Bob Lazar, un initié révolutionnaire de la zone 51, fête ses 30 ans d’existence : Alpha et Oméga

9
4251

Par David Wilcock | le 6 Jan, 2019

Bob Lazar a été le premier grand initié OVNI / Zone 51 à être entré en scène en 1989. Aujourd’hui, 30 ans plus tard, il a refait surface dans un nouveau film incontournable – Bob Lazar, Area 51 et les Soucoupes Volantes.

Personne n’avait entendu parler de la zone 51 et des engins spatiaux issus de la rétro ingénierie avant Lazar. À bien des égards, il est le parrain du mouvement de la divulgation.

Fortement attaqué et diffamé, Lazar se retira dans l’anonymat. Il n’a jamais tiré profit de ses revendications et a gagné sa vie en dirigeant une entreprise de fourniture de produits chimiques.

Il est très intéressant de voir que Lazar est enfin prêt à faire face à une nouvelle vague de haine extrême et à un nouvel examen d’un public à la recherche de la vérité.

Un film récemment sorti de Orchard Entertainment a souligné la réapparition stupéfiante de Lazar sur la scène des OVNIs.

En même temps, nous travaillons toujours sur un article de fond au sujet des incendies de forêt en Californie, sur QAnon et la défaite imminente de l’État Profond.

Les événements se succèdent en mode accéléré en ce moment et chaque jour apporte de nouvelles surprises. Nous espérons que les feux de forêt en Californie  seront bientôt éteints.

C’EST COMME SI ON RESSENTAIT L’ALPHA ET L’OMÉGA

Bob Lazar a électrifié le monde lorsqu’il s’est présenté avec l’animateur de télévision grand public, George Knapp, d’abord anonymement en mai 1989, puis publiquement en novembre.

J’ai commencé à m’intéresser aux OVNIs en 1993, et j’ai acheté autant de nouveaux livres que j’en avais les moyens, tout en dévorant les piles de livres à triple zéro de la bibliothèque, là où on classait le paranormal, selon la méthode décimale Dewey.

J’ai acheté la plupart des nouveaux livres sur les OVNIS jusqu’en 1997 environ, quand l’Internet a essentiellement remplacé les livres publiés comme point chaud pour les nouveaux renseignements.

Néanmoins, au cours de ces quatre premières années, de 1993 à 1997, c’était presque une norme absolue d’entendre l’histoire de Bob Lazar racontée dans chaque nouveau livre que je découvrais sur les OVNIs.

Cette information était si répandue qu’au bout d’un certain temps, je pouvais évaluer chaque auteur en me basant sur le degré de complétude et d’information qu’il avait sur le matériel Lazar.

Ce fut pour moi l’origine de toutes les recherches sur les OVNI. Maintenant, après tout ce temps, voir Lazar revenir vers nous est un véritable voyage spirituel.

C’est comme “l’alpha et l’oméga”, le début et la fin.

Pour moi, c’est aussi un sentiment de présage, comme si la divulgation était bientôt à portée de main et que ceci était l’une des dernières étapes du chemin.

LE RÉVEIL SE PRODUIT DANS LA SOUFFRANCE

Le réveil qui m’a conduit à me lancer dans le mystère de Bob Lazar a commencé à partir de racines intensément douloureuses.

Toute cette discussion est très pertinente à la façon dont j’ai commencé à lire des livres sur Bob Lazar.

Le “décor et le cadre” dans lequel je me trouvais était bizarre et dérangeant, et m’a enseigné des leçons qui ont catapulté mon éveil.

J’ai postulé et j’ai été accepté dans un collège que Rolling Stone avait surnommé l’une des dix meilleures “écoles festives” de la nation en 1991.

Non, je ne me souviens plus quel rang de la tête New Paltz occupait sur la liste – mais sa victoire dans les top 10 a fortement influencé ma décision.

Le fait qu’elle soit située juste à côté de Woodstock, dans l’État de New York, et qu’elle soit géographiquement plus proche que n’importe quelle autre école, a certainement aidé.

Mes parents étaient tous les deux très, très stricts, et comme bien d’autres, j’étais prêt pour une rébellion à grande échelle dès que je me suis senti “libre”.

J’ai passé un an avec des hordes d’étudiants bourrés d’alcool à en vomir, et j’ai dû faire face aux effets de la folie de vivre avec eux. La vie dans les dortoirs a fini par être beaucoup plus intense que de vivre avec mes parents et de fréquenter l’école secondaire.

90% DES ENFANTS N’ÉTAIENT PAS LÀ POUR APPRENDRE QUOI QUE CE SOIT.

Nous avions une entrée de 2000 en première année et seulement 200 finissaient diplômés. Neuf personnes sur dix, de ceux qui me côtoyaient, n’allaient pas s’en sortir.

On pouvait dire qui ils étaient dans n’importe quelle classe. Ils n’étaient jamais là. La fête non-stop était beaucoup plus intéressante pour eux que l’éducation.

Tout le monde avait obtenu de bons résultats aux tests d’admission et avait survécu à l’école secondaire pour être accepté, mais c’est rapidement devenu vous et une dizaine d’autres dans la classe… si c’est le cas.

Les cours étaient assez faciles. Si vous pouviez vous présenter, rester à moitié conscient et noter certaines choses, vous pouviez réussir les tests.

Pour autant que je me souvienne, il n’y avait pratiquement aucun travail à faire à la maison, si ce n’est un peu de bûchage de dernière minute pour les tests.

Immanquablement, les professeurs vous disaient à haute voix, en classe, tout ce qu’il y aurait aux examens. Tout instructeur qui ne le faisait pas était rapidement étiqueté.

Le manuel était une relique inutile, si vous vouliez aller plus loin que ce qui allait être demandé dans les tests.

C’ÉTAIT TOUT UN SPECTACLE.

Tellement de bière était renversée sur le plancher de notre suite que vous deviez enlever vos chaussures pour marcher, ce qui, je suppose, nous occasionnait un meilleur exercice.

Le bruit de craquement graisseux qu’impliquait le déplacement d’un point A à un point B signifiait que personne ne pouvait vous surprendre en douce.

Nous avions des dortoirs mixtes. Des suites de garçons à droite et de filles à gauche, dans les mêmes couloirs et les mêmes étages.

Plus d’une fois, j’ai aidé une des filles dans le couloir pendant des épisodes terribles, en leur tenant la tête hors de l’eau comme ma mère l’aurait fait pour moi. Dans bien des cas, j’étais la seule personne prête à aider qui que ce soit.

J’ai essayé de me couper les cheveux pour économiser de l’argent, mais je me suis tellement amoché que nous avons décidé de me raser le dos et les côtés, ce qui m’a immédiatement valu le nouveau surnom de “Beaker”

J’ai finalement appris par le personnel du campus que ma suite particulière ,de quatre chambres au 212 Dubois, était le quartier le plus problématique et le plus alcoolisé de l’école entière cette année-là.

EXPOSANT UNE VÉRITÉ PLUS PROFONDÉMENT ENRACINÉE

Sachant combien peu d’entre nous allaient obtenir leur diplôme, et vivant la fête qui se déroulait non-stop, j’ai commencé à voir la vérité cachée du système universitaire de l’État de New York (SUNY).

Les dortoirs de première année ressemblaient à des cages pour animaux furieux. En autant qu’on ne faisait pas sauter les immeubles, et qu’ils avaient leur argent. Les affaires étaient les affaires.

L’État offrait un “asile de fous” aux nouveaux diplômés du secondaire qui avaient été brisés par le système.

Tout le monde était prêt pour un relâchement total du sexe, de la drogue et du Rock and Roll.

Nous étions enfermés ensemble dans un bâtiment et sur le campus, sans pratiquement aucune règle ou contrôle concernant notre comportement.

