La vitamine C par voie intraveineuse tue le cancer et la FDA veut l’interdire

6
37252

Loading...

La vitamine C a une fonction antioxydante à large spectre avec la capacité de protéger les structures cellulaires et l’ADN des dommages causés par les radicaux libres. La vitamine C est remarquablement sûre même à des doses extrêmement élevées. Comparativement aux médicaments d’ordonnance couramment utilisés, les effets secondaires sont pratiquement inexistants.

Quelle que soit la concentration, la vitamine C ne nuit pas aux cellules saines. Pourtant, grâce à un éventail de réactions enzymatiques et métaboliques, la vitamine C a une capacité impressionnante de protéger et de traiter un large éventail de maladies, dont le cancer. Quand quelque chose est aussi efficace pour traiter la maladie, la FDA ne reculera devant rien pour empêcher l’accès du public.

Les avantages d’une consommation à long terme de vitamine C supérieure à l’apport quotidien recommandé par le gouvernement américain (AJR) sont largement reconnus et comprennent la réduction des risques de cancer, de maladies cardiovasculaires et de cataractes.

Des apports en vitamine C supérieurs à l’ANR ont été associés à une augmentation du bon cholestérol HDL, à une diminution de l’oxydation du cholestérol LDL, à une baisse de la tension artérielle et à une diminution de la mortalité cardiovasculaire.

Le premier médecin à utiliser agressivement la vitamine C pour traiter la maladie fut Frederick R. Klenner, M.D., au début des années 1940. Le Dr Klenner a traité avec succès la varicelle, la rougeole, les oreillons, le tétanos et la polio avec d’énormes doses de vitamine C.

Il a utilisé des doses massives de vitamine C pendant plus de 40 ans en médecine familiale. De nombreux praticiens qui pratiquent avec la vitamine C IV considèrent que le traitement est plus efficace que n’importe quel vaccin jamais inventé.

La vitamine C joue un rôle antioxydant de premier plan dans l’espace intercellulaire entourant chaque cellule. Il a également la capacité de régénérer et d’optimiser d’autres antioxydants clés tels que la vitamine E.

C’est une vitamine hydrosoluble scientifiquement connue sous le nom d’acide ascorbique (forme réduite). Son absorption est relativement efficace à 70-90% pour les faibles doses. Tout excès de vitamine C qui n’est pas absorbé dans le tube digestif est excrété. Cela prévient le surdosage par ingestion orale.

Les humains sont l’une des rares espèces d’animaux qui ne sont pas capables de produire de la vitamine C. Nous comptons sur l’apport alimentaire pour maintenir nos réserves. De nombreuses personnes ayant un faible apport alimentaire en fruits et légumes ont des niveaux sous-optimaux de vitamine C. En fait, il est souvent démontré que les patients atteints de cancer ont des niveaux très bas de vitamine C.

Les preuves démontrent que la vitamine C est l’un des meilleurs agents antiviraux actuellement disponibles. La vitamine C peut neutraliser et éliminer un large éventail de toxines. La vitamine C augmentera la résistance de l’hôte, augmentant considérablement la capacité du système immunitaire à neutraliser les infections bactériennes et fongiques.

Une étude publiée dans l’American Heart Journal a révélé que le risque d’insuffisance cardiaque augmentait avec la diminution de la vitamine C plasmatique ; chaque augmentation de 20 moles/L de la concentration plasmatique de vitamine C était associée à une réduction relative de 9% du risque d’insuffisance cardiaque.

La vitamine C dans le traitement du cancer

Dans les années 1970, les docteurs Ewan Cameron, Nikolaas Campbell et Linus Pauling ont été les premiers à signaler l’utilisation de fortes doses de vitamine C pour traiter les patients en phase terminale du cancer. Ils ont constaté que les traitements IV et oraux augmentaient le temps de survie par rapport aux patients qui n’avaient pas reçu de traitement.

Depuis les premières études de Cameron et Pauling, le mécanisme anticancéreux exact de la vitamine C a été étudié et clarifié.

