Hillary Clinton a-t-elle vendu des technologies du Programme spatial secret à la Chine ?

0
2739

Le groupe anonyme Q (alias QAnon), qui entretient des liens étroits avec l’administration Trump et les services de renseignements militaires américains, affirme que l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton a orchestré un système paye-pour-jouer où des informations confidentielles étaient téléchargées sur ses serveurs privés, qui étaient délibérément susceptibles d’être piratées par des entités étrangères. Parmi ces entités figurait la Chine, qui a utilisé le matériel classifié des programmes d’accès spécial et les informations sensibles compartimentées trouvées sur les serveurs Clinton pour se renseigner sur les technologies avancées déployées par l’armée américaine dans l’espace.

Loading...

Il existe des preuves documentaires que Mme Clinton a obtenu l’accès à des informations classifiées sur les technologies spatiales, et ce sujet a été abordé dans ses courriels où elle discutait d’une série de questions, dont une éventuelle initiative de divulgation d’OVNI. Selon les informations fournies par Q, l’objectif ultime de Clinton était de vendre des informations classifiées qui permettraient à la Chine de combler le fossé technologique grâce à un programme spatial secret géré par l’US Air Force, plutôt que de révéler la vérité sur le phénomène OVNI.

Q. a publié à plusieurs reprises des articles sur la vente par Clinton des secrets technologiques des États-Unis à la Chine entre le 21 janvier 2009 et le 1er février 2013, alors qu’elle était secrétaire d’État américaine, et elle a eu accès à des secrets technologiques avancés, notamment des satellites espions et autres actifs spatiaux.

Le poste le plus récent était aujourd’hui, le 13 mars (post #3045). Il vaut la peine de décomposer le message pour distiller ce que Q communique au sujet de l’accès de Clinton aux programmes d’accès spécial (PAS) et à l’information sensible compartimentée[SCI]. Q communique de l’information en soulevant des questions suggestives auxquelles le lecteur doit faire des recherches et auxquelles il doit répondre à l’aide de renseignements antérieurs révélés par Q :

COMMENT LE CRH [Clinton] OBTENIR LE SAP (PROGRAMMES SPÉCIAUX D’ACCÈS) SUR SON(S) SERVEUR(S) PERSONNEL(S) ?
L’ACCÈS À LA SÈVE/SCI EST ENREGISTRÉ DANS UN REGISTRE D’ACCÈS LOCAL OU DANS UNE BASE DE DONNÉES INFORMATIQUE – OÙ SONT LES DOSSIERS ?
IDENTITE DU SERVEUR ‘SPECIFIQUE’ SAP/SCI DONNE LA CIBLE (ROADMAP) POUR REVOIR LES LOGS D’ACCES A CE PROGRAMME SPECIFIQUE ?
QUEL PROCESSUS ET/OU AUTORISATION DE LA SECTE SERAIT NÉCESSAIRE POUR S’ÉLOIGNER [TERMINAL_CLEAR] AVEC LE MATÉRIEL DE SÈVE/SCI ” ÉLECTRONIQUEMENT ” ?

Q explique ici que Mme Clinton a pris des dispositions spéciales au sein du département d’État afin d’avoir accès à du matériel SAP/SCI en dehors des protocoles de sécurité normaux. Son contournement des protocoles de sécurité établis pour l’information numérique a permis à des entités étrangères de pirater ses serveurs privés pour avoir accès au matériel classifié selon Q :

Un État étranger a-t-il eu accès au serveur ?
Un État étranger a-t-il eu accès au matériel SAP/SCI sur le serveur ?
https://thehill.com/policy/national-security/404192-fbi-denies-trump-claim-that-china-hacked-clintons-private-email

Le lien renvoie à un article de The Hill qui démystifie un tweet du président Donald Trump du 28 août que la Chine a piraté le serveur privé de Clinton.

Le point que Q fait valoir en se référant à l’article de The Hill, qu’il considère comme une partie importante de l’establishment des fausses nouvelles, est d’identifier la Chine comme “l’État étranger” qui avait obtenu “l’accès au matériel SAP/SCI sur le serveur”, tout comme Trump l’avait fait sur Twitter.