FAIRE MOUSSER, ARROSER ET RÉPÉTER

Je ne me souviens pas que quelqu’un ait jamais été arrêté, sauf peut-être pour avoir commis des actes violents en ville ou pour avoir essayé de s’introduire dans une machine à soda.

Nous n’avions pas de factures à payer, pas de responsabilités d’adultes, et nous faisions les mêmes choses que nous aurions pu faire si nous étions dans un refuge pour sans-abri – sauf que les règles là-bas y auraient été plus strictes.

Avec des prêts que nous rembourserions pendant des années, des subventions provenant des contribuables de l’État et de l’argent de nos familles, c’était vraiment une fête très coûteuse à fréquenter.

C’ÉTAIT À 100 $ PAR JOUR.

Supposons que vous y restez trois mois et demi par semestre, ce qui donne un total d’environ 10 000. C’est presque cent dollars par jour. (10 000 $ / 105 jours = 95,24 $ par jour.)

Fournir des abris à des hordes de fêtards à cent dollars par jour pourrait être une assez bonne affaire, si vous y pensez.

Les autorités de l’État nettoyaient tout à la fin de l’année et recommençaient avec de nouveaux locataires quelques mois plus tard.

C’était une entreprise gouvernementale. Fournir un logement bon marché et à court terme pour des cinglés qui font la fête maintenant et paient plus tard.

Seulement un sur dix a réussi à en tirer une formation.

J’ai failli me qualifier pour le Programme d’Égalité d’Accès en raison de notre pauvreté. Il manquait un millier de dollars aux revenus de ma famille.

Si cela avait été le cas, j’aurais obtenu de l’État tout mon argent pour faire la fête, ainsi que l’argent des contribuables pour financer tout cela.

LA ROUTE DE L’ENFER SE FAIT SUR UN AIR DE RITOURNELLE.

J’ai aussi été très surpris de voir que les employés adultes du campus, avec qui j’ai interagi au travail, étaient souvent comme des enfants, et avaient visiblement diverses dépendances.

La plupart des gens n’étaient pas aussi académiques ou disciplinés que mes parents me l’avaient fait croire. Ils “s’en sortaient à peine”.

Par exemple, il était évident que la plupart des employés d’entretien étaient des alcooliques et que plusieurs étaient visiblement en état d’ébriété au travail.

Tout le monde semblait s’auto-médicamenter en raison de leur exposition à une société malade et du traumatisme que cela avait alors créé sur eux.

J’ai retracé une grande partie du problème jusqu’à la télévision, et les messages non-stop “acheter, acheter, acheter” pour profiter de notre distraction.

Il y avait aussi dans les publicités et les intros d’émissions de télévision un bon nombre de ‘ritournelles’ pour se sentir bien – des chansons hypnotiques qui pouvaient être chantées instantanément.

La célèbre chanson d’Oscar Meyer Weiner a fait ses débuts à la télévision en 1965 et en est un exemple classique : https://www.youtube.com/watch?time_continue=14&v=aNddW2xmZp8

“Et si j’étais un Oscar Meyer Weiner, tout le monde m’aimerait.” Comment ça marche, exactement ?

Apparemment, être un “Oscar Meyer Weiner” signifiait manger régulièrement des hot-dogs commerciaux toxiques contenant des nitrates.

Si vous le regardez, un enfant dans la pub résiste au groupe et chante : “Si j’étais un Oscar Meyer Weiner, il ne resterait bientôt plus rien de moi.”

Cela reflétait l’opinion répandue à l’époque sur les “fast foods” chargés d’agents de conservation et transformés commercialement.

Notez combien de fois ils font référence à des hot-dogs faits avec de la “bonne viande” à la fin du message publicitaire.

L’enfant est ensuite forcé de marcher et de chanter avec tout le monde suivant un cas classique de ce que les psychologues appellent “l’attribution de groupe”.

J’étudiais l’attribution de groupe dans l’un de mes cours de psychologie de première année, alors que je souffrais d’une épreuve insupportable dans ma propre maison – si on peut l’appeler ainsi.

Dans le monde de l’après-Pizzagate, il est également très ” étrange ” d’entendre des enfants chanter que tout le monde les aime parce qu’ils sont des “wieners” comestibles.

ATTRIBUTION COLLECTIVE

Notre planète était au bord du désastre et on nous a enseigné que tous nos problèmes pouvaient être résolus en dépensant de l’argent et en profitant de choses qui créent une dépendance.

Si vous vous alignez sur “les autorités” et ne perturbez pas le programme, tout le monde vous aimera.

Sinon, si vous vous démarquez ou si vous vous plaignez, il ne restera bientôt plus rien de vous :

http://changingminds.org/explanations/theories/group_attribution_error.htm

L’erreur de l’attribution de groupe se produit lorsqu’on suppose que les membres du groupe sont d’accord avec les décisions du groupe.

Lorsque les gens prennent des décisions en groupe, ils suivent souvent les règles du groupe et sont influencés par la dynamique sociale au sein du groupe à ce moment-là, dévalorisant ainsi leurs propres préférences réelles.

L’équivalence de “l’attribution groupe” dans ma suite était de se saouler au délire tous les soirs, sauf les mardis.

J’ai refusé, et on me détestait pour ça. On me bousculait, me rabaissait et me ridiculisait régulièrement, et on m’encourageait à être plus “normal”.

Dans ce cas-là, “normal” signifiait devenir un alcoolique très sévère.

“NORMES” SOCIALEMENT ACCEPTABLES

L’herbe que je fumais était considérée comme mystérieuse et moche par mes camarades de chambre, surtout après qu’ils l’aient essayée un soir et qu’ils aient tous vomi.

Après tout, c’était une drogue illégale. J’étais la vraie ordure criminelle de la bande. C’est comme ça qu’ils m’ont considéré, et ils m’ont fui pour ça.

Encore une fois, j’étais l’exclu – comme à l’école secondaire – même si je suis allé dans l’une des dix meilleures écoles festive du pays.

La télé leur a dit que l’alcool était socialement acceptable. Je ne possédais pas de téléviseur et j’ai fini par ne plus jamais regarder la télévision commerciale.

J’avais lu assez d’articles dans High Times Magazine pour savoir que l’alcool était beaucoup plus toxique et nocif pour le corps que la marijuana.

LES PAPIERS SUR LA MARIJUANA

Ce point a également été soulevé dans le livre classique de David Solomon, The Marijuana Papers, publié en 1968, que j’ai lu d’un bout à l’autre en 1990 et sur lequel j’ai rédigé un rapport de lecture.

Ce livre a été LA chape qui a défini la question pour le mouvement hippie, et a fait fureur, surtout après Woodstock.

Voici à quoi ressemblait ma copie. Je l’ai trouvé, parmi d’autres trésors sur l’ESP et l’hypnose, dans la bibliothèque du sous-sol de ma mère :

Ce livre a prouvé que la criminalisation de la marijuana était un autre cas classique de complot gouvernemental.

Je l’ai apporté avec moi à l’université. Personne ne voulait le lire. Si j’essayais de leur dire ce que le livre disait, ils changeaient rapidement de sujet.

Le Volstead Act a rendu l’alcool illégal en 1920. En 1933, la loi a été abrogée grâce au dix-huitième amendement à la Constitution des États-Unis.

Peu après la décriminalisation de la consommation d’alcool en 1933, Big Alcohol a découvert qu’une grande partie de sa clientèle du Sud s’était tournée vers la marijuana, surtout les Noirs.

Ils n’avaient aucun intérêt à revenir en arrière. Une intervention majeure a été nécessaire pour sauver l’entreprise.

