Crop circle d’Avebury du 1er août 2012 : le Soleil noir et la svastika. Luttes et intérêt scientifique des ethnies exobiologiques dans l’étude de la contradiction primordiale.

7
1771

Dans l’article consacré à la science extraterrestre « La science extraterrestre et ses concepts : fluctuations isodynamiques et topologie tétravalente. », l’image d’illustration représente le crop circle d’Avebury, dans le Wiltshire en Angleterre, apparu le 1er août 2012.

Loading...

Résultat de recherche d

Un autre crop circle illustrant le même thème graphique est apparu plus tôt dans la même région, le 25 mai 2009.

Résultat de recherche d

Dans les deux cas, nous retrouvons la même signification graphique. L’origine extraterrestre de ces crops circles est indiscutable. Le message contenu est identique et concerne le phénomène solaire des sphères noires à l’époque de l’apocalypse qui est le thème de l’article cité. Ces deux crops circles sont aussi de styles graphiques différents, ce qui laisse clairement à penser qu’ils sont issus de deux ethnies exobiologiques différentes.

L’analyse de ces images est la suivante :

Au centre de la première image est représenté notre soleil. La multitude de sphères présentes autour représente les sphères solaires noires déjà analysées en détail. L’augmentation du diamètre des cercles de céréales coupés avec l’éloignement au soleil représente l’« aplatissement de l’espace 5d » vers la structure topologique à 4 dimensions de notre espace-temps classique (voir article). Cette diminution de la densité énergétique de l’espace (aplatissement) dilate ces sphères noires jusqu’à leur disparition (énergie des sphères nulles). Ces sphères noires sont symbolisées soit par un fin anneau foncé entourant les sphères blanches, soit en « négatif » dans la seconde photo. Cet effet de négatif est réalisé avec des parties de céréales non coupées.

L’équivalent de la distance entre cercles concentriques de la première photo où des cercles de tailles croissantes sont représentés est symbolisé par le dessin d’une vague dans la seconde photo. C’est le symbole d’une onde en physique. Il est utilisé habituellement en théorie quantique pour représenter une quantité d’espace (distance) ou de temps comme la longueur d’onde ou la fréquence de la lumière par exemple. L’augmentation de la taille des cercles représente l’évolution du diamètre des sphères noires dans le temps (elles apparaissent en grossissant progressivement). Cette variation évoque également un mouvement de rotation. La seconde photo montre aussi de façon explicite que les sphères noires sont engendrées par le soleil (cercle négatif dans le soleil). De plus, elle suggère que lorsqu’elles disparaissent (après un accroissement suffisant de leur diamètre), ces sphères noires sont « réabsorbées par le soleil conformément à leurs caractéristiques dimensionnelles (propriétés géométriques de l’espace) qui les ont fait naître», ce qui indique du point de vue symbolique (et physique) que ces sphères noires sont incluses dans le mécanisme de fonctionnement du soleil.

Toute la symbolique géométrique exprimée dans ces deux photos se retrouve dans celle, très ancienne, de la svastika remontant à 12 000 ans environ et tout particulièrement, du symbole du Soleil noir qui en est dérivé et qui date de plus de 2500 ans (Wikipedia).

Résultat de recherche d

Cette représentation  géométrique, comme la svastika, traduit la notion de vortex. Un vortex est un mouvement circulaire qui se referme sur lui-même. Il exprime donc la vacuité du mouvement. Les traits noirs perpendiculaires aux rayons sortant du « Soleil noir central » représentent la variation angulaire (sens de rotation) entre le cercle noir extérieur et le cercle noir intérieur. Les traits noirs perpendiculaires à ces deux cercles évoquent une différence de vitesse de rotation : les traits près du Soleil noirs sont plus longs et symbolisent un plus grand entraînement de l’espace à proximité (adhérence) que le mouvement de l’espace près du grand cercle extérieur où les traits sont plus courts. Cette différence dans les vitesses représente précisément la dynamique d’un tourbillon dans un milieu visqueux en physique. C’est également en parfaite conformité avec la dynamique de rotation interne du soleil où le centre tourne plus rapidement que la surface solaire.