Dans un post antérieur du 4 septembre 2018 (#2077), Q indique clairement que la Chine avait piraté les serveurs Clinton, et cela faisait partie d’un système de paiement au jeu :

Ex 1 – ” Avoir peur “.
Est-ce que le Conseil des droits de l’homme se soucie de vous ?
Si elle tenait à vous protéger….
Vendrait-elle les secrets et l’uranium de l’Amérique à la Chine/Russie [Ex 1] ?

Dans un autre post, le 22 février 2018, Q dit que Clinton[HRC] travaillait avec la CIA [Clowns] pour vendre des secrets technologiques à la Chine :

Clowns révélés en Chine/autres.
2010.
[187]
Vendu des renseignements ?
Serveur open source HRC ?
[Courriels manquants]
[Grève de la foule]
Accès accordé.
Trahi.
Seulement le pourboire.
Cela sera rendu public [bientôt].
Q

Fondamentalement, Q révèle que le projet de Clinton de vendre des secrets de technologie avancée par l’intermédiaire de serveurs privés sensibles a été sanctionné par le Deep State, qui trahissait l’intérêt national américain.

Il a été déterminé par l’inspecteur général de la communauté du renseignement, Charles McCullough, que parmi les courriels envoyés et stockés sur les serveurs privés de Clinton figuraient des informations classifiées concernant les programmes d’accès spécial (PAS). Dans une lettre datée du 14 janvier 2016, Charles McCullough écrit :

À ce jour, j’ai reçu deux déclarations sous serment d’un élément [de la communauté du renseignement]. Ces déclarations couvrent plusieurs douzaines de courriels contenant des informations classifiées dont l’élément IC détermine qu’elles sont CONFIDENTIELLES, SECRET et TRÈS SECRET/SAP. Selon le déclarant, ces documents contiennent des informations provenant de sources d’éléments IC classifiés.

Fox News, qui était le premier commentaire sur la lettre de McCullough, a décrit son importance :

Les renseignements provenant d’un ” programme d’accès spécial “, ou SAP, sont encore plus sensibles que ceux désignés comme ” très secrets “, tout comme deux courriels identifiés l’été dernier dans un échantillon aléatoire prélevé sur le serveur privé de Clinton qu’elle a utilisé comme secrétaire d’État. L’accès à un PAS est limité à ceux qui ont un ” besoin de savoir ” parce que l’exposition des renseignements révélerait probablement la source, mettant en danger une méthode de collecte de renseignements – ou un bien humain -. À l’heure actuelle, quelque 1 340 courriels désignés ” classifiés ” ont été trouvés sur le serveur de Mme Clinton, bien que le candidat démocrate à la présidence affirme que l’information n’était pas classifiée à l’époque.

Il convient de souligner que les informations SAP n’ont été trouvées que dans un échantillon aléatoire des courriels de Mme Clinton, ce qui suggère qu’il y en avait beaucoup plus parmi les 1 340 courriels classifiés qui ont été envoyés et stockés sur le serveur privé de Mme Clinton.

Les documents de la loi sur la liberté d’information déclassifiée confirment que Mme Clinton s’intéresse aux ovnis depuis 1995 et que, pendant la campagne électorale de 2016, elle et son chef de campagne, John Podesta, avaient soulevé la question des ovnis à plusieurs reprises. Par exemple, le 30 décembre 2015, elle a dit :

Il [John Podesta] m’a personnellement fait promettre que nous allons diffuser l’information. D’une façon ou d’une autre. Peut-être qu’on pourrait avoir un groupe de travail pour aller dans la zone 51.

Mme Clinton a ensuite fait une déclaration sur Jimmy Kimmel Live en mars 2016, dans laquelle elle a parlé des ovnis, ou de ce qu’elle appelle maintenant le “phénomène aérien inexpliqué” (UAP). Elle s’est engagée à divulguer tous les dossiers d’OVNI/UAP qui n’ont pas été classifiés pour des raisons de sécurité nationale :

J’aimerais que nous examinions ces dossiers et que nous rendions cette information aussi publique que possible. S’il n’y a rien, disons aux gens qu’il n’y a rien. S’il y a quelque chose là-bas, à moins qu’il ne s’agisse d’une menace pour la sécurité nationale, je pense que nous devrions le partager avec le public.

