La VRAIE raison pour laquelle l’Amérique a utilisé des armes nucléaires contre le Japon (ce n’était pas pour mettre fin à la guerre ou sauver des vies)

0
6606

Les armes atomiques n’étaient pas nécessaires pour mettre fin à la guerre ou sauver des vies

Comme tous les Américains, on m’a enseigné que les États-Unis ont largué des bombes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki afin de mettre fin à la Seconde Guerre mondiale et de sauver des vies américaines et japonaises.

Mais la plupart des hauts responsables militaires américains de l’époque disaient le contraire.

Loading...

Le groupe U.S. Strategic Bombing Survey, chargé par le président Truman d’étudier les attaques aériennes contre le Japon, produisit en juillet 1946 un rapport qui conclut (52-56) :

Sur la base d’une enquête détaillée de tous les faits et appuyée par les témoignages des dirigeants japonais survivants, la Commission est d’avis qu’avant le 31 décembre 1945 et selon toute probabilité avant le 1er novembre 1945, le Japon se serait rendu même si les bombes atomiques n’avaient pas été larguées, même si la Russie n’avait pas participé à la guerre et même si aucune invasion n’avait été prévue ou prévue.

Le général (et futur président) Dwight Eisenhower – alors commandant suprême de toutes les forces alliées et officier qui a créé la plupart des plans militaires américains de la Seconde Guerre mondiale pour l’Europe et le Japon – a déclaré :

Les Japonais étaient prêts à se rendre et il n’était pas nécessaire de les frapper avec cette horrible chose.

Newsweek, 11/11/63, Ike sur Ike

Eisenhower a également noté (p. 380) :

En[juillet] 1945…. Le secrétaire à la Guerre Stimson, en visite à mon quartier général en Allemagne, m’a informé que notre gouvernement se préparait à lancer une bombe atomique sur le Japon. J’étais de ceux qui pensaient qu’il y avait un certain nombre de raisons convaincantes de s’interroger sur la sagesse d’un tel acte. …le secrétaire, en me donnant les nouvelles de l’essai réussi de la bombe au Nouveau-Mexique, et du plan pour l’utiliser, m’a demandé de réagir, s’attendant apparemment à un assentiment vigoureux.

Au cours de sa récitation des faits pertinents, j’avais été conscient d’un sentiment de dépression et je lui ai donc fait part de mes graves craintes, d’abord parce que je croyais que le Japon était déjà vaincu et que larguer la bombe était complètement inutile, et ensuite parce que je pensais que notre pays devrait éviter de choquer l’opinion mondiale en utilisant une arme dont l’emploi ne serait, à mes yeux, plus obligatoire pour sauver des vies américaines. Je pensais qu’à ce moment-là, le Japon cherchait un moyen de se rendre avec un minimum de perte de ” visage “. Le secrétaire a été profondément troublé par mon attitude……

L’amiral William Leahy – le plus haut gradé de l’armée américaine de 1942 jusqu’à sa retraite en 1949, qui fut le premier président de facto du Joint Chiefs of Staff, et qui fut au centre de toutes les grandes décisions militaires américaines pendant la Deuxième Guerre mondiale – a écrit (p. 441) :

Je suis d’avis que l’utilisation de cette arme barbare à Hiroshima et Nagasaki n’a pas été d’une aide matérielle dans notre guerre contre le Japon. Les Japonais étaient déjà vaincus et prêts à se rendre en raison du blocus maritime efficace et du bombardement réussi avec des armes classiques.

Les possibilités mortelles de la guerre atomique à l’avenir sont effrayantes. J’avais le sentiment qu’en étant les premiers à l’utiliser, nous avions adopté une norme éthique commune aux barbares de l’âge des ténèbres. On ne m’a pas appris à faire la guerre de cette façon, et les guerres ne peuvent être gagnées en détruisant les femmes et les enfants.