En observant le centre du dessin, nous constatons que ce Soleil noir est contenu à l’intérieur du cercle noir intérieur qui représente la bordure extérieure de notre soleil : les parties blanches visibles sont présentes pour nous le faire comprendre. Enfin, le rôle des rayons noirs est de montrer que le Soleil noir contenu dans notre soleil se diffuse vers l’extérieur.

Ce décodage de la symbolique du Soleil noir rejoint directement le phénomène des sphères solaires noires. La notion de vacuité du mouvement contenue dans cette représentation se retrouve dans la notion de fluctuation topologique tétravalente abordée dans l’article consacré à ce phénomène des sphères solaires, où la vacuité est celle des fluctuations qui par nature doivent être en moyenne nulles par définition. Les sphères noires ne sont que des « émanations du soleil » qui font partie de sa structure et de sa manière de fonctionner.

La vacuité dans le mouvement est une contradiction en soi. S’il y a mouvement, il ne peut y avoir vacuité car le mouvement serait alors physiquement inutile mais existerait cependant, ce qui est incompatible avec la structure du cosmos car le principe de causalité physique pourrait être violé (ordre entre cause et effet non respecté). Cette contradiction peut seulement exister fonctionnellement sur le plan de l’esprit qui transcende la physique du cosmos, bien que sa structure physique repose aussi sur la logique tétravalente. Dans ce sens, l’interprétation du Soleil noir aboutit à la conclusion que cette symbolique représente ce qui a été nommé « Mal absolu » dans l’article « Le Mal par la vacuité et la Cabale spirituelle : démystification de l’Apocalypse religieuse par la logique multivalente. ». L’Histoire de notre civilisation confirme malheureusement cette analyse dans le sens que ce symbole a été utilisé par le nazisme. Le Soleil noir est le symbole du Mal absolu en tant que cycle fermé de l’esprit générant la vacuité dans notre monde.

Symbolique antique et crops circles modernes nous révèlent la même chose à l’époque de l’apocalypse. Ce n’est certainement pas un hasard. L’article du site Kundalight, très complet, met en évidence les relations existant entre nazisme, Mal absolu et technologies secrètes SS manifestement d’origine extraterrestre:

https://uhxnue.wordpress.com/2017/07/29/le-soleil-noir-ahnenerbe-expeditions-et-technologies-secretes-ss/

Un exemple de technologie issue selon toute évidence de connaissances gardées secrètes est montré dans la photo suivante tirée de cet article :

0001

Le Soleil noir est composé de trois svastika qui totalisent 12 branches également symboliques de l’éclair. Par comparaison à la svastika qui représente à l’origine les énergies positives, le Soleil noir est un symbole qui représente le Mal absolu par un biaisement de la symbolique initiale de la svastika ou, en d’autres termes, par une duperie dont l’origine est le Mal absolu lui-même qui pervertit le Bien en Mal, Mal absolu clairement assimilable par les faits au nazisme. De façon générale, le Mal absolu utilise la duperie pour s’exprimer dans notre réalité d’êtres humains.

C’est uniquement cette duperie qui est le signe réel et indiscutable de la manipulation du Mal absolu exercée sur les Hommes. Tout pense à croire que Hitler montrait des signes de possession par des énergies non seulement négatives mais faisant indiscutablement surgir dans notre réalité le Mal absolu.

Ces signes d’incursion d’une force occulte dans l’esprit d’Hitler nous amène à la réflexion suivante. Ceux qui ont favorisé activement et prolongé l’idéologie de l’Allemagne de la Seconde guerre mondiale ont voulu une Europe unifiée allant même jusqu’à prétériter la dignité humaine par un accroissement de la pauvreté. Envahis par la même force, plus ou moins consciemment ou à leur total insu, force qui était concentrée dans la personne d’Hitler, celle-ci s’est « répartie » sur un grand nombre de protagonistes (cabalistes et francs-maçons) actifs depuis la fin du régime nazi dans la construction européenne. L’extension de cette force (énergie spirituelle négative) obéit parfaitement à la loi exprimée dans l’article « La connaissance et le libre arbitre, entre influence occulte et science psychotronique. L’interaction réalité physique et monde spirituel. ». Cette force n’est autre que ce qu’on peut nommer « Mal absolu ». Qui dit Mal absolu dit obligatoirement « vacuité d’esprit ». Alors où se cache cette vacuité d’esprit dans le cas des cabalistes et des francs-maçons ? Au détriment de la vérité humaine du plus grand nombre, c’est l’emploi de connaissances (occultes ou non) qu’ils véhiculent et qu’ils utilisent qui leur fait subir le joug du Mal absolu, Mal qui les manipule complètement sans qu’il en ait nécessairement conscience. Cette manipulation est sans aucune limite.