REEFER MADNESS

(VOIR Wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Reefer_Madness)

Harry J. Anslinger, chef du Federal Bureau of Narcotics depuis 1930, a fait adopter la Tax Act hyper-stricte de 1937 sur la Marijuana.

Ce changement législatif a été accompli grâce à l’utilisation d’une campagne de propagande de peur de grande envergure.

Il s’agissait d’une collusion directe entre les médias et le gouvernement, avec  à sa tête, William Randolph Hearst, menant la charge par le biais de son monopole de la presse et des médias.

Je me suis vite rendu compte qu’une collusion très similaire entre le gouvernement et les médias se produisait au sujet de l’histoire de Bob Lazar et des OVNIs en général.

 https://www.massroots.com/learn/the-man-responsible-for-marijuana-prohibition/

En février 1928, un article tout aussi sensationnaliste parut dans la publication The Examiner de Hearst, affirmant faussement que la marijuana était connue en Inde comme la “drogue du meurtre”.

L’article de Hearst [prétendait] qu’il était courant de voir un homme “attraper un couteau et courir dans les rues, harceler et tuer tous ceux qu’il [rencontrait]”.

Plus farfelu encore, l’article [de Hearst] affirmait que l’on pouvait cultiver assez de cannabis dans une jardinière pour “rendre folle de rage toute la population des États-Unis”.

Le ridicule film de propagande, Reefer Madness de 1936, a cristallisé le mouvement d’endoctrinement en cours de la population avec les médias de masse.

Dans le film, la drogue incite les femmes à consentir à avoir des relations sexuelles avec à peu près n’importe qui, les hommes à se livrer à des rages meurtrières et les gens à se suicider spontanément.

Puisque cette drogue était associée à des musiciens de jazz, il y avait un message fort que les femmes blanches pouvaient se montrer romantiques avec les hommes noirs si elles l’utilisaient..

Le message de ce film a été véhiculé dans un déluge d’affiches de propagande caricaturale dans tout le pays, souvent sur des thèmes très racistes.

On en a trouvé dans les publications de Hearst et ailleurs :

Si vous n’avez pas vu la bande-annonce de Reefer Madness, c’est du plus haut comique de constater que les gens ont pris cela au sérieux à ce moment-là :

Le film complet est du domaine public et disponible sur YouTube, comme sur ce lien. C’est maintenant considéré comme une comédie.

Il y a un “musée” en ligne de divers objets de propagande liés à “Reefer Madness” que vous pouvez consulter ici.

Le public a cru ce qu’on lui disait, et bientôt Big Alcohol réalisait à nouveau de gros profits, même si c’était bien plus dangereux encore.

Peu importe ce que la recherche médicale avait réellement prouvé, aussi impopulaire qu’elle ait pu être dans les médias contrôlés – même au début des années 1990.

LES TEMPS ONT CHANGÉ

Les autres dans ma suite me voyaient comme le “drogué” et ils s’adonnaient simplement à “l’alcoolisme social”, avec des trous noirs, des gueules de bois et des vomissements.

Les temps ont certainement changé étant donné que la marijuana est maintenant légale pour usage médical dans 33 des États Américains et pour usage récréatif dans 10 États.

Il n’y a pas eu de fanfare soudaine, pas d’événement fantastique, pour définir la démarcation entre le “bon vieux temps” et le présent.

Je considère le sujet OVNI à peu près de la même façon, bien que nous en soyons encore à un stade plus précoce dans la chronologie de la “décriminalisation”.

J’apparais dans une majorité des épisodes d’Ancient Aliens, et  dans un nouveau qui vient d’être diffusé avec comme invités, Megan Fox et William Shatner.

C’est dire à quel point ce sujet fait l’objet d’une acceptation conventionnelle. Le ridicule s’estompe. Ce n’est qu’une question de temps.

Je dois dire que c’était assez bizarre d’avoir une copie de The Marjuana Papers dans mon dortoir et de voir comment la conspiration entre le gouvernement et les médias avait créé cette situation bouleversante.

Mes colocataires ne toléraient qu’à contrecœur mon comportement et essayaient constamment de me forcer à passer à l’alcool avec l’influence du groupe et les abus, maltraitances collectifs.

Ma première expérience de lecture et de discussion de l’histoire de Bob Lazar avec mes camarades de classe s’est avérée avoir été très semblable.

PROPRE ET SOBRE DANS LE “DORTOIR DU CAMPUS”.

La folie totale d’une année dans le dortoir de première année du “Doobie Hall” m’a poussé à arrêter l’alcool, la marijuana et toute autre drogue pour toujours en septembre 1992.

J’ai été l’un des rares à monter en deuxième année et j’ai emménagé dans le dortoir le plus ringard dont j’avais entendu parler : Crispell Hall, le “dortoir tranquille du campus”.

L’histoire est racontée vers la fin de la première moitié de mon livre Les Mystères de l’Ascension, après d’innombrables demandes de personnes qui voulaient en savoir plus sur moi.

L’expérience a été si sauvage qu’il m’a fallu de nombreuses années de méditation pour reconstituer l’ensemble de mes souvenirs de ce qui s’était passé.

Le dernier “incident d’incitation” qui m’a catapulté dans la sobriété de Crispell Hall était à peu près aussi alarmant pouvait jamais l’être n’importe quelle vie sur le campus.

C’EST DEVENU TRÈS LOURD, TRÈS VITE.

Nous avons eu un déversement majeur de BPC et de dioxines sur le campus après mon premier semestre, en décembre 1991.

Le niveau de conspiration gouvernementale dont j’ai personnellement été témoin, et l’effet que cela a eu sur ma santé et ma sécurité, m’ont fait réaliser qu’ils pouvaient mentir sur tout, donc, y compris sur les OVNIS.

À bien des égards, cet événement a été aussi grave qu’une catastrophe nucléaire. Le protocole de manipulation des matières dangereuses était essentiellement le même.

Quelqu’un a dérapé sur la glace, heurté un poteau téléphonique et créé une panne de courant en cascade qui a causé en réchauffement des PCB dans les transformateurs, qui ont brûlé et libéré de la fumée mortelle de dioxine.

J’étais loin de me douter que je deviendrais bientôt un expert en BPC – les biphényles polychlorés – tout comme nous tous.

De grandes sociétés comme GE ont mis cette huile toxique dans des transformateurs de puissance, la prétendant inoffensive, puis quand la vérité est sortie, les PCB sont restés là parce que personne ne voulait dépenser l’argent pour les remplacer.

Dans les mois et les jours qui ont précédé ce désastre, j’ai vu des autocollants comme celui-ci sur divers transformateurs de puissance que j’ai croisés lors de mon stage de travail-études pour faire des livraisons sur le campus :

Oui…. cette merde était assez grave pour que vous appeliez littéralement l’armée (Garde Côtière) et l’EPA si quelque chose arrivait aux PCBs.

J’avais intuitivement l’impression que “quelque chose de terrible” allait survenir chaque fois que je voyais ces autocollants et que je devais en parler aux pompiers locaux, mais je ne l’ai jamais fait.

J’ai facilement relu ces mêmes autocollants quelque 200 fois au travail et j’avais passé beaucoup de temps à réfléchir au libellé et à ce qui pourrait mal tourner.

Plusieurs, sinon la plupart des bâtiments sur le campus avaient des transformateurs de puissance avec ces autocollants dessus. Tout cela ressemblait à une bombe à retardement qui se mettait en marche silencieusement. Ça l’était.

CERTAINS INCENDIES NE DOIVENT PAS ÊTRE COMBATTUS AVEC DE L’EAU

Si j’avais écouté mon intuition, tout aurait pu être mieux géré – y compris le fait qu’ils n’auraient pas arrosé les feux avec de l’eau, ce qui a empiré les choses.