Considérant les différentes fonctions de la vitamine C dans l’organisme humain, deux modes d’action distincts ont été identifiés en matière de cancer. En prévention, la vitamine C a des effets antioxydants qui protègent la structure et les fonctions cellulaires clés.

Il prévient également la formation de composés cancérigènes dangereux. La dose pour obtenir un effet antioxydant est faible (moins de 2 grammes) et peut être obtenue par l’apport alimentaire ou la supplémentation orale.

Le deuxième mécanisme d’action est en fait un effet pro-oxydant. Il est prouvé que les doses supérieures à 15 grammes ont un effet “pro-oxydant” en générant du peroxyde d’hydrogène, qui à son tour détruit sélectivement les cellules cancéreuses.

De fortes doses de vitamine C sont administrées de préférence dans les régions entourant la tumeur parce que la molécule de vitamine ressemble à une molécule de sucre et que les cellules cancéreuses ont une demande accrue de sucre pour alimenter leur croissance non régulée.

Lorsqu’elle se trouve à proximité des cellules, la molécule de vitamine C réagit avec un ion métallique comme le fer ou le cuivre et forme une molécule de peroxyde d’hydrogène qui endommage la cellule cancéreuse.

Au-delà des effets pro- et antioxydants, il a été démontré que la vitamine C régularise la division cellulaire via la protéine p53 (essentielle au traitement et à la prévention du cancer), améliore la réponse immunitaire et réduit la gravité de la cachexie (perte de poids due au cancer).

Une étude récente a également révélé que la vitamine C à forte dose réduisait les taux de protéines C-réactives et les cytokines pro-inflammatoires chez les patients cancéreux, ce qui a eu des effets positifs sur les marqueurs tumoraux.

Linus Pauling, Ph.D., et Ewan Cameron, M.D., ont publié un rapport de cas portant sur une centaine de patients atteints d’un cancer en phase terminale qui avaient reçu des doses élevées de vitamine C par voie IV et orale. Les patients ayant reçu ce traitement ont survécu en moyenne 300 jours de plus qu’un groupe témoin de patients ayant un état pathologique similaire, et 22 % de ceux-ci ont vécu au-delà de un an, contre seulement 0,4 % dans le groupe témoin.

Sur la base de ces résultats, le Dr Pauling a convaincu le National Cancer Institute (NCI) d’évaluer ce traitement dans le cadre d’un essai clinique auprès de patients atteints d’un cancer avancé. Mais lorsque les résultats ont été publiés, la vitamine C n’a montré aucune valeur thérapeutique.

Pourquoi ? Parce que plutôt que d’utiliser la vitamine C par voie intraveineuse et orale comme l’avaient fait les Drs Pauling et Cameron, le NCI a utilisé uniquement de la vitamine C par voie orale. Bien sûr, l’étude a échoué – il est impossible d’atteindre les niveaux sanguins requis avec des doses orales.

L’organisme contrôle étroitement les niveaux de cette vitamine en limitant l’absorption intestinale. L’administration intraveineuse contourne ce mécanisme de contrôle et les concentrations sanguines augmentent en fonction de la dose.

Par exemple, 10 g de vitamine C IV augmentent les concentrations sanguines 25 fois plus élevées que la même dose prise par voie orale, et ce chiffre peut être multiplié par 70 à mesure que les doses augmentent. Néanmoins, l’étude imparfaite a donné aux médecins conventionnels une excuse pour éviter la vitamine C, et jusqu’à ce jour, ils la déterrent comme preuve que la vitamine C est inefficace comme traitement contre le cancer.

Mark Levine, M.D., chercheur aux National Institutes of Health, a fait beaucoup de travail sur les mécanismes de la vitamine C dans le traitement du cancer. C’est l’équipe du Dr Levine qui a découvert exactement comment la vitamine C tue le cancer.

La vitamine C interagit avec le fer et d’autres métaux dans le fluide extracellulaire (par opposition à l’intérieur des cellules) pour créer du peroxyde d’hydrogène. Le peroxyde d’hydrogène joue un rôle vital de signalisation dans le système immunitaire, en acheminant les globules blancs vers les sites de blessure ou de maladie.

