La plus grosse fuite de documents officiels sur le sujet OVNIS/ET. Richard Dolan analyse les notes de l’Admiral Wilson

2
5657

Les 15 pages liées ci-dessous sont ce que l’on croit être les notes personnelles du Dr Eric Davis concernant une rencontre privée avec l’amiral Thomas Wilson. Cette réunion avait pour but de discuter de l’insatisfaction apparente de l’amiral de ne pas avoir accès à des programmes d’OVNI bien cachés au sein du gouvernement, comme le lui ont expliqué le Dr Steven Greer, l’astronaute Apollo Edgar Mitchell et d’autres. C’est le mystérieux “smoking gun” dont parlent depuis des années des chercheurs comme Grant Cameron et Richard Dolan. Dolan a dit dans cette vidéo YouTube Live, en disséquant le document page par page, qu’il le considère comme authentique.

Comment l’a-t-on découvert ?

Le lien vers le document a été posté sur Twitter par l’utilisateur Capitaine Space Pirate, alias Teresa Tindal, qui se trouve également être l’auteur de la revue informative Tindal. Elle a trouvé le lien vers le matériel dans la section r/aliens de Reddit, où il est resté inaperçu pendant plus d’un mois ! (Le lien Imgur qui héberge le document montre que la date de téléchargement est le 19 avril.) Bravo Teresa !

Voici le document en question :

Admiral_Wilson_Notes_-_ufo_alien_leaks

Lien pdf : https://stopmensonges.com/wp-content/uploads/2019/06/admiral_wilson_notes_-_ufo_alien_leaks.pdf

Voici un contexte très instructif pour cette histoire tel que fourni par Giuliano Marinkovic d’OmniTalk Radio : Pentagone 1997 UFO Briefing

—Traduction du pdf—

Notes de EWD

10/16/02

Rencontre d’Eric Davis avec l’amiral Wilson

Rich dit d’aller à l’immeuble des projets spéciaux d’EG&G à Grier et Paradise. “Rendez-vous à 10 h
A.M. – ne sois pas en retard !
10:10 (Adm. en retard)
Arrivée de deux officiers de la marine en uniforme – il est en costume – maintenant civile
En uniforme : 1 Lt. complet ; 1 Cmdt ; un officier conduit une voiture.

Salutations à l’amiral Wilson

On s’assoit dans sa voiture à l’arrière de l’immeuble EG&G. Talk undl 11h20. D’autres sont partis pour l’Europe pour assister à la réunion à l’intérieur (à 10 h 10).

TW : Bonjour ! Dès que j’ai vu votre CV (EWD), US Uniformed Services D copy, AF
les ordres et le papier de physique que Rich a donné, je savais qui vous étiez. Comme UN et UN font 2 j’ai compris, j’ai comprit qui vous étiez !  (rires) Vous ne voulez pas parler de ma carrière ou l’histoire à la DIA ! ! !

EWD : Non ! En fait, non.

TW : Je me suis souvenu d’un appel téléphonique avec Oke Shannon à l’automne (Aout) 1999. Grand fan de Oke Shannon !
Cela remonte à des années en arrière dans la marine avant que Oke ne parte pour LANL.

TW : Oke a parlé 2 heures, voulait convaincre de me parler (EWD) de ce qu’il a dit
Will Miller ca. Juin 1997 et avril 1997. Re : Boston Globe Story – L. Kean.
Ouaip, sujet OVNI – corps/vaisseaux OVNI écrasés, etc. MJ-12 comme une organisation d’OVNI (ou Cabale)

EWD : Qu’est-ce qui a été dit ?

TW : Confirmé que Greer/Miller/Mitchell ont donné une conférence dans la salle de conférence du Pentagone. Adm.
Mike Crawford, le général Pat Hughes (Hughes son patron) était présent (d’autres aussi.) Date Avril 1997. (Ed Mitchell a dit le 4/9/04/97.) Après la séparation du groupe, Miller/Wilson (en privé) 2 heures sur OVNI, MJ-12 Roswell s’est écrasé OVNIs/corps d’OVNIs, etc. TW était intrigué – Il savait à propos des renseignements sur les rencontres rapprochées entre militaires/intell américains et OVNIs – et des rencontres avec des gouvernements étrangers. J’ai vu des dossiers. Je l’ai dit à Miller.

TW : Oui, Miller a demandé le question sur MJ-12/OVNIS Cabale – OVNI écrasé. Il a confirmé qu’il a appelé Nfiller vers la fin juin 1997 et m’a dit qu’il avait raison, qu’ilavait raison, qu’il existe une telle organisation.

EirVD : Qu’est-ce que tu as dit ?

(Fin page 1)

TW : Je l’ai trouvé, où j’ai cherché, à qui j’ai parlé, mais je n’ai pas nommé tout le monde – c’est tout.

EWD : Je montre la lettre de Miller (à moi, EWD) datée du 25/04/02 – veuillez évaluer.