C’est exactement ce à quoi les autocollants faisaient référence lorsqu’ils disaient que ces contaminants toxiques nécessitaient “une manipulation et une élimination spéciales”.

Les incendies d’origine électrique ne doivent pas être éteints avec de l’eau, mais dans ce cas-ci, ils l’ont été, pour une raison quelconque.

Avec les BPC utilisés comme huile caloporteur isolante dans les transformateurs, l’eau des pompiers a causé la propagation de toxines mortelles et provoqué leur infiltration dans le sol et dans la nappe phréatique.

À cause de tout cela, une grande partie du sol a dû être traité, retiré et enlevé comme s’il était radioactif.

J’ai anesthésié toute la douleur, et j’étais encore très “actif” dans ma consommation de marijuana et de psychédéliques quand nous sommes tous revenus fin février.

C’ÉTAIT TELLEMENT HORRIBLE.

Le plus gros problème, en fin de compte, c’est que lorsque les PCB brûlent, ils se transforment en une substance beaucoup plus mortelle connue sous le nom de dioxine, qui peut vous tuer avec une fraction par milliard.

De la fumée mortelle, toxique et contenant de la dioxine, s’était répandue dans trois dortoirs – Capen, Gage et Bliss – et dans deux bâtiments, le Parker Theater et le Coykendall Science.

Nous avons été retenus environ un mois avant de retourner à l’école pour trouver des bâtiments enveloppés de plastique, des barils de 50 gallons remplis de déchets toxiques, des lignes de police jaunes et des hommes se promenant en survêtement lunaire.

Une quantité importante de sol autour et sous le théâtre Parker a dû être enlevé en raison des dangereux niveaux de dioxines.

Les enfants intelligents ont fait une demande de transfert et sont allés dans d’autres écoles. Pas moi. Pas moi. J’ai juste suivi les ordres et je suis retourné en service actif.

Cette image a été prise par Eric Coppolino, un mystérieux journaliste qui est devenu le héros du campus pour avoir tenu tête à la bureaucratie bien établie et avoir dénoncé leurs ignobles crimes.

L’administration nous a dit : “Tout va bien, circulez, rien à voir ici, continuez à boire.”

Des policiers armés étaient stationnés dans des véhicules pour empêcher tout idiot ivre d’entrer “pour le fun” dans les bâtiments toxiques.

La police n’avait pas besoin d’être là. Personne n’était assez bête ou suicidaire pour tenter un tel coup.

Même si quelqu’un avait voulu se suicider, je doute qu’il veuille le faire par le biais d’un déversement imprévisible et hypertoxique de produits chimiques qui ressemblait à une catastrophe nucléaire.

Je peux vous dire que retourner à pied à votre dortoir, sous forte stimulation psychédélique, et voir des bâtiments emballés sous pellicule rétractable et des barils de déchets toxiques, est le pire “Bad Trip” que vous pouvez imaginer.

J’ai eu au moins trois de ces Bad Trip pendant ce semestre, peut-être plus.

Le “site de fouilles” du sol contaminé à côté du Parker Theater.

Qui sait ce que c’est, mais je n’aime pas ça.

Par l’intermédiaire du Service de Nouvelles des Leader Etudiants, Coppolino a contourné les médias contrôlés de l’époque et a parlé directement aux étudiants par le biais de journaux imprimés-maison.

L’administration nous a dit que tout allait bien, mais la réalité, c’est que les enfants ont été réinstallés dans des dortoirs où il y avait encore des résidus mortels de dioxine dans les conduits d’air.

Les mecs en combinaison lunaire n’avaient nettoyé les conduits que jusqu’à la profondeur d’un bras, et la dioxine était facile à trouver si vous alliez un peu plus loin.

Cela a été prouvé scientifiquement lorsque Coppolino a prélevé des échantillons dans les conduits et les a envoyés dans des laboratoires.

Théoriquement, tout air circulant au-dessus de la dioxine et dans les chambres des étudiants pouvait être très cancérigène, voire mortel.

Coppolino a été un véritable héros, et après l’obtention de mon diplôme, j’ai passé un an à travailler avec lui sous son nom de camouflage d’Eric Francis.

C’était ma première incursion dans l’idée d’être travailleur autonome en faisant quelque chose d’avant-gardiste et certainement pas ordinaire.

ILLUMINATI CABALE 101

C’était très puissant de vivre au point zéro d’une catastrophe majeure en présence d’une bureaucratie d’entreprise qui nous disait que tout allait bien.

Tes propres yeux te disaient que tout n’allait PAS bien. Les fûts toxiques, les bâtiments recouverts de plastique et les gars en combinaisons chimiques ne sont pas faciles à ignorer.

Dans le monde d’aujourd’hui, avec un grand campus “école festive” remplis d’appareils photo et de YouTube, cela aurait été une situation beaucoup plus “intéressante”.

Nous avions tous peur et la plupart d’entre nous faisaient confiance aux “autorités” pour ce qui est de la sécurité, mais les recherches indépendantes de Coppolino ont démontré le contraire.

Au cours de ce même semestre en état d’ébriété, j’ai suivi un cours de sociologie portant le titre trompeur et ennuyeux de “Contemporary Social Issues” (Questions Sociales Contemporaines).

Ce cours aurait vraiment pu s’appeler “Illuminati Cabal 101”, bien que les aspects spirituels et religieux du groupe responsable n’aient jamais été couverts.

UNE CLASSE D’UNIVERSITÉ SUR LA CONSPIRATION

J’ai été noté sur ma connaissance précise des faits désagréables que les médias Mockingbird qualifieraient encore à ce jour de “théories de conspiration”.

Cela comprenait les détails sordides du monopole mondialiste pétrolier et corporatif, y compris les chars d’assaut d’Hitler construits par Ford Motor Company.

Ford, une société Américaine, a immédiatement remboursé Hitler pour la reconstruction de ses usines de chars d’assaut, après que les bombardements alliés les aient endommagés.

Tout “sceptique” autoproclamé qui niait cela aurait non seulement été humilié par le professeur et aurait été ridiculisé à en sortir de la salle – il aurait échoué le cours.

Il y avait beaucoup de documents à l’appui de ces affirmations. Les médias nous ont menti sur les faits et ont tout considéré cela comme étant de la foutaise.

Chaque fois que nous allions en classe, nous étions confrontés à un fait nouveau et accablant qui suggérait que “les autorités” étaient des criminels au-delà de l’imagination.

Un secret incroyablement sombre était utilisé, par le biais du contrôle des médias et du gouvernement, pour cacher aux citoyens les informations les plus fondamentales.

D’ÉNORMES MENSONGES DÉLIRANTS ÉTAIENT RACONTÉS

Le camouflage d’une catastrophe dans le monde réel que nous traversions tous les jours m’a fait réaliser à quel point ces problèmes étaient vraiment répandus dans notre société.

Des mensonges énormes et farfelus étaient racontés. La vérité était juste là, devant nos yeux, avec des armées d’hommes en habit lunaire, mais personne n’était disposé à la voir.

L’appareil bureaucratique, militaire et gouvernemental, dont nous avons entendu parler dans le cours de sociologie, était si vaste qu’il semblait capable de nous cacher à peu près tout.

Lorsque les gens ont demandé au professeur ce que nous pouvions faire à ce sujet, puisque tout cela était si accablant, il nous a dit que le mieux que nous pouvions faire était de passer le mot aux autres, d’en parler.

J’ai commencé à le faire ouvertement sur ce site dès 2007, et j’apparais maintenant dans Above Majestic, un film qui montre à quel point ce camouflage a vraiment atteint une grande envergure.