Le général Douglas MacArthur est d’accord (p. 65, 70-71) :

Le point de vue de MacArthur sur la décision de lâcher la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki était très différent de ce que le grand public supposait….. Lorsque j’ai interrogé le général MacArthur sur la décision de larguer la bombe, j’ai été surpris d’apprendre qu’il n’avait même pas été consulté. Quel aurait été son conseil ? Il a répondu qu’il ne voyait aucune justification militaire au largage de la bombe. La guerre aurait pu prendre fin des semaines plus tôt, a-t-il dit, si les États-Unis avaient accepté, comme ils l’ont fait par la suite, de conserver l’institution de l’empereur.

De plus (p. 512) :

La déclaration de Potsdam, en juillet, exigeait que le Japon se rende sans condition sous peine de ” destruction rapide et totale “. MacArthur était consterné. Il savait que les Japonais ne renonceraient jamais à leur empereur, et que sans lui une transition ordonnée vers la paix serait de toute façon impossible, car son peuple ne se soumettrait jamais à l’occupation alliée s’il ne l’ordonnait pas. Ironiquement, quand la capitulation a eu lieu, elle était conditionnelle, et la condition était une continuation du règne impérial. Si l’avis du général avait été suivi, le recours aux armes atomiques à Hiroshima et Nagasaki aurait peut-être été inutile.

De même, le secrétaire adjoint à la Guerre, John McLoy, a fait remarquer (p. 500) :

J’ai toujours pensé que si, dans l’ultimatum que nous avions adressé au gouvernement japonais depuis Potsdam[en juillet 1945], nous avions fait référence au maintien de l’empereur en tant que monarque constitutionnel et à l’accessibilité raisonnable des matières premières pour le futur gouvernement japonais, cela aurait été accepté. En effet, je crois que même dans la forme sous laquelle il a été livré, les Japonais étaient disposés à lui accorder une considération favorable. Une fois la guerre terminée, j’en suis arrivé à cette conclusion après avoir discuté avec un certain nombre de responsables japonais qui avaient été étroitement associés à la décision du gouvernement japonais de l’époque de rejeter l’ultimatum, tel qu’il avait été présenté. Je crois que nous avons raté l’occasion d’effectuer une reddition japonaise, qui nous a été totalement satisfaisante, sans qu’il soit nécessaire de larguer les bombes.

Ralph Bird, sous-secrétaire d’État à la Marine, a dit :

Je pense que les Japonais étaient prêts pour la paix et qu’ils avaient déjà approché les Russes et, je crois, les Suisses. Et cette suggestion de[donner] un avertissement[de la bombe atomique] était pour eux une proposition qui leur sauvait la face et qu’ils auraient pu facilement accepter.

***

À mon avis, la guerre du Japon a vraiment été gagnée avant même que nous n’utilisions la bombe atomique. Il ne nous aurait donc pas été nécessaire de révéler notre position nucléaire et d’inciter les Russes à développer la même chose beaucoup plus rapidement que si nous n’avions pas lâché la bombe.

War Was Really Won Before We Used A-Bomb, U.S. News and World Report, 8/15/60, p. 73-75.

Il a également noté (p. 144-145, 324) :

Il me semblait définitivement que les Japonais devenaient de plus en plus faibles. Ils étaient encerclés par la Marine. Ils ne pouvaient pas obtenir d’importations et ils ne pouvaient rien exporter. Naturellement, avec le temps et l’évolution de la guerre en notre faveur, il était tout à fait logique d’espérer et de s’attendre à ce qu’avec un avertissement approprié, les Japonais soient en mesure de faire la paix, ce qui nous aurait rendu inutile de lâcher la bombe et d’avoir à faire entrer la Russie.

Alfred McCormack – Directeur du renseignement militaire pour le théâtre de guerre du Pacifique, qui était probablement aussi bien placé que quiconque pour juger la situation – croyait que la reddition japonaise aurait pu être obtenue en quelques semaines par le seul blocus :

Les Japonais n’avaient plus assez de nourriture en stock et leurs réserves de carburant étaient pratiquement épuisées. Nous avions entamé un processus secret d’exploitation de tous leurs ports, ce qui les isolait progressivement du reste du monde. Si nous avions mené ce projet à sa conclusion logique, la destruction des villes japonaises par des bombes incendiaires et autres aurait été tout à fait inutile.