TW : (rires) Je n’ai pas tout dit à Miller ! Miller sait ce que j’ai fait dans les recherches au Pentagone Records Group, mais pas plus. Miller peut faire de bonnes suppositions éclairées sur quel (entrepreneurs) a du matériel extraterrestre. Ne payez pas Miller – cela semble difficile de payer pour une belle maison et de la plage privée en Floride – (rires) !

TW : Miller peut donner de bons conseils sur les sociétés de défense à considérer – c’est tout ce qu’il sait. [Changement de sujet]

  • Oke a tout dit sur JA (ne faites pas confiance à JA, c’est un menteur !)
    Réunions du groupe AP-10 à BDM.
  • Références du livre de Blum. Parlé de JA, du livre de Blum, de son rôle (celui d’Oke)
    qui s’y trouvaient, qui y assistaient, etc.
  • Oke m’a briefé sur tout le programme BDM. Il m’a parlé du programme RV pendant 10 minutes.
  • Oke m’a dit que j’étais (EWD) un joueur d’équipe, que je me tairais, aucune connexion média – obéir à toutes les restrictions – pas dans le gouvernement/pas d’autorisation, mais un pedigree excellent – références professionnelles/personnelles très excellentes.
    [lettre attachée par trombone ici]

(fin page 2)

2190 Overbrook Ave. Nord
Belleair Bluffs, FL 33770
25 Avril 2002

Eric W. Davis, PDG
Paramètres d’entraînement de distorsion
4849 San Rafael Ave.
Las Vegas, NV 89120

Cher Eric,
Je dois m’excuser auprès de toi et Hal de ne pas être revenu plus tôt. Le “brouillard de la guerre”, l’activité commerciale actuelle et la perte de votre nouvelle adresse électronique ont contribué au retard, ce que je regrette.

D’abord, je dois vous demander et/ou Hal seraient intéressés de rencontrer M. Bob Beckwith en Tallahassee, FL le soir du 30 mai. Bob a été invité à rencontrer le chef de la direction de la Florida Academy of Sciences et le directeur du High Magnetic field Laboratory pour une table ronde sur son (M. Beckwith) Modèle de force de l’Univers, et son (sa) des expériences piänned en LTT (Lévitation, Téléportation et voyage dans le Temps), entre autres sujets. Je crois que la date de la réunion est maintenant ferme, mais cela sera déterminé dans un “conférence call” le jeudi 25 avril.

Ensuite, permettez-moi de répondre à quelques-unes de vos questions ainsi que celles de Hal :

Je serais prêt à vous aider, vous et Hal, dans vos recherches sur les crashs d’OVNIs et des entités au sein du gouvernement (ou à l’extérieur de celui-ci) qui sont impliquées dans ce business avec les mises en garde suivantes.

Tout d’abord, il ne doit absolument PAS y avoir de mention ou d’association de mon nom avec votre travail ou votre travail d’enquête. Je n’ai absolument rien à gagner d’une telle association en ce moment et certainement beaucoup à perdre.

Je ne vous facturerais que pour le temps que je passe réellement à assembler le matériel,
des références ou des listes à suivre. Je m’attendrais à ce que ce temps soit minime,
puisque cette information initiale ne prendrait pas beaucoup de temps à rassembler (probablement moins de 8 heures). Mon taux normal pour ce genre de travail est de 180 $ l’heure normalement.

Troisièmement, rien de ce que je vous fournirais ne serait classifié d’un point de vue de la sécurité nationale. Bien que j’aie obtenu une acréditation de sécurité de niveau très secret (TS) avec accès à l’information spéciale de…

(fin page 3)

…l’Information compartimentée (SCI), et autres autorisations “spéciales” pour “d’autres” programmes, Je ne travaille pas actuellement dans le domaine classifié, et je n’ai plus non plus ces autorisations.

Comme j’en ai discuté avec vous, seulement pour pouvoir travailler sur un contrat gouvernemental classé secret et ayant le “besoin de savoir”, et demandant ainsi mes autorisations précédentes au DoD, je pourrai à nouveau travailler dans le domaine classé secret.

Maintenant, tout cela dit, et dans l’attente d’une discussion plus approfondie, vous et Hal sur vos objectifs finaux pour disposer de telles informations, je pourrais vous fournir ce qui suit :

1-. Les particuliers impliqués dans “une équipe spéciale” (à titre de mission secondaire) dans la récupération de vaisseaux écrasés, y compris, mais sans s’y limiter, l’accident du
F-117 chasseur furtif précédement classifié. Cette équipe ou ses successeurs, l’entité qui la parraine et ses deux officiers clés peuvent vous fournir certains des renseignements que vous recherchez.

2. Le nom et le dernier lieu de travail d’un officier supérieur qui, je crois, avait des connaissances de première main sur des reproductions de véhicules aliens (ARVs) du gouvernement des États-Unis dans la zone 51 et dans les zones associées.