En concentrations élevées, il fait beaucoup plus. Le peroxyde d’hydrogène endommage l’ADN et les mitochondries des cellules aberrantes, coupe leur approvisionnement énergétique et les tue. Mieux encore, contrairement à presque tous les médicaments de chimiothérapie conventionnels qui détruisent les cellules cancéreuses, il est sélectivement toxique. Quelle que soit la concentration, la vitamine C ne nuit pas aux cellules saines.

Attentes, résultats et posologie

Quelle quantité de vitamine C est une dose thérapeutique efficace ? Le Dr Klenner a administré jusqu’à 300 000 mg par jour. En général, il administrait de 350 à 700 mg par kilogramme (2,2 livres) de poids corporel par jour. Le Dr Klenner a souligné que les petites quantités ne fonctionnent pas.

La posologie et la voie d’administration de la vitamine C sont essentielles pour déterminer si elle a une action antitumorale directe ou une fonction antioxydante de soutien. Les niveaux nécessaires pour obtenir des effets tumoricides directs sont d’au moins 200-1000 micromol/L. Pour atteindre ces niveaux plus élevés d’anticancéreux, des doses IV de 25 à 50 grammes sont nécessaires. 50 grammes de vitamine C IV peuvent atteindre un taux plasmatique de plus de 14 000 micromol/L. La supplémentation orale est insuffisante en raison d’une absorption très limitée dans le tube digestif.

Les taux plasmatiques de vitamine C atteignent leur maximum après 200 mg de suppléments oraux, et la dose orale maximale avant l’apparition de selles molles est d’environ 4 grammes. L’absorption orale peut être augmentée si les doses sont fractionnées au cours de la journée, prises avec un repas ou dans une préparation à libération prolongée. Même en utilisant la même dose de 10 grammes, l’administration intraveineuse a permis d’obtenir un taux plasmatique de vitamine C 50 à 150 fois plus élevé que la supplémentation orale.

Les taux de vitamine C (et de peroxyde d’hydrogène) atteignent leur maximum dans les 30 minutes suivant l’administration intraveineuse, puis reviennent à la normale dans les 24 heures. Cela rend le traitement anticancéreux direct efficace pour une courte période de temps seulement et donc des traitements fréquents sont nécessaires.

L’avantage est que d’autres thérapies peuvent être utilisées peu de temps après la prise de vitamine C, sans crainte d’interactions. La plupart des oncologues intégrateurs recommandent des traitements IV une ou deux fois par semaine, avec supplémentation orale tous les autres jours, pendant au moins 12 mois, avec des tests de laboratoire réguliers pour évaluer les marqueurs tumoraux et leur progression.

Un certain nombre d’études de synthèse et d’études de cas réalisées par des médecins et des chercheurs spécialisés en cancérologie intégrative ont fait état d’une amélioration du temps de survie au cancer et de la qualité de vie, voire d’une régression tumorale dans certains cas, après des traitements hebdomadaires à la vitamine C IV effectués régulièrement pendant 12 mois ou plus.

Il est également important de noter que la thérapie à la vitamine C peut ne pas fonctionner pour tout le monde et pour tous les types de cancer. Il est toujours recommandé de consulter votre médecin naturopathe pour savoir si le traitement à la vitamine C vous convient.

La FDA veut que la vitamine C IV soit interdite

Maintenant, la FDA interdirait aux petites pharmacies de fabriquer ou de distribuer de la vitamine C injectable, même si la vitamine C est une puissante substance cicatrisante qui convient parfaitement à de nombreux problèmes de santé.

Non seulement la FDA cherche à éradiquer l’utilisation de la vitamine C IV, mais elle s’efforce également d’interdire le chlorure de magnésium injectable et le complexe injectable de vitamine B 100. Ces substances sont utilisées pour fabriquer ce qu’on appelle le ” cocktail Myers “, qui est utilisé pour des maladies comme le syndrome de fatigue chronique, l’hépatite, le sida, la mononucléose et la grippe.

Un signe sûr d’un agent thérapeutique puissant est quand la FDA essaie de l’arrêter.