Le général Curtis LeMay, le “faucon” de l’armée de l’air de l’armée de terre fumeur de cigares, a déclaré publiquement peu avant que les bombes nucléaires ne soient larguées sur le Japon :

La guerre aurait été finie en deux semaines. . . La bombe atomique n’a rien à voir avec la fin de la guerre.

Le vice-président du U.S. Bombing Survey, Paul Nitze, a écrit (p. 36-37, 44-45) :

J’ai conclu que même sans la bombe atomique, le Japon allait probablement se rendre dans quelques mois. J’étais d’avis que le Japon capitulerait d’ici novembre 1945.

***

Même sans les attaques contre Hiroshima et Nagasaki, il semblait hautement improbable, étant donné l’humeur du gouvernement japonais, qu’une invasion américaine des îles[prévue pour le 1er novembre 1945] aurait été nécessaire.

Directeur adjoint du Bureau du renseignement naval Ellis Zacharias a écrit :

Juste au moment où les Japonais étaient prêts à capituler, nous avons présenté au monde l’arme la plus dévastatrice qu’ils aient jamais vue et, en fait, nous avons donné le feu vert à la Russie pour envahir l’Asie orientale.

Washington a décidé que le Japon avait eu sa chance et qu’il était temps d’utiliser la bombe atomique.

Je soutiens que c’était la mauvaise décision. C’était mal pour des raisons stratégiques. Et c’était mal pour des raisons humanitaires.

Ellis Zacharias, How We Bungled the Japanese Surrender, Look, 6/6/50, p. 19-21.

Le brigadier-général Carter Clarke – l’officier du renseignement militaire chargé de préparer des résumés des câbles japonais interceptés pour le président Truman et ses conseillers – a déclaré (p. 359) :

Quand nous n’avions pas besoin de le faire, et nous savions que nous n’avions pas besoin de le faire, et qu’ils savaient que nous savions que nous n’avions pas besoin de le faire, nous les avons utilisés comme une expérience pour deux bombes atomiques.

De nombreux autres officiers militaires de haut niveau sont du même avis. Par exemple :

Le commandant en chef de la flotte américaine et chef des opérations navales, Ernest J. King, a déclaré que le blocus naval et le bombardement préalable du Japon en mars 1945 avaient rendu les Japonais impuissants et que l’utilisation de la bombe atomique était inutile et immorale. De plus, l’avis de l’amiral de flotte Chester W. Nimitz aurait déclaré, lors d’une conférence de presse le 22 septembre 1945, que ” l’amiral a saisi l’occasion d’ajouter sa voix à celles de ceux qui insistaient pour dire que le Japon avait été vaincu avant les bombardements atomiques et l’entrée en guerre de la Russie “. Dans un discours prononcé au Monument de Washington le 5 octobre 1945, l’amiral Nimitz déclara : “Les Japonais avaient en fait déjà poursuivi les Japonais pour la paix avant que l’âge atomique ne soit annoncé au monde avec la destruction d’Hiroshima et avant l’entrée en guerre de la Russie”. On apprit aussi que le ou vers le 20 juillet 1945, le général Eisenhower avait exhorté Truman, lors d’une visite personnelle, à ne pas utiliser la bombe atomique. L’évaluation d’Eisenhower était la suivante : “Il n’était pas nécessaire de les frapper avec cette horrible chose… L’utilisation de la bombe atomique, pour tuer et terroriser des civils, sans même tenter de[négociations], était un double crime.” Eisenhower a également déclaré qu’il n’était pas nécessaire que Truman “succombe” à[la petite poignée de personnes faisant pression sur le président pour qu’il lâche des bombes atomiques sur le Japon].