3. Le nom et l’emplacement actuel d’un officier supérieur à la retraite (grade de drapeau) qui a été réembauché et qui, selon toute vraisemblance impliqué dans l’interaction du gouvernement avec un événement OVNI important sur la côte est des États-Unis, et je crois qu’il l’a fait; en vertu de son ancien poste de direction, de son haut rang militaire et le contrôle de forces militaires importantes, la connaissance directe de la participation du Gouvernement des États-Unis aux opérations dans cette affaire.

4. Une liste des prestataires civils pour le gouvernement qui, en vertu de leur travail classifié passé et présent, les capacités actuelles, leurs accréditations de sécurité, le personnel spécialisé et les données géographiques, les plus susceptibles d’avoir une participation et une connaissance actuelles des travaux du Gouvernement des États-Unis dans les domaines suivants, les technologies dérivées d’extraterrestres, les crashs, les atterrissages et les événements associés.

Si l’un de ces sujets vous intéresse, n’hésitez pas à me le faire savoir.

Enfin, j’ai une requête : J’essaie de localiser une société à Las Vegas, NV qui il y a quelques années, il a fabriqué une bombe lacrymogène spécialisée “poivre de cayenne” pour l’armée et le maintient de l’ordre. La société s’appelait “1Mark, Inc” (2300 W. Sahara Ave. W. Sahara Ave. bureau 500) et je connaissais son V.P. ” un M. Joe Zucharro. Toute aide pour le localiser, lui et/ou la compagnie serait la bienvenue.

Meilleures salutations,

Will Miller

(fin de la page 4)

TW : J’ai dit à Oke que c’était un mauvais moment – pas le moment de me parler (EWD) – trop occupé. Ledit Oke trop difficile à contacter – entendu dire qu’il était à l’hôpital et en dehors de l’hôpital – extrêmement difficile à joindre sensible au stress/maladie du cœur – mauvaise nouvelle – a essayé d’appeler : Linda prend les messages mais aucun
revenue, elle ne veut pas grand-chose dans l’assiette d’Oke par peur….. N’a pas dit oui ou non à la demande
– J’y réfléchirais. Trois années s’écoulent et le départ à la retraite – a quitté la DIA en juillet (2002) – a été remplacé par Adm. Jacoby.

TW : Il est venu sur le site d’essai pour mettre à l’essai une zone spéciale afin de conclure les projets (il a commencé en 1998) – le successeur ne peut pas être embête par manque de temps et de connaissances. A-t-on fait la tournée, vérifié ou dit au revoir aux gens. Voyage organisé par la NNSA (National Nuclear Security Agency) – Rich & Doug – vous (EWD) connaissent les membres de l’AFIO – ont parlé de la nécessité de trouver de nouveaux intervenants/speakers/invités pour une conférence à Las Vegas – recueillir des fonds, recruter des membres, etc. Riche/Doug ont
parlé de vous (EWD !) – coup de téléphone de DC – m’a envoyé des copies de vos papiers de la NASA et d’autres liés – trous de vers vos trucs. J’ai envoyé des commandes PACAF, US ID, des diapositives Lockheed, des rapports que j’ai écrits pour la NASA.

EWD: Quand ?

TW : Oh, septembre., après la fête du travail. Rich/Doug m’a dit que je devais vous parler au sujet des carrières à la DIA, parler d’histoire, de mission, de ma carrière dans ce domaine, etc. Je l’ai su plus tard quand j’ai vu vos papiers et les statistiques qu’ils vous ont fournis – souvenez-vous de l’appel téléphonique d’Oke et de ce qu’il a envoyé/ce qu’il a dit sur vous (EWD).

Qu’est-ce que vous en avez fait ?

TW : Le bureau a vérifié les antécédents. Doug/Rich m’ont proposé, mais je voulais que mes propres données pour etre sûr. AFIO s’est porté garant – AFIO et des personnes de DC maintenant à Las Vegas se sont porté garant.

TW : J’ai longuement réfléchi – a rappelé l’appel de Oke en 1999. Oke m’a vraiment soutenu (EWD) – avait de bons arguments.

EWD: Qu’est-ce que c’était ?

TW : Je (EWD) n’ai pas voulu parler à la presse, à des groupes (OVNI ou autres), pas de médias, pas parler à Miller ou Greer ou à des personnes apparentées – pas d’intérêt direct à ce que les publicité/argent/notoriété, etc.

EWD : Nous avons passé du temps à discuter de mes antécédents et répondu à ses questions sur mon AF, NASA et travaux/intérêts connexes, etc. L’histoire avec les emplois AF – ce que j’ai fait.
Choix d’éducation/de carrière, etc. Aucune mention du NIDS !!! Oke a parlé de JA, moi, NIDS en 1999, mais c’est tout ce qui a été dit.

TW : Très en colère
– très en colère contre Miller (expression faciale tendue, voix en colère)
– Confiance personnelle et professionnelle violée – en particulier dans le domaine de l’intelligence collègues/officiers de la marine
– Il y a de la camaraderie entre officiers de la Marine – fraternité

(fin page 5)

– Violé cela et la confidentialité

EWD : Comment ?