Je suis heureux d’annoncer que (avec Above Majestic),  nous avons récemment franchi la barre des 1000 commentaires sur Amazon, qui transmet automatiquement le statut, et atteint le positionnement de “Best Seller” de tous les temps:

JE POUVAIS CONTRÔLER MA PROPRE VIE

Bien que je n’avais pas été accepté dans d’autres écoles et que je ne voulais pas interrompre mes études, j’avais le contrôle de certaines choses.

Je n’avais eu aucun contrôle sur le déversement de toxines sur le campus. Je pouvais certainement empêcher le déversement de toxines dans mon propre corps.

Même si je savais que la marijuana était criminalisée par un monopole corrompu du gouvernement et des médias, je m’étais quand même fourvoyé à ce sujet.

J’avais apprécié les scintillements, le royaume magique des elfes de la forêt et l’accès facile à “Noël tous les jours”, mais maintenant je pouvais vraiment dire que j’étais en train de mourir.

Mon corps était fatigué et s’étiolait. Ma peau était pâle et les marques sombres sous mes yeux étaient très menaçantes.

J’ai dû tout laisser derrière moi… et je l’ai fait. Pas de marijuana, de psychédéliques, d’alcool, de nicotine, de caféine ou de toute autre drogue psychotrope.

J’y suis allé si fort que je n’ai même pas pris d’analgésiques, sauf dans les circonstances les plus extrêmes.

LES YEUX GRANDS OUVERTS

Une fois que j’ai cessé de me mentir à moi-même, je ne me reposais plus sur les béquilles que la plupart des gens avaient l’habitude d’utiliser pour ignorer volontairement tous les mensonges de ce monde.

Mes yeux étaient grands ouverts. Les mecs en combinaison lunaire étaient toujours là, et j’étais maintenant conscient que nous étions tous en train de négliger une urgence similaire au niveau planétaire.

J’ai eu un autre semestre de cours de sociologie qui m’a ouvert les yeux, juste au moment où je passais par le processus de rétablissement.

C’est là que j’ai appris que Boeing fabriquait les bombardiers d’Hitler par le biais d’une chaîne de commandement secrète qui a ultimement été exposée.

J’ai commencé à voir que nous souffrions tous d’une habitude commune et mondiale : On était accro aux mensonges.

Dans notre peur, nous avons inventé toutes sortes d’excuses pour apaiser nos maîtres, rationaliser leur comportement, ou nous battre pour rester dans le déni des vérités les plus horribles.

Je ne croyais plus que si je restais endormi, “tout le monde m’aimerait”, comme le suggère la vieille ritournelle d’Oscar Mayer.

BOEING A FABRIQUÉ LES BOMBARDIERS

Selon mon professeur, Boeing envoyait des avions de ligne en Amérique du Sud sous la forme d’achats commerciaux apparemment légitimes. Une fois arrivés, les sièges en ont été enlevés.

Ils ont ensuite été expédiés en Afrique, où ils ont été équipés de différentes pièces pour devenir des bombardiers, et ont été repeints pour l’usage personnel d’Hitler.

Une grande partie de la construction initiale de ces avions se passait apparemment ici même, dans les usines aux États-Unis.

Je n’avais jamais entendu parler de tout cela auparavant, et pourtant notre professeur en parlait ouvertement et se moquait de la folie du “monde d’aujourd’hui”.

J’ai décidé de vérifier ce point pour cet article et j’ai possiblement trouvé un exemple y référant. Voici une photo du Me-263 de Hitler:

Remarquez dans la légende la propre référence du site Web à la “ressemblance relative au Boeing B-29”.

Et voici le Boeing B-29. Hmmmm:

Une autre photo d’ensemble de l’avion d’Hitler le Me-264:

Et une autre photo du  Boeing B-29:

La version Allemande a une queue plus longue, deux gouvernails, des ailes plus épaisses et un jeu d’hélices supplémentaire, mais il y a de nombreuses similitudes directes.

Certaines pièces, comme le fuselage, pourraient facilement avoir été fabriquées dans les mêmes usines avec de légères modifications.

Notez également la similitude des tourelles de canon arrondies sur le dessus, bien qu’elles soient plus éloignées les unes des autres sur la version Américaine.

Ces avions ne sont évidemment pas les mêmes, mais ils sont certainement assez similaires pour qu’ils puissent facilement être fabriqués par le même constructeur.

LA DOCUMENTATION N’EST PEUT-ÊTRE PAS ENCORE EN LIGNE

La documentation dont mon professeur a tiré cette information ne semble pas avoir été mise en ligne.

Voici un forum de discussion Yahoo dans lequel quelqu’un pose la question, et obtient un tas de réponses “Non” sans preuve à l’appui pour les soutenir dans les deux sens.

Cela ne change en rien ce que j’ai entendu dans cette classe… et encore une fois, nous avons été évalués en fonction de notre connaissance de cette information.

Il y avait beaucoup, beaucoup de choses troublantes et choquantes de ce genre dont nous avons entendues parler dans la classe.

Chaque fois que tu y allais, tu pouvais t’attendre à avoir l’esprit complètement ébranlé.

Étant donné que j’étais déjà en train de devenir sobre, sur un campus avec des barils de déchets toxiques, ce cours a rendu la vie encore plus ‘dégrisante’.

IL EST BEAUCOUP, BEAUCOUP PLUS FACILE DE PINCER LES MOTEURS FORD ET GENERAL MOTORS

La connexion Boeing nécessite plus de creusage. Il est probable qu’il se trouve dans un document qui a été en grande partie effacé de l’Internet.

  1. Edward Griffin sait peut-être où le trouver. Je pourrais certainement commencer la recherche en parcourant les publications classiques de la John Birch Society.

Cependant, le lien entre Ford et General Motors et Hitler est très facile à localiser si vous avez l’estomac de commencer à le chercher.

Tout d’abord, voici une situation embarrassante, une photo de Henry Ford recevant la plus haute distinction d’Hitler, la Grande Croix de l’Aigle Allemand, de la main des plus hauts responsables Nazis, en 1938:

Lisez par vous-même :

https://rarehistoricalphotos.com/henry-ford-grand-cross-1938/

Lors d’une cérémonie à Dearborn, au Michigan, Henry Ford reçoit la Grande Croix de l’Ordre Suprême de l’Aigle Allemand à l’occasion de son 75e anniversaire.

Henry Ford a été le premier Américain à recevoir cet ordre, un honneur créé en 1937 par Adolf Hitler.

C’était le plus grand honneur que l’Allemagne Nazie pouvait donner à un étranger, et représentait l’admiration personnelle d’Adolf Hitler et sa dette envers Henry Ford.….

Dans une lettre écrite en 1924, Heinrich Himmler décrit Ford comme étant “l’un de nos combattants les plus précieux, importants et pleins d’esprit“.

Ford a également écrit des textes fortement antisémites pour le Dearborn Independent, republié en Allemagne sous le titre “The International Jew, The World’s Foremost Problem”.

Attendez une minute…. vous dites que c’est là le père héroïque de l’automobile moderne, Ford lui-même ?

Ouaip. C’est le même type.

N’est-il pas “intéressant” que vous n’ayez jamais vu d’émissions de télévision à ce sujet ? A quel point tout ceci est-il resté discret ?

Combien de “vrais Américains”, pour utiliser la terminologie de Sarah Palin, sont fiers de conduire des Ford au moment où nous parlons ?

Avant mes articles, mes vidéos, mes livres et mes présentations publiques, on n’en parlait presque jamais – et certaines personnes n’y croient toujours pas.

LE WASHINGTON POST EXPOSE LA COLLABORATION DE FORD ET DE GM AVEC HITLER.

Le 30 novembre 1998, le Washington Post a écrit un article qui ne survivra peut-être pas très longtemps sur son site, mais il est là maintenant.