Les officiers britanniques étaient du même avis. Par exemple, le général Sir Hastings Ismay, chef d’état-major du ministre britannique de la Défense, a déclaré au premier ministre Churchill que ” lorsque la Russie est entrée en guerre contre le Japon, les Japonais voulaient probablement sortir à presque toutes les conditions avant le détrônement de l’Empereur “.

En apprenant que le test atomique avait réussi, la réaction privée d’Ismay fut une réaction de “répulsion”.

Pourquoi a-t-on largué des bombes sur des villes peuplées sans valeur militaire ?

Même les officiers militaires qui étaient en faveur de l’utilisation d’armes nucléaires préféraient surtout les utiliser dans des zones non peuplées ou sur des cibles militaires japonaises… pas dans les villes.

Par exemple, l’adjoint spécial du secrétaire de la Marine, Lewis Strauss, a proposé au secrétaire de la Marine, James Forrestal, qu’une démonstration non létale d’armes atomiques suffirait à convaincre les Japonais de se rendre … et le secrétaire de la Marine a accepté (p. 145, 325) :

J’ai proposé au Secrétaire Forrestal que l’arme soit démontrée avant son utilisation. D’abord parce qu’il était clair pour un certain nombre de personnes, dont moi-même, que la guerre était presque terminée. Les Japonais étaient presque prêts à capituler… J’ai proposé au secrétaire que l’arme soit démontrée dans une zone accessible aux observateurs japonais et où ses effets seraient dramatiques. Je me souviens avoir suggéré qu’un endroit satisfaisant pour une telle démonstration serait une grande forêt de cryptomères non loin de Tokyo. L’arbre cryptomeria est la version japonaise de notre séquoia… Je m’attendais à ce qu’une bombe explosée à une hauteur convenable au-dessus d’une telle forêt… aurait disposé les arbres en andains du centre de l’explosion dans toutes les directions comme s’ils étaient des allumettes, et, bien sûr, les aurait mis en feu au milieu. Il me semblait qu’une telle démonstration prouverait aux Japonais que nous pouvions détruire n’importe laquelle de leurs villes à volonté… Le secrétaire Forrestal était entièrement d’accord avec la recommandation…

Il me semblait qu’une telle arme n’était pas nécessaire pour mener la guerre à son terme, qu’une fois utilisée, elle trouverait sa place dans les armements du monde….

Le général George Marshall est d’accord :

Des documents contemporains montrent que Marshall pensait que ” ces armes pourraient d’abord être utilisées contre des objectifs militaires directs tels qu’une grande installation navale et ensuite, si aucun résultat complet n’en découlait, il pensait que nous devrions désigner un certain nombre de grandes zones de fabrication dont le peuple serait averti de partir – disant aux Japonais que nous avions l’intention de détruire ces centres… “.

Comme le suggère le document concernant les vues de Marshall, la question de savoir si l’utilisation de la bombe atomique était justifiée dépend… de la question de savoir si les bombes devaient être utilisées contre une cible largement civile plutôt que strictement militaire – ce qui, en fait, était le choix explicite puisque bien qu’il y ait des troupes japonaises dans les villes, ni Hiroshima ni Nagasaki ne furent considérées comme militairesment essentielles par les responsables américains. (C’est l’une des raisons pour lesquelles ni l’un ni l’autre n’avait été lourdement bombardé jusqu’à ce stade de la guerre.) En outre, le ciblage[d’Hiroshima et de Nagasaki] visait explicitement les installations non militaires entourées par les maisons des travailleurs.

Les historiens s’accordent à dire que la bombe n’était pas nécessaire

Les historiens s’accordent à dire que les armes nucléaires n’avaient pas besoin d’être utilisées pour arrêter la guerre ou sauver des vies.