TW : Miller a dit à Greer que leur conversation
– Qui sait à qui d’autre lui et Greer l’ont dit.

(Note de l’EWD – Miller l’a dit à Ed Mitchell qui ne me l’a dit qu’en 1999)

TW : Puis il parle à Kean et de la sortie des articles du Boston Globe
– Pas sûr de ce qu’il a dit à Kean, mais a fait référence à moi (TW)
– FURIEUX !
– J’ai reçu des appels de partout.

EWD: Quelle était leur nature ?

TW : Sarcastique, blagues stupides, commentaires stupides, commentaires de surprise et de dérision (que je parlearait à des groupes d’OVNIs stupides, etc.)

EW : Qui ?

TW : Collaborateurs (officiers de pavillon) au Pentagone, personnel subalterne, personnel civil SES, personnes au Pentagone avec qui je travaille. J’ai reçu des appels à propos d’articles et je n’ai pas aimé ça.

TW : Je prends le risque de vous parler
– Mais fait confiance à la parole d’Oke et c’est bon pour moi.
– Nous aurions dû rencontrer Oke ensemble en face à face, mais des problèmes de santé empêcher cela – tant pis !
– Alors je vais prendre des risques avec vous.

TW : Rich & Doug se portent garants pour vous – disent que votre parole est bonne avec eux. Raccordement AFIO important pour la confiance – vous (EWD) savez comment jouer en équipe
– Vérification des antécédents claire — pas d’éléments dérogatoires trouvés
– Pas de lien avec les Coréens et AF vous fait confiance
– Je n’ai plus beaucoup de temps, alors allons-y !
-Si tu trahis ma confiance, je nierai t’avoir rencontré, nierai tout ce que j’ai dit, ne rencontrerai pas d’autres personnes (sans accréditation de sécurité) pour parler de ce sujet – trop risqué à cause d’une violation de la sécurité rien qu’en le mentionnant – des informations très confidentielles – du jamais vu dans l’histoire la communauté des “Black Programs”.

Que s’est-il passé en avril-juin 1997 ?

TW : Après m’être séparé de Miller (une semaine plus tard, pense-t-il) – J’ai passé des coups de fil, j’ai frappé à quelques portes, parlé aux gens – ça a duré 45 jours (environ).

(fin page 6)

– Ward (Gén. M. Ward) a suggéré de passer en revue les groupes de documents.
(comme un système d’index) dans OUSDAT (Bureau du sous-secrétaire de la
Défense pour l’acquisition et la technologie)
– Rencontré Bill Perry en mai 1997 – en a parlé discrètement – il a suggéré que l’Assemblée de la même chose
– Ils m’ont parlé d’un groupe d’enregistrement de projets spéciaux n’appartenant pas au SAP habituel – un sous-ensemble spécial des programmes non accusés de réception, de renonciation ou de renonciation – non appartenant aux divisions SAP habituelles telles qu’elles ont été organisées en 1994 par Perry lui-même – à l’écart du repos mais enterré/Couvert par le SAPS conventionnel

EWD: Qui était USDAT ?

TW : Euh, Paul Kaminski a-t-il parlé à Paul et Mike Kostelnik (un général de brigade) ?

EWD : Michael Kostelnik ?

TW : Dans le bureau de Paul (OUSDAT) – dir. des programmes spéciaux à OUSDAT (Bureau du sous-secrétaire à la Défense pour les Acquisitions, la technologie et la logistique), tel qu’il est organisé (re-organisé) par Perry en 1994
– Mike est également directeur de SAPCO (Coordination des programmes d’accès spéciaux).
– Mike est membre et secrétaire exécutif du SAPOC (Programme d’accès spécial
Comité de surveillance) en qualité d’administrateur du SAPCO
– Mike est membre du Groupe d’examen de haut niveau.

(TW était directeur adjoint du DIA/Assistant du chef d’état-major interarmées adjoint J-2 à l’époque ; le patron était Directeur DIA Général Patrick Hughes)

TW : J’ai donc trouvé le groupe d’archives inhabituel – lisez les résumés de l’index.

EWD : Informations budgétaires ?

TW : Aucune information budgétaire – qui est conservée dans des dossiers distincts à des fins de vérification.
– Un enregistrement de budget de sécurité est copié dans un dossier pour “le programme”.
– J’ai parlé à Mike qui m’a dit que c’était 2 à 3 fois le budget du programme, mais il y eu des fois où il est allé jusqu’à 6-7 fois le budget de base, pensant qu’il a été
ridiculement élevé, a dit que Perry voulait une enquête à ce sujet, mais on lui a dit d’abandonner.

Qui lui a dit ça ?

TW : Il ne voulait pas répondre à ma question à ce sujet – il a dit que je pouvais trouver quelque chose par Judy Daly.

