Enfance : des chercheurs prouvent que l’amour impacte l’ADN d’un bébé

3
2491

Pour la première fois, une étude scientifique montre comment l'amour physique et émotionnel reçu durant la petite enfance laisse une trace sur nos gènes.

Au Canada, une équipe de chercheurs spécialistes de la génétique vient de démontrer que le réconfort procuré par un adulte à un nourrisson s’inscrit dans ses gènes. L’amour physique et émotionnel prodigué par ses parents ou ses soigneurs est ainsi visible sur le plan moléculaire.

Dans un précédent article, nous vous expliquions à quel point la tendresse, les caresses et la chaleur humaine étaient indispensables au bon développement cognitif et sensoriel d’un bébé. Une équipe de scientifiques de l’Université de la Colombie-Britannique va désormais beaucoup plus loin.

D’après leur étude, présentée dans la revue Development and Psychopathology, l’affection reçue par un bébé laisse une signature épigénétique propice à son développement, visible quatre ans plus tard dans son ADN. À l’inverse, leurs recherches prouvent que les enfants de quatre ans qui ont connu une plus grande détresse affective présentent un profil moléculaire sous-développé pour leur âge et, ainsi, une « immaturité biologique ».

En d’autres termes, les enfants délaissés ayant reçu moins de contacts physiques et d’échanges émotionnels durant leur petite enfance sont directement impactés par ces carences affectives sur le plan génétique.

Le Pr. Michael Kobor, qui a dirigé cette étude, explique :

« Nous pensons qu’un vieillissement épigénétique plus lent chez l’enfant peut être synonyme d’une incapacité à s’épanouir. »

Les implications sur le développement des bébés et sur leur santé à l’âge adulte ne sont, pour l’instant, pas encore comprises. Toutefois, cette étude permet de montrer, pour la première fois, que le simple fait d’être physiquement touché, tôt dans la vie, a des conséquences profondes, voire permanentes, sur l’expression des gènes.

Ces résultats étonnants font écho à l’IRM de Flavie Flament, qui avait permis de prouver qu’un traumatisme tel qu’un viol dans la jeunesse laissait une trace visible sur le cerveau. De la même façon, des individus ayant subi un traumatisme affectif dans la petite enfance seraient définitivement impactés sur le plan génétique.

Une étude qui révèle toute la mesure de l’amour vital au bon développement des nourrissons.

De quoi décupler nos câlins et nos baisers à leur égard.

Lire aussi : Plus un bébé est câliné, mieux il se développe. (VIDÉO) 

Source : https://positivr.fr/etude-scientifique-amour-impact-adn-genes-bebe/?utm_source=ActiveCampaign&utm_medium=email&utm_content=D%C3%A9couvrez+les+derni%C3%A8res+histoires+sur+POSITIVR&utm_campaign=POSITIVLetter+V2

3
Poster un Commentaire

avatar
3000
3 Comment threads
0 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
jouleGuy51PAM2/3 Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Joule
Membre
Joule

Peut-être un petit coup d’œil, là dessus (c’est pour rappel ):
https://www.youtube.com/watch?v=J4SMXQiwD5I

Haulotte Guy
Membre
Haulotte Guy

il faut pas etre scientifique pour déclaré ceci.Je suis le résultat d’une bétise de mon père ils m’ont toujours odié pour cela et le mot amour qui devrai etre prononcé de moi est comme si ont m’arracherai une dent.Je suis marié avec ma femme qui dans sa famille il y a eu 24 enfants,une ambience militaire,elle n’est pas pour des calins et démonstrations.Maintenant pensé aux enfants qui vivent la guerre ou au milieu des favelles,c’est l’enfance qui forme les caractère des gens,et normal que l’on retrouve des traces dans un DNA.Certain scientifique me font rire avec leur déclaration….

PAMdether
Membre
PAMdether

Ben je dirais, pas que des bébés, logiquement. Tout ce qui a de l’ADN, et même tout ce qui a un champ magnétique, quelque part… 😉