Vraiment… allez le télécharger maintenant avant qu’il ne disparaisse, maintenant que le Washington Post est une filiale d’Amazon / Company :

1998 : Ford Et GM Scrutés À La Loupe Pour Une Présumée Collaboration Nazie.

http://www.washingtonpost.com/wp-srv/national/daily/nov98/nazicars30.htm

Pendant la guerre, les constructeurs automobiles se sont forgé une réputation d'”arsenal de la démocratie” en transformant leurs chaînes de production pour fabriquer des avions, des chars et des camions pour les armées qui ont vaincu Adolf Hitler.

Ils nient que leurs énormes intérêts commerciaux dans l’Allemagne Nazie les ont conduits, consciemment ou non, à devenir aussi “l’arsenal du fascisme….”.

“General Motors était beaucoup plus importante pour la machine de guerre Nazie que la Suisse”, a déclaré Bradford Snell, qui a passé deux décennies à étudier l’histoire du plus grand constructeur automobile au monde.

“La Suisse n’était qu’un dépôt de fonds pillés. GM faisait partie intégrante de l’effort de guerre Allemand.

“Les Nazis auraient pu envahir la Pologne et la Russie sans la Suisse. Ils n’auraient pas pu le faire sans GM.”

General Motors et Ford insistent tous deux pour dire qu’ils n’assument que peu ou pas de responsabilité dans les opérations de leurs filiales en Allemagne, qui contrôlaient 70 % du marché automobile en Allemagne au début de la guerre en 1939 et se sont rapidement réorganisées pour devenir fournisseurs de matériel militaire à l’armée Allemande.

Mais les documents découverts dans les archives Allemandes et Américaines montrent une image beaucoup plus compliquée……

Lorsque les GI Américains envahirent l’Europe en juin 1944, elles le firent dans des jeeps, des camions et des chars d’assaut fabriqués par les trois grandes compagnies automobiles dans l’un des plus grands programmes de déploiement militarisé jamais entrepris.

Ce fut une déplaisante surprise de découvrir que l’ennemi conduisait aussi des camions fabriqués par Ford et Opel – une filiale détenue à 100% par GM – et volait avec des avions de combat construits par Opel……

Mel Weiss, un avocat Américain d’Iwanowa… note que Ford était impatient d’exiger une compensation du gouvernement des États-Unis après la guerre pour les “pertes” dues aux dégâts causés par les bombes dans ses usines en Allemagne.

AUTRES SOURCES A CONSULTER

L’article ci-dessus du Washington Post est beaucoup plus détaillé que ce que nous avons cité ici. Ça vaut vraiment la peine de tout lire.

Clive Matthew-Wilson a rédigé un précieux résumé d’informations en format PDF reliant le cartel Standard Oil de Rockefeller à la machine Nazie, ainsi qu’à Ford et GM :

2010 : Voitures et Nazis : Les plus grands alliés d’Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale étaient Ford, GM et Standard Oil.
https://dogandlemon.com/sites/default/files/cars_nazis.pdf

Cet article étend encore plus la portée de la coopération des entreprises Américaines avec les Nazi:

Armer l’Ennemi : l’Industrie Américaine, Hitler et l’Holocauste
https://www.jpost.com/Blogs/The-Jewish-Problem—From-anti-Judaism-to-anti-Semitism/Arming-the-enemy-US-industry-Hitler-and-the-Holocaust-366097

Il n’est pas déraisonnable de penser que, sans l’aide de géants Américains comme GM, Ford, ITT, DuPont, Standard Oil, IBM et beaucoup d’autres géants Américains, l’Allemagne n’aurait peut-être pas pu se mobiliser pour la guerre, et la Seconde Guerre Mondiale, telle que nous la connaissons, n’aurait pu avoir lieu.

Il convient également de considérer cet article, sous deux formes légèrement différentes sur deux sites différents, détaillant les poursuites judiciaires contre Ford en rapport avec l’Holocauste, armées d’informations accablantes :

Le parti Nazi : Ford Motor Company & The Third Reich

https://www.jewishvirtuallibrary.org/ford-motor-company-nbsp-and-the-third-reich

https://www.adl.org/news/op-ed/ford-and-the-third-reich

LES NAZIS ÉTAIENT UN PRODUIT DE WALL STREET

Après avoir lu ces données, je me souviens que notre professeur nous a dit que GM était également impliquée dans la machine de guerre Nazie.

Si Ford fabriquait les chars pour Hitler et que des compagnies comme GM et Boeing fabriquaient ses avions, alors cela signifiait que les Nazis étaient un produit direct de Wall Street même.

C’était encore plus bizarre d’être assis dans une salle de classe et d’apprendre tout cela à l’époque pré-internet.

Honnêtement, je n’avais aucune idée du nombre de personnes sur terre qui étaient au courant de cela – à part celles qui avaient été directement impliquées dans le méga complot.

Je me sentais comme l’un des rares chanceux qui ont eu l’occasion de savoir, sans équivoque, que l’histoire et la vision du monde,que l’on nous vendait à la télévision, étaient un énorme mensonge.

Si on pouvait nous faire avaler un mensonge aussi gros – si les sociétés Américaines pouvaient financer, construire et défendre Hitler, et qu’on m’avait noté sur ce sujet en classe – alors on peut parier que tout était faux.

Tout… et je veux dire, tout… était possible. Et vous n’auriez pas trouvé la vérité à la télévision, ni dans les magazines ou les journaux.

CELA REVÊT UN ÉCLAIRAGE ENTIÈREMENT NOUVEAU

À la lumière des responsables du campus qui nous ont dit de retourner à nos affaires au milieu d’un terrain vague toxique et de la trahison insensée révélée dans mon cours de sociologie, je me posais de nombreuses questions.

D’innombrables personnes ont vécu des observations d’OVNI de haute qualité tout au long du 20e siècle.

Les rapports étaient beaucoup trop fréquents et détaillés pour être tous des “gaz des marais” ou des ballons-sondes

Et si une seule observation était réelle, alors c’est cela… nous ne sommes pas seuls.

Non seulement nous ne sommes pas seuls, mais nous recevons la visite très active d’êtres intelligents, non terrestres, dotés d’une technologie antigravité avancée.

Aucun ” démystificateur ” autoproclamé ne pourrait être assez fou pour croire que TOUTES ces observations documentées d’OVNI étaient fausses.

Tant de gens s’étaient manifestés avec leurs observations, seulement pour subir haine, ridicule et diffamation en contrepartie pour cela.

Ils n’avaient pas de but lucratif. Pas d’avantages. Pourtant, des témoins crédibles – médecins, avocats, représentants du gouvernement – ont risqué tout ce qu’ils avaient pour raconter leur histoire.

EST-CE VRAIMENT SI FOU QUE ÇA?

D’une manière ou d’une autre, les préjugés de mensonges de ce monde étaient si efficaces que des centaines de milliers, sinon des millions de témoins oculaires d’OVNI pouvaient être qualifiés de “fous”.

La propagande utilisée était très semblable aux tactiques adoptées par Hearst et Anslinger pour diaboliser la marijuana.

On enseignait aux gens à considérer toutes les observations d’OVNI comme des superstitions stupides.

Les émissions de télévision se concentrent invariablement sur les témoins aux accents ruraux prononcés pour marginaliser la question.

Des sceptiques arrogants et narquois apparaissaient invariablement dans ces émissions de télévision pour “équilibrer” les opinions des “croyants” avec des “faits”.

On pourrait ajuster un peu la ritournelle classique des saucisses : “Et si je détestais les  OVNIs, tout le monde m’aimerait.”

NOUS POURRIONS ÊTRE ENCERCLÉS

Encore une fois… la télé. Entreprise de contrôle centralisé. On nous disait quoi penser. On était accro aux mensonges.