Les documents divulgués par Wikileaks confirment que Clinton et Podesta faisaient plus que simplement faire des commentaires à l’appui de la déclassification des informations sur les OVNI/UAP. M. Podesta a participé à des réunions au cours desquelles il a discuté du témoignage du général de division William McCasland et d’autres initiés sur leur connaissance du sujet des ovnis, et a élaboré une stratégie sur la façon dont la campagne Clinton pourrait soutenir une initiative de divulgation pour divulguer ces informations au public américain.

Étant donné son intérêt historique pour les ovnis et la divulgation publique de cette information, il est presque certain que certains des courriels de Mme Clinton sur le sujet ont été stockés sur son serveur privé, ce qui a empiété sur les documents SAP/SCI concernant les technologies spatiales avancées.

Selon Q, l’information SAP/SCI vendue par Clinton recueillait secrètement des fonds pour le Deep State (Eye of Ra), tel que révélé dans un article du 22 décembre 2017 [#228] :

Hussein [Obama] met fin au programme de navettes 2011.
Les États-Unis perdent leur domination spatiale.
http://www.foxnews.com/opinion/2017/08/09/obama-administration-knew-about-north-koreas-miniaturized-nukes.html
L’affaire IRAN Nuke.
NK Nuke/Missile Tech.
SpaceX.
NASA Tech to ?
HRC SAP (serveur privé).
Connecté.
$$$$,$$$$,$$$$.00 (poches).
OEIL DE RA.
Oeil gauche [marqueur].
Le symbolisme.
MALÉFIQUE.
STUPID.
JUSTICE.
Q

Fait significatif, Q faisait référence à la Corée du Nord en tant que destinataire des secrets technologiques de la NASA et mentionnait que l’espace X d’Elon Musk jouait un rôle. Vraisemblablement, le Deep State aidait la Corée du Nord à développer ses capacités de missiles balistiques avec les dernières technologies de fusée mises au point par la NASA et, ce qui est incroyable, avec Space X.

Pour en savoir plus sur le type d’informations SAP que Mme Clinton a incluses dans ses courriels, nous pouvons nous reporter à l’accord de confidentialité sur les informations confidentielles [SCI] qu’elle a signé le 12 janvier 2009, qui décrit ses responsabilités légales. Il est important de noter que son accord de non-divulgation révèle quatre systèmes de contrôle SCI (qui couvrent des matériaux provenant de plusieurs SAP) auxquels elle aurait accès.

Parmi les quatre systèmes de contrôle du SCI auxquels Clinton a eu accès se trouvait Talent Keyhole (TK), qui est décrit comme un “système de contrôle de haut niveau” impliquant un certain nombre de plateformes de surveillance en très haute altitude et dans l’espace :

Les CT couvrent les plates-formes de collecte IMINT (imagerie intelligente), SIGINT (renseignement sur les signaux) et MASINT (renseignement sur les mesures et les signatures), les techniques de traitement et d’analyse connexes, ainsi que la recherche, la conception et l’exploitation de ces plates-formes… Le compartiment TALENT original a été créé au milieu des années 1950 pour le U-2. En 1960, il a été élargi à l’ensemble de la reconnaissance aérienne nationale (pour inclure plus tard l’imagerie SR-71) et le compartiment KEYHOLE a été créé pour le renseignement par satellite. [Source : Wikipedia]

En termes simples, Talent Keyhole est une donnée de surveillance provenant des plates-formes spatiales américaines les mieux classées, qui ne concernerait que des données provenant de satellites espions envoyés dans l’espace par l’US Air Force et ses partenaires du renseignement militaire (National Reconnaissance Office, National Security Agency et Defense Intelligence Agency).