Une règle fondamentale dans le monde de l’esprit exige que toute intervention de nature spirituelle s’exerce sous le régime de l’exception. Comme le Christ a été dupé de façon « très exceptionnelle » par son allégeance au dipôle fondamental (voir article « Le Mal par la vacuité et la Cabale spirituelle : démystification de l’Apocalypse religieuse par la logique multivalente. ») qui est lui-même (un simple) vecteur du Mal absolu et par le choix (erroné) du Christ de former un pacte de fait avec les énergies négatives de notre sphère spirituelle planétaire pour la période de l’Apocalypse, il n’est pas étonnant que Hitler, homme incarné, a été l’objet d’une duperie hors norme du Mal absolu. Ce régime d’exception, qui est le mode opératoire pour les interventions spirituelles dans notre monde et dans l’au-delà, se symbolise par l’image de l’éclair, éclair qui frappe sans prévenir. Cette notion de foudroiement est inhérent à la symbolique du Soleil noir.

Quel rôle les civilisations exobiologiques ont joué et continuent de jouer dans notre Histoire ? Plus une civilisation est évoluée, plus sa spiritualité se rapproche des caractéristiques spirituelles des énergies positives et négatives de l’au-delà (par l’utilisation de la logique multivalente), dans des proportions qui sont malheureusement clairement non symétriques entre ces énergies. La prédominance de la négativité, à ne surtout pas confondre avec le Mal (contraire du Bien) qui est une expression de l’énergie négative du dipôle fondamental ou le Mal absolu qui est la distorsion spirituelle due à une pure aberration énergétique de l’esprit (singularité exprimée par de la vacuité d’esprit), semble être le caractère commun des ethnies exobiologiques qui nous visitent et qui semblent vouloir nous apporter assistance dans notre évolution. Or, malgré une telle assistance, leurs actions semblent être en définitive extrêmement discutables sur une quelconque efficacité au niveau de l’ensemble de notre civilisation.

Le nazisme a bénéficié d’une certaine avancée technologique de la part d’au moins une ethnie exobiologique. Qu’en est-il des gouvernements actuels et des ethnies exobiologiques en contact avec eux ? Il faut constater que la Mal absolu n’a apparemment pas fini de s’exprimer dans notre monde matériel.

