

Je parle de l’auteure Kathy Forti. Laurent a généreusement donné de son temps pour traduire l’article. Il n’est pas responsable de ce qu’écrit l’auteure. Ici, c’est l’auteure qui manque un peu de déontologie. Donner les informations sur lesquelles on se base, c’est la base de toute communication d’une réflexion. De plus, on a déjà fait remarqué qu’elle s’était trompée dans une de ses illustrations. Peut-être qu’elle s’est trompée ailleurs, et ce serait positif pour sa réflexion à elle aussi de voir où elle aurait pu avoir des maladresses ou des erreurs. Mais pour cela, il faudrait qu’elle communique ses sources.… Lire la suite »

Fruklushnube
Membre
Fruklushnube

Petite rectification, les statues champignons viendraient de Turquie (vallée de l’amour) et non de Serbie.

Joule
Membre
Joule

Merci, et en fait, cela ressemble au phallus impudique et au phallus des chiens

Je pense qu’il avait pour réputation d’être aphrodisiaque,
mais ça, c’est pas prouvé, ou en tout cas à, vérifier…
et il semble qu’il est consommable à l’état d’œuf,
avec un goût de radis,
mais, après, c’est autre chose !

bon, j’ai quand même trouvé une source plutôt assez complète sur les différents champis…

http://mycorance.free.fr/valchamp/alfa.htm

Chercher dans la liste: Phalle impudique, et phellin canelle
et il y a aussi les noms en latin

j974
Invité
j974

Vous avez sans doute raison. De plus, ce ne sont pas des statues, mais des formations géologiques que l’on appelle « cheminées de fée » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chemin%C3%A9e_de_f%C3%A9e

Cela peut malheureusement faire douter un peu des compétences ou de l’honnêteté intellectuelle de l’auteure.

Sam
Invité
Sam

Comme tous ces sites à tendance new-age y’a 20% de vérités et 80% de mensonges, mais athées ont tellement besoin de ce genre d’histoire, qu’ils ne prennent jamais le temps de vérifier en détail.