En réalité, cependant, l’USAF et ses partenaires ont secrètement développé et déployé des technologies beaucoup plus avancées dans l’espace, comme le reconnaît Q dans un post du 19 septembre 2018 (2224) où ils ont répondu à plusieurs questions soulevées sur le forum 8chan :

Q,

La NASA a simulé l’alunissage ? Sommes-nous allés sur la lune depuis ? Existe-t-il des programmes spatiaux secrets ? Est-ce pour cette raison que la Force spatiale a été créée ?

Faux, les alunissages sont réels.
Il existe des programmes qui ne sont pas du domaine public.
Q

Q était ici en reconnaissant que les programmes spatiaux secrets sont réels et que l’information est classée à un très haut niveau “hors du domaine public”. Il s’agit des programmes d’accès spécial qui sont associés au système de contrôle Talent Keyhole auquel Clinton s’est vu accorder un accès ” besoin de savoir “.

D’après mes recherches sur les programmes spatiaux secrets, l’USAF a déployé des stations spatiales habitées, ainsi que des plates-formes d’armes orbitales intégrant des technologies destructrices telles que “Rods of Gods” et “Directed Energy Weapons”.

Ils font tous partie d’un programme spatial secret géré par l’USAF, qui exploite des engins antigravité de pointe à partir d’installations sensibles telles que la zone 51 du Nevada, le polygone d’essai et d’entraînement de l’Utah, la base aérienne de Kirtland au Nouveau-Mexique et la base aérienne McDill en Floride, où se trouve le Special Operations Command.

À la fin de 2017, des plates-formes antigravité de différentes formes, comme des triangles volants, des rectangles et des vaisseaux cylindriques, ont été photographiées près de la base de McDill dans le cadre d’une initiative de divulgation menée par les opérations spéciales de la USAF, qui a encouragé un résident local à prendre ces photos pour diffusion publique.

La conclusion que l’on peut tirer des messages de Q est que le matériel SAP/SCI que Clinton stockait sur ses serveurs contenait des informations de niveau Talent Keyhole sur les capacités de surveillance du programme spatial secret de l’USAF. Ces informations très sensibles semblent avoir été vendues sur un marché illicite du renseignement à de grands rivaux américains tels que la Chine et la Corée du Nord avec le soutien de Deep State et de la CIA.

Il est possible que l’intérêt de Clinton pour la divulgation d’OVNI ait été utilisé comme couverture pour discuter du matériel de Talent Keyhole dans des courriels qui seraient sauvegardés sur ses serveurs privés, et éventuellement accessibles par des pirates chinois et étrangers.

D’après les documents et les preuves qui ont été rendus publics jusqu’à présent, il est clair que Clinton avait du matériel SAP/SCI sur ses serveurs privés, et cela comprenait du matériel de niveau Talent Keyhole dont elle avait eu “besoin de savoir” l’accès. Cela rend très plausibles les affirmations de Q selon lesquelles Clinton vendait à la Chine et à la Corée du Nord les secrets de la technologie de pointe de l’Amérique.

Par conséquent, la possibilité que Clinton ait fait partie d’un plan de Deep State/CIA visant à transmettre des secrets technologiques, y compris des informations sur un programme spatial secret géré par l’USAF, à la Chine, la Corée du Nord et d’autres entités étrangères, exige une enquête sérieuse.

En effet, certaines des plus de 80 000 affaires scellées qui ont été identifiées dans les dossiers judiciaires du PACER, pourraient impliquer des accusations de trahison contre des fonctionnaires de Deep State impliqués dans la vente des secrets de technologie avancée des États-Unis.

On peut espérer qu’au fur et à mesure que d’autres informations seront divulguées dans le cadre des procès criminels et militaires que Q affirme imminents, ces procès donneront l’occasion de divulguer officiellement un programme spatial secret de l’USAF et de diffuser des technologies de pointe qui seraient très utiles au grand public.

Michael E. Salla, Ph.D.

Source : https://www.exopolitics.org/did-hillary-clinton-sell-secret-space-program-technologies-to-china/

Loading...

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
3000
  S’abonner  
Notifier de