Pourquoi le Mal absolu s’exprime sur notre planète ? Pour une raison physique presque élémentaire. Dans ce que les physiciens nomment « superfluide » (un fluide qui n’a aucune viscosité), la mise en rotation d’un telle matière engendre spontanément des micro tourbillons répartis à la surface du superfluide. Ces vortex déforment la surface à deux dimensions du fluide en rotation vers la troisième dimension de l’espace (la profondeur du fluide). C’est le même phénomène qui est en jeu pour notre sphère spirituelle. La vacuité de l’esprit est symbolisée par le non-emploi du libre arbitre ou par des pensées désordonnées qui n’amènent que plus de chaos. Une pensée qui évite d’affronter un problème ou qui mène à la non-résolution permanente d’un problème est une pensée qui par définition « tourne en rond » (c’est dans ce cas plus qu’une simple expression familière) sur elle-même. C’est exactement ce caractère de vortex des pensées qui est le signe indicateur que notre sphère spirituelle planétaire, à son plus haut niveau, est lui-même nécessairement aussi un immense vortex énergétique de pensées parce que notre planète se définit comme étant au bord de l’univers physique et spirituel (l’un ne peut pas aller sans l’autre, physique 5d) en tant que vortex parmi d’autres qui peuvent peupler le cosmos. Cet « effet de bord » (notion très commune en physique) est le même que celui d’un vortex de superfluide qui s’incurve dans une dimension supplémentaire de l’espace (la troisième dimension). Dans notre cas, la ou les dimensions supplémentaires vers lesquelles s’incurvent notre sphère spirituelle constituent l’extérieur de notre univers physique (cosmos) et spirituel. Dit plus simplement, nous nous situons à l’extrémité (la fin) de notre univers, même si nous voyons des galaxies tout autour de nous. Cette situation de fin d’univers préfigure celle de tout le cosmos en termes d’espace, de temps et de contenu lorsqu’il sera arrivé au bout de son existence. Nous sommes à la limite spirituelle et physique du cosmos. Cette propriété d’effet de bord transite par notre soleil et par le centre de la galaxie (physique 5d). C’est toute notre galaxie, elle-même en rotation autour de son centre, qui diffuse à d’autres ethnies exobiologiques qui nous visitent cette pulsion malsaine d’étudier ce qui ne doit pas être étudié (principe du blasphème), ethnies guidées par ce Mal absolu diffus mais présent dans toute la galaxie. Nous vivons malheureusement dans une sphère spirituelle planétaire qui est LE vortex physico-spirituel (physique 5d) de la galaxie. Ce qui explique l’énorme afflux de civilisations exobiologiques à notre « chevet » pour nous étudier, en perturbant le moins possible le sujet d’observation que nous sommes. Le mythe de la civilisation extraterrestre bienfaisante dont on ne voit jamais de résultats tangibles pour le plus grand nombre d’êtres humains s’explique très facilement dans ce contexte. Sommes-nous simplement des sujets d’observations et d’expérimentations spirituelles soumis et dociles, certainement pas…

Alors que faire ? Ceci, nous le savons déjà. Il faut appliquer la seule solution cybernétique qui permet d’infléchir la sphère spirituelle : se regrouper par compétences et centres d’intérêts de façon constructive, en vertu de la loi qui régit les propriétés du chaos : le chaos par le pacifisme ou par l’activisme représentent les deux faces du chaos primordial qui régit aussi le Mal absolu. Combattre le feu par le feu. Dans quel but ? Annuler le vortex formé par notre sphère spirituelle comme on ferait disparaître un vortex spontanément apparu dans un superfluide.

Loading...

7
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
3000
2 Auteurs du commentaire
Thierry Pogetnewparadigm Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
Thierry Poget
Invité
Thierry Poget

Partie 1 sur 3 : Bonjour, Permettez-moi de vous présenter une version sensiblement différente de l’interprétation de ce qu’est le soleil noir comme étant la représentation de l’axe du mal, tel qu’il est développé tout au long de cet article. « ce qui indique du point de vue symbolique (et physique) que ces sphères noires sont incluses dans le mécanisme de fonctionnement du soleil. ». Il est possible que l’interprétation attribuée au soleil noir soit fausse. Il se trouve que l’enseignement bouddhiste, nous informe que la Claire Lumière se trouve être une source lumineuse que l’on peut apprendre à voir… Lire la suite »

Thierry Poget
Invité
Thierry Poget

Partie 2 sur 3 : « Le Soleil noir est le symbole du Mal absolu en tant que cycle fermé de l’esprit générant la vacuité dans notre monde. » Votre charabia, désolé de vous le dire, mais ne veut rien dire. le ressenti intuitif me dit que le soleil noir vu comme le mal absolu est une interprétation erronée de ce qu’il représente, ensuite associé esprit et vacuité à travers l’interprétation que vous avez de la vacuité et de l’esprit, n’est pas du tout ce qu’enseigne le bouddhisme, soit que la vacuité n’est pas l’esprit, mais les reflets qui se… Lire la suite »

Thierry Poget
Invité
Thierry Poget

Partie 3 sur 3 : Déjà le positionnement de notre galaxie comme prétendument être à une extrémité de notre univers, puis associé et déployer cette théorie à l’ensemble de l’univers, puis associé cette affirmation aux trois concepts espace, temps et contenu, me semble des plus hasardeux et surtout amène plus de confusion, sans amener aucun soutien explicatif clarifiant. Enfin, affirmer que « Nous sommes à la limite spirituelle et physique du cosmos » est une méconnaissance totale de quoi est composé le cosmos autant que la sphère spirituelle. « Alors que faire ? » Quant à vos « propositions de… Lire la suite »