Ces mêmes forces ne vous diront jamais, jamais, au grand jamais, comment Ford, GM et d’autres ont fait avancer Hitler.

Et donc, toute personne qui voyait un OVNI emportait la vérité de cette connaissance dans la tombe.

Ils peuvent être ridiculisés jusqu’à silence total, par tous ceux qu’ils connaissent et aiment, mais ils savent ce qu’ils ont vu.

Il m’est venu à l’esprit que ces vaisseaux peuvent avoir une capacité d’occultation qui ne fonctionne pas en tout temps, cela tombe en panne occasionnellement.

Nous pourrions littéralement être entourés d’engins volants de pointe et ne pas le savoir – à part lors de quelques rares “erreurs”.

PUIS TOUT A CHANGÉ

J’étais encore très “sur la touche” en ce qui concerne les OVNIs. Je n’avais toujours pas de preuve définitive. Tout cela a changé le jour où un de mes amis est arrivé en février 1993 avec une histoire d’enfer.

Son professeur de physique était le chef du département et avait travaillé dans les “échelons supérieurs ” de la NASA dans les années 1970.

Ce professeur a joyeusement révélé, à toute sa classe de physique, que l’écrasement de Roswell s’était réellement produit et qu’il s’agissait bien d’un vaisseau spatial extraterrestre.

Il a dit que ça ne les dérangeait pas que les gens l’apprennent par des moyens comme celui-ci. Mais la NASA ne voulait pas que ce soit à la une du New York Times.

Curieusement, il a aussi dit à toute la classe que, si quelqu’un lui posait de nouveau la question, il nierait l’avoir jamais dite. De toute évidence, il avait très peur… à propos de quelque chose.

Mon ami a eu le courage de le rencontrer immédiatement après les cours et de l’interroger pendant deux heures sur ce qu’il savait.

Le professeur en a partagé beaucoup plus avec mon ami qu’avec la classe. Mon ami m’a alors tout révélé, ainsi qu’à quelques autres gars qu’il connaissait, mais personne d’autre.

CECI EST ABSOLUMENT POSSIBLE

Cette unique conversation, dans ma chambre de dortoir, a probablement été le plus grand tournant de toute ma vie.

J’étais juste un gars dans une “école festive” de l’État de New York avec quatre mois et demi d’abstinence, essayant de rester sobre et de maintenir de bonnes notes tout en étant entouré de tentations.

Tout d’un coup, j’étais confronté à un “téléchargement cosmique” aux proportions gigantesques.

C’était beaucoup plus important que la conspiration de la marijuana. Et cela avait des implications beaucoup plus cosmiques que le fait qu’Hitler soit une machine de guerre entièrement Américaine.

Nos “dirigeants” se servaient de l’influence de groupe pour nous cacher le plus grand secret de toute l’histoire – en dépit d’un nombre incalculable d’observations.

Étant donné ce que j’avais appris – dans mes propres cours à l’université – sur les entreprises des États-Unis qui collaboraient avec Hitler, j’ai compris que c’était absolument possible.

Maintenant, nous devons retourner en arrière et tout réexaminer – y compris tous les “fous” qui ont ruiné leur vie pour partager ce qu’ils savaient sur les OVNIs.

LES SPÉCIFICATIONS RENDAIENT LA CHOSE PARTICULIÈREMENT IMPRESSIONNANTE

L’histoire du professeur sur la NASA comportait tellement de détails techniques bizarres et singuliers qu’il semblait très improbable qu’elle soit fausse.

Les Mystères de l’Ascension n’est qu’une des nombreuses œuvres où j’aborde ces détails en profondeur.

Je connaissais le nom du professeur. J’aurais pu aller le voir. Cependant, étant donné sa politique de déni et sa peur évidente, je ne pensais pas que c’était une bonne idée.

J’avais un insatiable désir d’en savoir plus. Je voulais être là. Je voulais poser mes mains sur ces vaisseaux. Voir les corps.

Je voulais avoir ma propre chance de piloter l’un d’entre eux. Rencontrer des ET en direct. Explorer le Cosmos comme Star Trek.

L’idée qu’une partie de notre “gouvernement” était en train de le faire, en ce moment même, et nous le cachait, était totalement irrésistible.

Mon ami avait tiré autant d’informations qu’il le pouvait du professeur. La meilleure chose que je pouvais faire maintenant était de me plonger dans mes propres recherches.

Tout ce que j’avais à faire, pour réussir mes cours, était de m’y présenter et de prendre des notes. J’ai passé presque tout le temps qu’il me restait à lire des livres sur les OVNIS.

LE PROFESSEUR AVAIT BIEN TRAVAILLÉ POUR LA NASA

Pendant l’écriture du livre Ascension Mysteries, j’ai cherché le nom du professeur et j’ai découvert qu’il avait effectivement travaillé dans une installation de la NASA dans les années 1970.

Par respect pour sa famille, j’ai choisi de ne pas divulguer son nom même s’il est décédé. Je veux qu’ils vivent en paix.

Si je l’incluais par hasard dans cet article, je ruinerais leur vie.

Il n’y avait pas d’Internet d’aucune importance lorsque j’ai reçu cette information en 1993. J’en ai à peine parlé à quelqu’un d’autre que mon ami.

Nous avons passé des heures et des heures à examiner ce que le professeur avait partagé avec lui et à essayer de nous faire une idée des implications.

ILS POUVAIENT MENTIR À PROPOS DE TOUT.

J’ai souvent comparé ces connaissances à ce que j’avais entendu dans mon cours de sociologie.

“S’ils pouvaient nous mentir à ce point sur Hitler, ils pourraient bien mentir sur tout. Y compris les OVNIs.”

Nous avons entendu dire que des choses comme les lasers, les lumières DEL, la vision nocturne infrarouge, les câbles à fibres optiques, les puces d’ordinateur, le téflon et le velcro avaient tous été trouvés au départ sur divers aéronefs venus d’ailleurs et qui s’étaient écrasés.

Les matériaux ont ensuite fait l’objet de “rétro-ingénierie”, souvent en étant envoyés à des entreprises en tant que “technologie étrangère” pour être étudiés et reproduits.

Notre propre révolution technologique a été inextricablement liée à ce “don céleste”.

Sans cela, nous pourrions en être encore à utiliser des ordinateurs à tubes sous vide remplissant un terrain de basket-ball.

Le professeur a également dit que nous avions obtenu d’autres technologies, comme l’antigravité, ce qui étaient encore hautement classifiées – mais très utilisées “à l’interne”.

CORRÉLATION INCROYABLE

J’ai très vite manqué de choses à dire au sujet du témoignage du professeur et j’avais besoin d’en savoir plus. J’avais soif de cette connaissance. Je ne pouvais pas m’arrêter même si je le voulais.

Encore une fois, j’ai apprécié les scintillements, le royaume magique des elfes de la forêt et l’accès facile à “Noël tous les jours”, mais cette fois je vivais.

Je pouvais lire jusqu’à cinq livres à la fois sur les OVNIs. Je n’utilisais même pas de signets, mais je les gardais généralement ouverts à l’envers sur différentes surfaces de la pièce.

Je sortais de la bibliothèque d’Elting à New Paltz avec des sacs à dos pleins de livres de la section “paranormal”, je les ramenais et j’en reprenais d’autres.

J’ai aussi réalisé que la plupart de ces livres, bien que fascinants, étaient aussi terriblement dépassés. La plupart dataient des années 1970 ou du début des années 1980 au plus tard.

Malgré le fait que j’étais fauché quand j’étais étudiant, j’ai commencé à investir tout mon argent dans l’achat de livres chez Ariel Booksellers, la librairie locale de métaphysique.

C’était ma nouvelle manie – tout comme j’avais consacré tout mon argent à des substances, pas à des coupes de cheveux, pendant ma première année d’études.