Comme le note l’historien Doug Long :

L’historien de la Nuclear Regulatory Commission des États-Unis, J. Samuel Walker, a étudié l’historique des recherches sur la décision d’utiliser des armes nucléaires au Japon. Dans sa conclusion, il écrit : “Le consensus parmi les chercheurs est que la bombe n’était pas nécessaire pour éviter une invasion du Japon et pour mettre fin à la guerre dans un temps relativement court. Il est clair que des alternatives à la bombe existaient et que Truman et ses conseillers le savaient.” (J. Samuel Walker, La décision d’utiliser la bombe : A Historiographical Update, Diplomatic History, hiver 1990, p. 110).

Les politiciens sont d’accord

De nombreux politiciens de haut niveau étaient d’accord. Par exemple, Herbert Hoover a dit (p. 142) :

Les Japonais étaient prêts à négocier depuis février 1945… jusqu’au moment où les bombes atomiques ont été larguées et avant ; si de telles pistes avaient été suivies, il n’y aurait eu aucune occasion de lâcher les bombes[atomiques].

Le sous-secrétaire d’État Joseph Grew a noté (p. 29-32) :

la lumière des éléments de preuve disponibles, moi-même et d’autres personnes avons estimé que si une déclaration aussi catégorique sur le maintien de la dynastie avait été publiée en mai 1945, les éléments du gouvernement[japonais] qui avaient l’intention de se rendre auraient pu avoir une raison valable et la force nécessaire pour parvenir rapidement à une décision claire et nette.

Si la capitulation avait pu avoir lieu en mai 1945, ou même en juin ou juillet, avant l’entrée de la Russie soviétique dans la guerre[du Pacifique] et l’utilisation de la bombe atomique, le monde aurait été le gagnant.

Pourquoi alors des bombes atomiques ont-elles été larguées sur le Japon ?

Si le largage de bombes nucléaires n’était pas nécessaire pour mettre fin à la guerre ou sauver des vies, pourquoi a-t-on pris la décision de les larguer ? Surtout en dépit des objections de tant de personnalités militaires et politiques de premier plan ?

Une théorie est que les scientifiques aiment jouer avec leurs jouets :

Le 9 septembre 1945, l’amiral William F. Halsey, commandant de la Troisième Flotte, a été cité publiquement à maintes reprises comme ayant déclaré que la bombe atomique était utilisée parce que les scientifiques avaient un “jouet et voulaient l’essayer…”. Il a ajouté : “La première bombe atomique était une expérience inutile… . . . C’était une erreur de l’abandonner.”

Cependant, la plupart des scientifiques du Projet Manhattan qui ont développé la bombe atomique étaient opposés à son utilisation sur le Japon.

Albert Einstein – un catalyseur important pour le développement de la bombe atomique (mais pas directement lié au projet Manhattan) – a dit le contraire :

“La grande majorité des scientifiques s’opposaient à l’emploi soudain de la bombe atomique.” Selon le jugement d’Einstein, le largage de la bombe était une décision politique et diplomatique plutôt qu’une décision militaire ou scientifique.

En effet, certains scientifiques du Projet Manhattan ont écrit directement au secrétaire à la Défense en 1945 pour tenter de le dissuader de lâcher la bombe :

Nous pensons que ces considérations rendent inopportun l’utilisation de bombes nucléaires pour une attaque précoce et inopinée contre le Japon. Si les États-Unis étaient les premiers à libérer ce nouveau moyen de destruction aveugle de l’humanité, ils sacrifieraient le soutien de l’opinion publique dans le monde entier, précipiteraient la course aux armements et compromettraient la possibilité de conclure un accord international sur le contrôle futur de ces armes.

Political and Social Problems, Manhattan Engineer District Records, dossiers Harrison-Bundy, dossier no 76, Archives nationales (également contenu dans : Martin Sherwin, Un monde détruit, édition 1987, p. 323-333).

Les scientifiques s’interrogeaient sur la capacité de détruire des villes japonaises avec des bombes atomiques pour amener la capitulation quand ils détruisaient des villes japonaises avec des bombes conventionnelles ne l’avaient pas fait, et – comme certains des officiers militaires cités ci-dessus – recommandaient une démonstration de la bombe atomique pour le Japon dans une zone non habitée.