(udith Daly : Sous-secrétaire adjointe adjointe à la Défense pour le développement avancé, OUSDAT)

(fin page 7)

TW : Elle a déclaré par téléphone que la sécurité et d’autres documents du budget du programme étaient en cours d’élaboration et réinstallés dans leurs propres groupes d’archives. Les budgets de sécurité étaient parfois des chiffres cumulatifs et non annuels, il est facile de voir comment un malentendu se produit lorsque par rapport aux chiffres du budget annuel du programme. 6-7 fois pourrait être de 2-5 ans cumulatif total – il y a eu des erreurs dans la façon dont les budgets de sécurité ont été rapportés.

TW : Perry a ordonné la réorganisation et le redressement de toutes ces questions afin d’améliorer l’efficacité de la transparence de l’audit.

EWD : Changer de sujet : quel compagnon SAP avez-vous trouvé dans ?

TW : Top Secret – je ne veut pas le dire

EWD : Nom de code ?

TW : Encore une fois, je ne dirai pas c’est top secret

EWD : Qui était l’entrepreneur du projet ou l’organisme du Gouvernement des Etats-Unis qui gère le programme ?

TW : un entrepreneur en technologie aérospatiale – l’un des plus importants aux États-Unis

EWD : Qui ?

TW : Top secret – on ne peut pas le dire

EWD : Entrepreneur de défense ?

TW : Oui, le meilleur d’entre eux.

EWD: L’intelligence aussi ?

TW : Dans leur portefeuille d’entreprises

EWD: Vous donnez un indice ?

TW : désolé, non.

EWD: Que s’est-il passé quand vous avez trouvé l’entrepreneur ?

TW : J’ai passé plusieurs appels (fin mai 1997), d’abord à Paul, Mike & Perry pour confirmer que j’avais le bon entrepreneur et le bon gestionnaire de programme à qui parler.

EWD: Ils confirment ?

TW : Oui.

(fin page 8)

EWD : Alors ?

TW : (fin mai 1997) a téléphoné trois fois au gestionnaire du programme, dont une fois à l’un d’eux conférence téléphonique avec le directeur de la sécurité et l’avocat de l’entreprise.
– Confusion de leur part quant à la raison pour laquelle je les cherchais et à ce que je voulais savoir.
– Un ton très irritable de la part de chacun d’eux.

EWD: Que voulez-vous dire ?

TW : Ils étaient agités par mon appel – surpris par l’appel

EWD: Que leur avez-vous demandé ?

TW : Oui.

EWD: Qu’est-ce que c’était ? Quels mots ?

TW : J’ai dit que j’avais lu leur dossier de programme dans le groupe des dossiers de programme spéciaux d’OUSDAT et voulaient en savoir plus sur leur programme de chrash d’OVNI, quel était leur rôle là-dedans, qu’est ce qu’ils ont eu, etc. On leur a aussi demandé s’ils avaient entendu parler de MJ-12 ou d’un code d’organisation de ce genre concernant la récupération de vaisseaux volants écrasés.

EWD: Réaction au téléphone à cela ?

TW : Oui ! Ils m’ont demandé à qui j’avais parlé avant de les appeler, alors je leur ai dit et ils ne l’étaient pas heureux de cette réponse.

EWD: Vous parlez de Perry, Paul, etc. ?

TW : Oh, non ! Je ne leur ai pas dit que j’avais parlé à ces types !

A qui d’autre avez-vous parlé ?

TW : J’ai appelé d’autres gestionnaires de programme.

EWD: Vous n’en avez pas parlé avant !

TW : Je pensais avoir dit quelque chose.

EWD: Qui étaient-ils ?

TW : 3 programmes qui ont dit qu’ils n’étaient pas ce que je cherchais. 4 programmes qui m’ont renvoyé aux 3 autres.

EWD : Pourquoi cette dernière ?

(fin page 9)

TW : Parce qu’ils en faisaient partie – dans des compartiments différents, placés dans des couches différentes de la pyramide des compartiments, divisée pour faire différentes choses ou parties de celle-ci. Ils sont tous à l’intérieur des mêmes documents de ce groupe, mais leur lien entre eux n’est pas évident (ce qui est typique, mais…inhabituel dans les documents).

EWD-. Et alors ?

TW : J’ai dit à trois que je voulais une séance d’information officielle, une visite, etc.
J’ai exploité mon autorité en tant que chef d’état-major interarmées adjoint J-2 – Je leur ait dit que le fait que je n’ai pas été brieffé devait etre corrigé – j’ai exigé !

TW : Ils avaient besoin d’en discuter (ma demande), alors ils ont raccroché. J’ai été appelé 2 jours plus tard et ils ont dit qu’ils ne voulaient pas parler au téléphone et ils ont pris des dispositions pour une rencontre en face à face à leur de l’installation.

Vous y êtes allé ?

TW : Oui, dix jours plus tard (mi-juin environ). J’ai prit l’avion pour la bas.
– la rencontre s’est faite dans leur salle de conférence dans leur coffre-fort sécurisé
– Trois d’entre eux se présentent

EWD : 3 gars avec qui vous aviez des téléconférences ?