Leur raisonnement n’a rien à voir avec la sécurité, car la vitamine C s’est toujours avérée être l’un des nutriments les moins toxiques dans les aliments et les formes liquides ont un historique d’utilisation sûre. Au lieu de cela, la FDA interdit la vitamine C IV parce qu’elle ne peut pas être brevetée et qu’elle ne peut être soumise au processus d’approbation de la FDA pour un “nouveau médicament”.

Bien que les doses orales puissent corriger les carences et maintenir les niveaux d’antioxydants dans l’organisme, les perfusions IV sont nécessaires pour atteindre des niveaux plasmatiques pro-oxydants et anticancéreux. Pour en tirer le maximum d’avantages, des traitements par voie orale et IV sont nécessaires pour tirer parti de la vaste gamme d’effets anticancéreux. Bien que d’autres études soient nécessaires, il existe un grand nombre de preuves démontrant que c’est une vitamine efficace qui peut jouer un rôle majeur dans un plan de traitement intégratif du cancer.

Sources :
sciencedaily.com
vitalitymagazine.com
whitakerwellness.com
mercola.com
smashcancer.com
drmortonwalker.com

Source originale : Prevent Disease

Loading...

6
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
3000
6 Auteurs du commentaire
stevenYvonfabAnne-Mariej974 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
steven
Invité
steven

Mon beau père est parti du cancer, et je me rappelle du moment où les docteurs nous ont convoqués. Ils nous parlaient de protocole comme quoi ils avaient tout essayés et bla-bla. Je leur ai répondu, mais mis à part votre protocole (chimio et rayons) quand un patient est condamné, pourquoi ne pas tenter d’autres méthodes comme la vitamine C ou autres si on vous le demande juste pour voir ? Ils se sont regardés comme deux cons et silence radio. J’ai compris qu’ils ne peuvent aller au-delà de leur protocole.

fab
Invité
fab

La vitamine C liposomale est aussi eficace que le IV et plus simple d’utilisation et facile à faire chez soit……..
voici un site qui explique tout:
http://qualityliposomalc.com/

Anne-Marie
Invité
Anne-Marie

Voir la prise de vitamine C à hautes doses sous forme liposomale, assimilable par les intestins. Cette préparation est réalisable en toute autonomie, s’inspirer des vidéos sur youtube. Cela fait maintenant 2 ans que nous l’utilisons pour la plaque d’athérome et les médecins sont persuadés que le traitement médical fonctionne bien (ce qui a l’air de les étonner). Ne prenez surtout pas de statines contre le cholesterol, ses effets vous abiment le cerveau et les organes.
http://newsoftomorrow.org/vie/medecine-traditionnelle/soignez-vous-avec-la-vitamine-c-liposomale-faite-maison

j974
Invité
j974

C’est pas tout jeune Pauling. Sa cure du cancer à la vitamine C ça fait longtemps qu’on la connaît, et ça fait aussi très longtemps qu’après plusieurs expériences de vérification on connaît ses effets sur le rhume et le cancer : absolument aucun (au delà des effets contextes). Ça fait déjà plus de 30 ans qu’on a vérifié à plusieurs reprises l’efficacité de la vitamine C sur le cancer. Pourquoi en reparler aujourd’hui ? De plus, on sait par ailleurs que la vitamine C à haute dose peut être toxique (certaines personnes sont mortes à cause de surdosage en suivant… Lire la suite »

Yvon
Invité
Yvon

Il faut surtout faire très attention aux personnes allergique à la vitamine C
Ils font de petites réactions en mangeant des fruits MAIS à plus fortes doses cela peut devenir mortel !
Un œdème de Quincke à la gorge cela ne dure que quelques minutes avant le grand départ…
Les urgentistes connaissent malheureusement les effets sur le délai d’intervention quand le patient habite loin d’un centre d’ambulances équipée pour une assistance cardio/pulmonaire et d’un équipement de réanimation.
Alors c’est vrai que le cancer est définitivement soigné…

Perroquet
Invité
Perroquet

alors je suppose que la vitamine C en voie orale plus du reiki, magnétisme, message direct à son corps, etc. permet à ce que les intestins prennent tous les nutriments nécessaires même si c’est une plus forte dose. Il y a toujours des solutions 🙂