La vraie explication ?

Notes de History.com :

Depuis que les deux bombes atomiques ont été larguées sur le Japon, un certain nombre d’historiens ont suggéré que ces armes avaient un double objectif….. Il a été suggéré que le deuxième objectif était de faire la démonstration de la nouvelle arme de destruction massive à l’Union soviétique. En août 1945, les relations entre l’Union soviétique et les États-Unis s’étaient fortement détériorées. La conférence de Potsdam entre le président américain Harry S. Truman, le dirigeant russe Joseph Staline et Winston Churchill (avant d’être remplacé par Clément Attlee) a pris fin quatre jours seulement avant le bombardement d’Hiroshima. La rencontre a été marquée par des récriminations et des soupçons entre les Américains et les Soviétiques. Les armées russes occupaient la majeure partie de l’Europe de l’Est. Truman et beaucoup de ses conseillers espéraient que le monopole atomique américain pourrait servir de levier diplomatique auprès des Soviétiques. Ainsi, le largage de la bombe atomique sur le Japon peut être considéré comme le premier coup de feu de la guerre froide.

New Scientist a publié son rapport en 2005 :

La décision américaine de larguer des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki en 1945 était destinée à relancer la guerre froide plutôt qu’à mettre fin à la Seconde Guerre mondiale, selon deux historiens nucléaires qui affirment disposer de nouvelles preuves à l’appui de cette théorie controversée.

On a fait plus pour impressionner l’Union soviétique que pour impressionner le Japon, disent-ils, en provoquant une réaction de fission dans plusieurs kilogrammes d’uranium et de plutonium et en tuant plus de 200.000 personnes il y a 60 ans. Et le président américain qui a pris la décision, Harry Truman, était coupable, ajoutent-ils.

“Il savait qu’il commençait le processus d’anéantissement de l’espèce “, dit Peter Kuznick, directeur du Nuclear Studies Institute de l’American University à Washington DC, États-Unis. “Ce n’était pas seulement un crime de guerre, c’était un crime contre l’humanité.”

***

L’explication conventionnelle de l’utilisation des bombes pour mettre fin à la guerre et sauver des vies] est contestée par Kuznick et Mark Selden, un historien de l’Université Cornell à Ithaca, New York, États-Unis.

***

De nouvelles études sur les archives diplomatiques américaines, japonaises et soviétiques suggèrent que la principale motivation de Truman était de limiter l’expansion soviétique en Asie, affirme Kuznick. Le Japon s’est rendu parce que l’Union soviétique a commencé une invasion quelques jours après le bombardement d’Hiroshima, et non à cause des bombes atomiques elles-mêmes, dit-il.

Selon un récit de Walter Brown, assistant du secrétaire d’État américain James Byrnes, Truman a convenu lors d’une réunion trois jours avant que la bombe ne soit larguée sur Hiroshima que le Japon ” cherchait la paix “. Les généraux de son armée, Douglas Macarthur et Dwight Eisenhower, et son chef d’état-major de la marine, William Leahy, ont dit à Truman qu’il n’était pas nécessaire que les militaires utilisent la bombe.

“Impressionner la Russie était plus important que de mettre fin à la guerre au Japon “, dit Selden.

souligne John Pilger :

Le secrétaire américain à la guerre, Henry Stimson, a déclaré au président Truman qu’il craignait que l’armée de l’air américaine ne “bombarde” le Japon au point que la nouvelle arme ne puisse “montrer sa force”. Il a admis plus tard qu'”aucun effort n’a été fait, et aucun n’a été sérieusement envisagé, pour obtenir la reddition simplement pour ne pas avoir à utiliser la bombe”. Ses collègues de la politique étrangère étaient impatients de ” fouetter les Russes avec la bombe tenue assez ostensiblement sur la hanche “. Le général Leslie Groves, directeur du projet Manhattan qui a fabriqué la bombe, a témoigné : “Je n’ai jamais eu l’illusion que la Russie était notre ennemi et que le projet a été mené sur cette base.” Le lendemain de la disparition d’Hiroshima, le président Truman s’est déclaré satisfait du “succès retentissant” de “l’expérience”.