TW : Oui, même 3
– Directeur de la sécurité (retraité de la NSA, expert en CI)
– Directeur de programme
– Avocat d’entreprise
– Ils s’appelaient “le comité de surveillance”, ou gardiens de la porte.

EWD: Pourquoi cette phrase ou ce nom ?

TW : J’ai demandé ; ils m’ont dit qu’ils avaient été formés par nécessité pour se protéger après une de quasi-catastrophe dans le passé a presque fait sauter leur couverture – quelque chose qui a à voir avec un accord qui a été atteint avec quelques SES du Pentagone supervisant le SAPS à l’époque – étaient vague à propos de quand c’était.

EWD: Qu’est-ce que c’était ?

TW : Laissez-moi finir !
– Ils ont dit qu’il y a des années, dans le passé, une enquête de vérification les avait menés à eux, et ce n’était pas… supposé… presque révélé !
– Une bataille, un vilain va-et-vient entre eux et l’enquêteur et ses collègues.
Le chef du Pentagone s’en est suivi – comme une lutte acharnée pour la transparence du programme, ils m’ont dit – l’argent était le problème – leur dissimulation est devenue l’autre problème.

(fin page 10)

– Une sorte de menace a été mise en place pour les faire sauter et ils ont reculé et laisser entrer l’enquêteur pour qu’il termine son travail
– (Ils travaillent très dur pour garder le programme caché)

EWD: Qu’est-ce qui s’est passé avec ça ?

TW : Il a été officiellement informé, a reçu une visite guidée, a montré leur programme.

EWD: Ils lui ont montré un vaisseau ? Ou du matériel qu’ils disaient “alien” ou d’un OVNI ?

TW : Ils n’ont rien dit de plus à ce sujet.
– Après cet épisode, un accord formel a été conclu avec le Pentagone (SAPOC) pour éviter que cela ne se reproduise à l’avenir – ne voulait pas que cela se reproduise.
– Des critères spéciaux ont été établis d’un commun accord
o Une circonstance particulière qui doit répondre à des critères d’accès rigoureux établis par la comité des prestataires.
– Aucun membre du personnel du Gouvernement des Etats-Unis ne doit y avoir accès à moins qu’il ne remplisse les critères – être administré par un comité d’entrepreneurs (directeur de programme, avocat, responsable de la sécurité, etc.) indépendamment des billets et de la position que le personnel du Gouvernement des Etats-Unis possédait.
– Littéralement à leur façon ou pas du tout

EWD : Que sont les critères ?

TW : C’est ce que j’ai demandé et ils ont refusé de répondre. J’étais en colère – l’implication est maintenant – pour moi – ils opèrent sans surveillance officielle et sans aucune justification – un endroit politiquement dangereux !
– [le trio était concerné avec qui TW avait parlé au Pentagone ou ailleurs –
par téléphone/FAX/email pour la comptabilisation des conversations – préoccupés par
nouvelle exposition]
– Le but de la réunion était de me dire ceci.

EWD : Quoi ?

TW : Qu’ils n’allaient pas me laisser entrer.

EWD : Pourquoi ?

TW : Ils ont dit que mes billets étaient tous confirmés et valides, mais que je n’étais pas sur la liste des bigots.
Mes billets seuls n’étaient pas suffisants
Je ne répondais pas aux critères spéciaux, alors j’avais besoin de savoir que l’autorisation n’était pas concédée.
Nous sommes retournés en avant avec eux sur ces points (principalement en matière de sécurité avec le directeur et l’ avocat)

(fin page 11)

TW : Se disputent davantage – ils n’accepteraient pas mes arguments selon lesquels ils tombaient sous le coup de mon autorité au titre de directeur adjoint de la DIA – en vertu de mes droits j’avais besoin de savoir (surveillance, vérification, questions de justification, etc., etc.)
– Pouvoir réglementaire et légal en tant que directeur adjoint DIA non pertinent ou non pertinent à la nature de leur programme !
– Puis ils ont sorti leur liste sectaire pour me convaincre du contraire – plusieurs pages
daté de 1990, mis à jour en 1993.

EWD: Qui était à bord ? Vous reconnaissez des noms ?

TW : C’est Top Secret.
– Voulant dire que la plupart d’entre eux étaient des employés de programme – noms et titres (emplois, etc.) – des civils – n’ont pas reconnu de personnel militaire – pourraient être présents.

EWD: Des politiciens ?

TW : Non
– Pas de noms de Maison Blanche, pas de Président !
– Aucun membre du Congrès
– Aucun membre du personnel du Congrès

EWD : Des membres des administrations Clinton ou Bush Sr.

TW : Non ! Mais j’ai reconnu quelques noms d’individus du Pentagone – quelques uns de l’OUSDAT, un d’un autre département, un autre au NSC qui est employé du Pentagone SES.
– Le gestionnaire de programme a dit qu’ils étaient
o Aucun programme d’armement
o Aucun programme de renseignement
o Pas d’opérations spéciales ou de programme logistique
o Ne correspond pas à ces catégories
– J’ai demandé ce que c’était à l’époque
– Gémissements bruyants de la part du gestionnaire de programme
– Le directeur de la sécurité et l’avocat disent que c’est ok de le dire.

