La France et l’Allemagne adoptent l’approche russe sur l’Ukraine

0
183

Un nouveau signe de la tentative de rapprochement de la France et de la Russie. Il se fait en douceur, pour ne pas être trop visible aux yeux du parrain étasunien, mais certains signes ne trompent pas et celui-ci en est un. Le plus visible restant l’invitation à venir à Paris faite à Poutine.

***

Jeudi dernier [15 septembre, NdT] les ministres français et allemand des Affaires étrangères, Jean Marc Ayrault et Franck Walter Steinmeier, se sont rendus en Ukraine. Leurs discussions avec le gouvernement ukrainien a donné comme résultat un nouveau processus de paix, qui se révèle être proche de la vision russe sur ce sujet.

En particulier, la France et l’Allemagne ont proposé que le contrôle de la frontière Donbass-Russie ne soit rendu à Kiev que lorsque toutes les autres obligations auront été remplies.

La stratégie a été présentée par le ministre français au cours d’une conférence de presse. Le plan décrit la procédure de mise en place des accords de Minsk et comporte trois étapes.

La première étape est celle du cessez-le-feu et du retrait des troupes des lignes de démarcation dans trois zones pilotes de sécurité. Dans le même temps, des lois pour les élections au Donbass et son statut spécial doivent être préparées.

À la deuxième étape, le Parlement ukrainien devrait voter ces lois. Le nombre de zones de sécurité devrait passer de trois à dix et les armes lourdes en être retirées. Les observateurs devront pouvoir accéder à ces zones.

Enfin, le Parlement devrait décider du jour de l’élection et finir les réformes de décentralisation. L’amnistie doit être déclarée pour tous les combattants. À ce moment seulement, l’armée ukrainienne sera autorisée à prendre le contrôle de la frontière entre la Russie et le Donbass.

Bien que la nouvelle stratégie soit totalement différente de celle voulue par Kiev, ni le ministre ukrainien des affaires étrangères, Pavel Klimkin, ni le président Petro Porochenko ne s’y sont opposés.

Le gouvernement ukrainien avait insisté pour que les projets de lois sur les élections au Donbass, le statut spécial de la région et l’amnistie ne soient votés qu’après avoir repris contrôle de la frontière. Mais il semble que le groupe des quatre de Normandie penche plutôt pour l’approche russe, selon un article du site russe d’analyse, Svobodnaya Pressa.

Le plan proposé par Ayrault se démarque de la position adoptée jusqu’à maintenant par Paris et Berlin sur la crise ukrainienne, constate l’analyste politique basé à Kiev, Mikhail Pogrebinsky : «Jusqu’alors, la France et l’Allemagne n’avaient pas suivi les propositions de Moscou sur le sujet. Mais là, ils viennent d’y déclarer leur soutien. Cependant, les chances restent minces que l’accord soit mis en place, au moins tant que les actuels Parlement et président gouvernent l’Ukraine.» Cela reste malgré tout une avancée importante dans la mise en place des accords de Minsk, ajoute-t-il.

L’Allemagne va tenir des élections parlementaires et la France des présidentielles. S’il n’y pas de progrès au sujet de l’Ukraine, les partis dirigeants de ces deux pays risquent d’en payer le prix, explique-t-il.

La nouvelle stratégie repose sur une mise en place par étapes. Les anciens accords de Minsk ne peuvent être mis en œuvre à cause du manque de confiance entre les parties impliquées. Le nouveau plan demande donc qu’une des parties fasse un pas et que l’autre en fasse un en réponse, explique l’expert. Cependant, souligne-t-il, Kiev n’a, jusqu’à maintenant, pas montré sa détermination à mettre les accords en place. «Les chances sont faibles de voir la stratégie franco-allemande réussir, mais l’espoir est le dernier à mourir», dit Pogrebinsky.

Quant aux États-Unis, la nouvelle initiative devrait être approuvée par Washington. «Washington est maintenant concentrée sur les prochaines élections présidentielles. Les États-Unis sont prêts à soutenir toute proposition venant de leurs partenaires français et allemands, les laissant responsables de la situation», dit l’analyste.

La France et l’Allemagne accroissent leurs efforts pour imposer les accords de Minsk, dit Bogdan Bezpalko, responsable du centre d’études ukrainiennes à l’Université d’État de Moscou. «Une nouvelle phase de lutte diplomatique et politique se déroule pour cet accord sur l’Ukraine. Paris et Berlin y sont impliqués», dit-il.

Article original publié sur Sputnik News.

Traduit par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone.

Source originale : Sputnik News

via: http://lesakerfrancophone.fr/la-france-et-lallemagne-adoptent-lapproche-russe-sur-lukraine

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de