Nous donnerons le dernier mot au professeur d’économie politique de l’Université du Maryland – et ancien directeur législatif à la Chambre des représentants et au Sénat des États-Unis, et assistant spécial au Département d’État – Gar Alperovitz :

Bien que la plupart des Américains n’en soient pas conscients, un nombre croissant d’historiens reconnaissent maintenant que les États-Unis n’ont pas eu besoin d’utiliser la bombe atomique pour mettre fin à la guerre contre le Japon en 1945. De plus, ce jugement essentiel a été exprimé par la grande majorité des chefs militaires américains de haut rang dans les trois services au cours des années qui ont suivi la fin de la guerre : Armée, Marine et Armée de l’air. Ce n’était pas non plus le jugement des “libéraux”, comme on le pense parfois aujourd’hui. En fait, les conservateurs de premier plan ont été beaucoup plus francs en contestant la décision comme injustifiée et immorale que les libéraux américains dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale.

***

Au lieu de permettre à d’autres options de mettre fin à la guerre, comme laisser les Soviétiques attaquer le Japon avec des forces terrestres, les États-Unis se sont précipités pour utiliser deux bombes atomiques presque exactement au moment où une attaque soviétique du 8 août avait été initialement prévue : Hiroshima le 6 août et Nagasaki le 9 août. Le moment choisi a évidemment soulevé des questions chez de nombreux historiens. Les preuves disponibles, bien qu’elles ne soient pas concluantes, suggèrent fortement que les bombes atomiques ont pu être utilisées en partie parce que les dirigeants américains ont “préféré” – comme l’a dit l’historien lauréat du Prix Pulitzer Martin Sherwin – mettre fin à la guerre avec les bombes plutôt qu’avec l’attaque soviétique. Impressionner les Soviétiques pendant les premiers combats diplomatiques qui ont finalement abouti à la guerre froide semble également avoir été un facteur important.

***

La perspective la plus éclairante, cependant, vient des chefs militaires américains de la Seconde Guerre mondiale. La croyance populaire selon laquelle la bombe atomique a sauvé un million de vies est si répandue que … la plupart des Américains ne se sont pas arrêtés pour réfléchir à quelque chose d’assez frappant pour quiconque s’intéresse sérieusement à cette question : Non seulement la plupart des hauts gradés de l’armée américaine pensaient que les bombardements étaient inutiles et injustifiés, mais beaucoup étaient moralement offensés par ce qu’ils considéraient comme la destruction inutile des villes japonaises et ce qui était essentiellement des populations non combattantes. De plus, ils en ont parlé ouvertement et publiquement.

***

Peu avant sa mort, le général George C. Marshall défendait discrètement cette décision, mais, pour la plupart, il a déclaré publiquement à maintes reprises qu’il ne s’agissait pas d’une décision militaire, mais plutôt politique.

Source : https://www.ancreport.com/report/the-real-reason-america-used-nuclear-weapons-against-japan-it-was-not-to-end-the-war-or-save-lives/

—Note L. SM—

Vous imaginez la somme de mensonges que “les contrôleurs de l’humanité” nous ont fait gober ? Partout sur la planète ?

Et ça continue tous les jours ainsi…

Mais nous sommes dans la période des révélations et l’humanité s’éveille et (ré)apprennent en déc 2012 qu’ils sont LIBRES & SOUVERAINS et que personne ni aucun État n’a autorité sur eux, nous sommes tous les enfants du Créateur Infini Unique, lequel a toute autorité sur SA création.

On ne peut pas servir 2 maîtres… l’État… ou La Source de Tout ce Qui EST.

L’heure de la récolte a sonnée.

Namaste

L.

Loading...

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de