EWD : dire quoi ?

TW : C’était un programme de rétro-ingénierie.
– Quelque chose qui a été récupéré il y a des années dans le passé
– Le matériel technologique a été récupéré
– J’ai donc pensé qu’il s’agissait de matériel récupéré soviétique/chinois, etc. et rétro-ingénieré comme un missile, une plate-forme de renseignement ou un avion – en fait, il est venu à l’esprit une opération de collecte et de rétro-ingénierie sur des matériels sensibles de gouvernements étrangers et que l’histoire OVNIS était en fait une couverture pour cela.
– Alors j’ai dit ça et ils ont dit qu’ils n’étaient pas ça non plus.

(fin page 12)

– Ils avaient (le gestionnaire de programme parlait) une embarcation – une embarcation intacte qu’ils croyaient pouvoir encore voler (espace ? air ? eau ? dimensions ?)
– Ça venait d’outre-mer ou pas ?
– A dit NON ! C’est impossible ! C’est impossible !
– Pourquoi, ai-je demandé – d’où vient-il ?
– Le gestionnaire du programme a dit qu’il ne savait pas d’où cela venait [il en avait un peu d’idées à ce sujet] – c’était une technologie qui n’appartenait pas à cette Terre – qui n’a pas été faite par l’homme – pas par des mains humaines
– Ils ont dit qu’ils essayaient de comprendre et d’exploiter la technologie ; leur programme était le suivant pendant des années et des années avec des progrès très lents
( Lentement agonisant avec peu ou pas de succès – douloureux manque de collaboration pour obtenir l’aide d’une communauté externe d’experts et d’installations pour soutenir l’effort – doivent rester isolés et utiliser leurs propres installations et du personnel autorisé – difficile l’environnement de travail – environ 400 à 800 (nombre de personnes inscrites sur une liste bigote) travailleurs dont le nombre varie en nombre avec changement de financement ou de personnel
-Miller a posé des questions :
o Roswell – vaisseau/corps/autopsies
o Holloman AFB Landing
o MI-12 et docs qui ont fuités
o Zamora & Bentwaters, etc.
– C’était des mamans – elles ont refusé d’en discuter.
– TW a menacé de se rendre au SAPOC pour se plaindre et avoir accès à son programme.
– Ils ont dit d’aller de l’avant et de faire ce que vous devez faire.
– J’étais en colère parce qu’ils ont défié mon autorité pour être lus avec une bonne raison logique – ne bougeraient pas
– Leur ton était très irritable tout au long de la conversation.

EWD : Quel a été le résultat ?

TW : La réunion a été interrompue et je suis retourné à Washington

Et pour Corso ?

TW : Greer a parlé de Corso le 9 avril dernier
– Miller m’a montré le livre pendant une conversation privée de deux heures.
– Je n’ai pas eu le temps de le lire.
– Je n’en ai pas acheté de copie.
– Je n’ai pas parlé de Corso à la réunion.
– Mais comparer l’histoire de Corso à ce que j’ai appris à la réunion est plus que suffisant pour croire que Corso a dit la vérité sur le fait de voir du matériel “alien”, etc.

EWD : Vous êtes-vous plaint au SAPOC ?

TW : Oui – convoquer les membres du sous-groupe (membres du Groupe consultatif de haut niveau) à une réunion au Pentagone
– Je leur ai dit ce qui s’est passé à la réunion

(fin page 13)

– Ils ont répondu qu’ils appuieraient l’entrepreneur dans son refus d’accorder le droit de visite.
– Alors j’ai fini par me disputer avec eux un moment.
– Rupture en 20 minutes et ils me rencontraient dans 2 à 3 jours.
– J’ai reçu l’appel 2 jours plus tard (vers la fin juin) et j’ai rencontré de nouveau les principaux membres du groupe

EWD: Quand ? Quand ?

TW : Avant la dernière semaine de juin (’97)
– Ils m’ont dit (TW) qu’ils soutenaient l’entrepreneur, que je devais laisser tomber immédiatement l’affaire et la laisser aller – oublier tout ça parce que je n’avais pas de besoin de savoir sur leur projet, il ne relevait pas de mon contrôle, etc.
– Je suis devenu très en colère – j’ai commencé à crier quand j’aurais dû me taire.

EWD: Miller et Greer ont dit que vous aviez failli vous faire arrêter.

TW : Tout près de ça !
– Miller a dit que si je ne suivais pas leurs recommandations que je ne verrais pas la promotion de directeur de la DIA, j’aurais à prendre une retraite anticipée, et perdre 1 ou 2 étoiles en cours de route
– Vraiment incroyablement en colère – bouleversée à cause de ça – furieux ! ! !
– Pourquoi en faire toute une histoire compte tenu de la confiance que j’ai au  Pentagone – J’ai l’autorité réglementaire/statutaire pertinente sur leur programme,
c’est ma position ! ! !

