Doctrine de l’escalade (anti) sécuritaire : un policier met en cause le gouvernement

3
2255

 

Avec le moral visiblement plombé sur son coté gauche,au vu de son inclinaison permanente y compris corporelle  ( sa tête ) , un policier  nous détaille par le menu les difficultés vécues par les forces du désordre en ces temps d’usage immoédrée de  CRS  :  Coercition Répressive Supervisée.

On espère que l’abolition de la peine de mort suivra ce coup de gueule ,elle qui touche désormais ceux qui ne peuvent exercer le métier dont ils ont la vocation (: flics et agriculteurs ),au vu des conditions extrêmement difficile d ‘exercice .

Ne jamais mettre en cause le DIEU de la (sous) France   ( la Rê  publique) , ni son clergé , voilà ce qui importe le plus ,pour les politocards “violençophiles “.

3
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
3 Auteurs du commentaire
beaumagnusbaillySpiritonfire Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
beaumagnus
Membre
beaumagnus

Bravo pour Monsieur !

La solution est simple et difficile en même temps.

SIMPLE, parce qu’un policier n’a qu’à respecter ce pour quoi il a prêté serment (en théorie) à savoir “protéger les citoyens même au détriment de sa vie”, donc rejoindre les rangs du peuple au lieu de se suicider.

DIFFICILE, vu la dé-formation professionnelle que les policiers ont reçu, les pressions subies de par leurs pantins hiérarchiques et surtout à cette incapacité “endoctrinale” qu’à le peuple (à tous les niveaux de la société) à s’organiser et à s’unir pour une même cause.

Spiritonfire
Membre
Spiritonfire

Comment dire….bon déjà je tiens à dire que j’apprécie vraiment ce policier, parce qu’il dit tout est on comprend facilement même si on fait pas partie de la police, bref si j’ai bien compris. Tout le monde chez les policiers (l’armée et tout le tralali) savent que les méchants c’est leur hiérarchies…ok…donc…comment dire… C’est pas en demandant au mal d’arrêter de faire mal qu’il arrêtera qu’importe le ton que tu emploiera ou la manière, donc c’est quoi la solution les mecs (petit indice : le truc que je suis pas sensé vous apprendre parce que c’est votre boulot > l’arrêter)… Lire la suite »

bailly
Invité
bailly

Merci pour votre témoignage et votre position.J ai beaucoup de sympathie pour vous .
Mais si vous en êtes a ce point méprisés et incompris par votre hiérarchie, pourquoi continuer à être policier dans ces conditions.Démissionner et faites autre chose.Une hiérarchie n est puissante que seulement lorsqu il y a des subordonnées d’accord de se soumettre a son autorité.