EWD : Est-ce parce que le financement vient de vous ou par votre intermédiaire ? Ou le directeur de la DIA ?

TW : Top secret – ne peut pas répondre

EWD : Retour à la liste des Bigotes – pouvez-vous décrire le type de personnes ?

TW : Des Entreprises – scientifiques et techniciens – ingénieurs, scientifiques, gestionnaires, etc.

EWD: Des organisations militaires que vous avez reconnues ?

TW : Aucune – seulement des gens d’OUSDAT – et deux sur SAPOC – un autre du bureau du Pentagone. En décembre 97, Paul est sorti en tant qu’USDAT, le gouvernement de gauche, Mike K. aussi, a été remplacé.

EWD: Par qui ?

TW : Jacques Gansler était le nouveau USDAT, lancé en décembre 1997.
– Mike K. a été remplacé par le Général de brigade M. Ward (AF)

EWD : Paul K. et Mike K. et Jacques Gansler et le général Ward étaient-ils ceux qui étaient sur la liste des membres du la liste des Bigotes que vous avez reconnu ?

(fin page 14)

TW : Je ne répondrai pas à cette question.

TW : J’ai parlé à Gansler en janvier 1998 de mes réunions de juin 1997.
– Il a été briefé par quelqu’un ! Ça m’a surpris

Qu’est-ce qu’il a dit ?

TW : “Les OVNI sont réels, ce que l’on appelle des “enlèvements d’extraterrestres” ne sont pas réels” – Gansler a dit ceci

EWD : Quoi d’autre ?

TW : Dit d’abandonner l’affaire – plus de discussion à ce sujet.

EWD : Prêt à parler à Hal Puthoff et Kit Green (Ils ont discuté de qui ils sont, et de RV
historique du programme)
– TW ne connaît pas les noms, a entendu parler du programme de VR en 1990
– Peut-être/peut-être pas pour Hal – y penserait-il.
– Pas de réponse pour Kit Green.
– Préfère ne plus jamais en parler à qui que ce soit d’autre – risque d’exposition – meilleur d’arrêter de parler, de le couper ici.

TW : Que ferez-vous (EWD) avec cela ?

JEP : Conserver pour la recherche privée/personnelle – Collecte de données pour retracer l’histoire et déterminer le signal/bruit dans les médias et à partir des sources gouvernementales. Garde la bouche fermée, etc. etc. etc. etc.
A raconté à Wilson l’histoire de Mary Elizabeth Elliot-TRW, l’histoire d’Ingo et celle de 1974 RVer une femme qui est allée à la WPAFB – essayant d’établir une connexion.

TW : Rétroaction – Mary Elliot a l’air d’une vraie affaire d’après ses informations et son comportement avec avocat (Jeffrey W. Griffith)
– Elle ne sera probablement totalement clean que sur son lit de mort dans 30 ans.
– Je ne sais pas pour Ingo, Axelrod, ou RVer femme à la WPAFB – n’a pas de
des informations sur leurs histoires à partir de sources.
– Demande du matériel Corso (sera envoyé) NOTE – TW demande un cahier d’information sur mon travail (NASA/AFRL) pour envoyer d’autres documents d’information sur mon travail si je le veux.
– L’adresse du bureau donnée à D.C. à envoyer par la poste
– Prendra sa retraite dans le Midwest et fermera ses bureaux en 2003.

(fin page 15)

—Fin de la traduction—

Namaste

L.

2
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Auteurs du commentaire
ymdougoud Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
ymdougoud
Membre
ymdougoud

Je sais que mes objections peuvent etre difficile a admettre mais c’est helas sur une serie d’experiences en partie VECUE pas sur du blabla de sources douteuses avec des vendeurs de croustillons de revelations fracassées pour leuRS egOs A Tiroir caisse ? Il faut pour comprendre se situer dans dans le cadre de la plupart des entreprises et leurs services R&D … DAns ce GUEPIER , A 25 ans J’ai donc cru N FOIS , a tort qu’on reconnaissais un homme a sa capacité de travail a son merite et a ses resultats , PREMIERE ERREUR ! Ensuite que dans… Lire la suite »

ymdougoud
Membre
ymdougoud

Interessant on apprend des nouvelles de Roswell , par contre aussi qu’une equipe de 800 personnes n’avancent que lentement sur l’ingeniérie inverse . Chose qui dans le contexte n’a rien d’etonnant ! Ces equipes d’apres ces documents sont loin de pouvoir refaire grand chose de ces débris et que cela peut etre une OP de couverture ‘ils le disent )… et de financement occulte et de détournements dont ces services ont le secret ! Le fake qui en cache un autre avec une “fuite” orchestrée ou pas ? On est loin de pouvoir faire decoller une maquette qui renverrait l’infrastructure… Lire la suite »