RECHERCHE HALLUCINANTE

En ces jours, comme ma vie est distrayante, il est vrai qu’il n’est que trop courant d’acheter un livre et de ne pas vraiment le lire.

À l’époque, je lisais tous les livres que j’avais sous la main et je me souvenais de ce que j’avais appris au fil du temps.

Mes professeurs d’université nous avaient aussi appris à écrire dans les marges de nos manuels scolaires, et je le faisais souvent avec tous les livres que j’achetais et possédais.

Lorsque j’ai commencé à le faire en 1993, la communauté OVNI avait eu quatre ans pour découvrir, rechercher et intégrer le témoignage de Bob Lazar dans leurs écrits.

Si un chercheur avait rencontré Bob Lazar en 1990, il aurait pu obtenir un spécial pour un livre cette année-là, passer jusqu’à deux ans à écrire un livre et faire ses débuts en 1992.

En 1993, l’année où j’ai plongé dans tout cela, la version brochée était sortie, ce qui m’a facilité la tâche pour l’acheter.

Cependant, beaucoup de ces livres n’ont jamais reçu de couverture rigide en premier lieu. À l’époque, l’industrie ne considérait pas que le contenu était suffisamment “réputé”.

TOUT S’EST TRÈS BIEN EMBOÎTÉ

Vous ne pouvez qu’imaginer à quel point mon esprit s’était enflammé de questions à la suite du témoignage du professeur.

Comme j’avais envie d’être là, dans “les échelons supérieurs de la NASA” où cette connaissance était banale. Ils connaissaient peut-être aussi les secrets d’Hitler.

Des années plus tard, j’ai découvert que de nombreux scientifiques Allemands avaient été transférés aux États-Unis, y compris à la NASA, après la Seconde Guerre Mondiale dans le cadre du projet Paperclip.

J’ai été impressionné par le témoignage du professeur sur les systèmes de propulsion du vaisseau et par l’idée que certains d’entre eux fonctionnaient encore.

Apparemment, une particule de radiation a jailli à trois quarts de la vitesse de la lumière. Un trillionième de seconde plus tard, une autre particule est sortie à la vitesse de la lumière.

La particule la plus rapide a heurté la particule la plus lente comme une boule de billard, puis s’est réfléchie vers l’arrière et a heurté le bord du vaisseau.

Cela se produisait des milliards de fois par seconde et faisait avancer le vaisseau.

EN PARALLÈLE AVEC LE “RADIOMÈTRE”.

Je savais déjà que quelque chose comme ça pouvait arriver après avoir eu un “Radiomètre” tout au long de mon enfance, et après avoir lu comment ça marche.

Bref, vous mettez cet étrange globe au soleil et l’éventail à l’intérieur du verre commence à tourner. Tout seul, complètement seul.

Le “Radiomètre” était une sphère de verre avec une tige à l’intérieur. Sur la tige reposaient quatre ailerons en forme de losange qui pouvaient tourner librement.

Les ailerons étaient noirs d’un côté et blancs de l’autre.

La plus grande partie de l’air a été évacuée. L’explication acceptée était que puisque les pales noires absorbaient plus de lumière que les pales blanches, elles devenaient légèrement plus chaudes.

La chaleur est mouvement. Plus il y a de chaleur, plus le mouvement est rapide. Le noir attire la lumière du soleil et la chaleur, et le blanc les repousse.

Plus de molécules de gaz ont été attirées par le côté noir, plus chaud que le côté blanc, et se sont écrasées dessus quand elles les ont frappées.

D’innombrables collisions de particules microscopiques ont ensuite provoqué la rotation de la tête.

ET SI C’ÉTAIT POTENTIELLEMENT UN SYSTÈME DE PROPULSION ?

La pression de l’air à l’intérieur était suffisamment basse pour que la tête ne rencontre pas de résistance lorsqu’elle commence à tourner.

C’était comme le vide de l’espace.

Le radiomètre n’était qu’un objet de curiosité scientifique pour la plupart des gens, et non un indice réel d’un système de propulsion.

Pourtant, ces innombrables collisions de particules microscopiques créaient effectivement un effet de poussée macroscopique à l’intérieur du globe de verre. L’idée du professeur cadrait bien avec le mouvement du Radiomètre, comme je l’avais observé tant de fois sur le rebord de la fenêtre en grandissant.

Quand la lumière du soleil était vive, la tête pouvait tourner assez rapidement.

LE VOYAGE EN TROU DE VER N’ÉTAIT TOUJOURS PAS EXPLIQUÉ

L’explication du professeur ex-NASA expliquait très bien comment un navire pouvait accélérer rapidement à une vitesse proche de la lumière.

Cependant, j’étais bien conscient que même la vitesse normale de la lumière était encore beaucoup trop lente pour permettre aux civilisations extraterrestres de voyager jusqu’ici.

Même pour notre plus proche voisin, Alpha de Centaure, cela prendrait 4,3 ans pour nous y emmener à la pleine vitesse de la lumière.

Même à la vitesse de la lumière, nous aurions besoin de quelque chose de semblable aux chambres de congélation cryogéniques pour même espérer survivre à l’énorme temps de voyage qu’il faudrait pour aller bien au-delà de notre voisin le plus proche.

Je ne sais pas quel auteur a été le premier à publier l’histoire de Bob Lazar dans un livre que j’ai acheté à la librairie.

Je suis presque sûr que c’était Alien Contact de 1993, de Timothy Good, qui est riche en détails spécifiques et qui a fait l’actualité quand j’ai commencé à chercher des livres comme ça.

L’histoire de Lazar avait une explication complexe, élégante et tout à fait crédible de la façon dont le voyage en “distorsion” pouvait être possible.

Comme le nouveau film n’est pas particulièrement pointilleux sur ces détails techniques, je tiens à le mentionner ici.

TROIS GÉNÉRATEURS “LASER GRAVITATIONNEL”.

Le témoignage de Lazar incluait l’idée que le vaisseau sur lequel il travaillait avait trois générateurs “laser gravitationnel” dans sa base.

Ils pourraient être triangulés et viser une zone particulière de l’espace-temps, et créer une attraction gravitationnelle massive et directionnelle vers cet endroit.

J’ai trouvé cela absolument époustouflant, et beaucoup trop spécifique et étrange pour être le produit d’une imagination fertile.

Il avait la même qualité d’être aussi étrangement précis et plausible que le témoignage du professeur à la NASA, dont j’avais entendu parler.

En raison de la flexibilité de l’espace-temps lui-même, cette force impressionnante s’emparerait en fait de toute cette zone de l’espace et du temps et la tirerait à travers un vortex, directement dans la zone entourant le vaisseau.

Une fois que vous avez atteint la gravité requise, cette même zone de l’espace-temps reviendrait à son emplacement d’origine comme une bande élastique.

Maintenant, votre vaisseau était contenu dans cette même zone – et vous et votre vaisseau venez de traverser un trou de verre sur le retour.

C’était simple, beau et élégant. C’était très plausible. Cela ne ressemblait pas non plus à quelque chose que Lazar aurait inventé.

Les livres indiquaient clairement que Lazar avait eu une vie difficile. Il n’avait pas profité de cette révélation et s’était retiré dans l’obscurité silencieuse.

J’ai eu la preuve de première main de mon ami que la NASA était en possession de disques qui fonctionnaient, qui s’étaient écrasés et d’une technologie de rétro-ingénierie.

Lazar n’était qu’une autre personne assez chanceuse pour être accueillie dans la vérité – pendant une période de temps trop courte.

L’ÉNIGME DE “L’ÉLÉMENT 115”

L’autre partie vraiment fascinante du témoignage de Lazar, d’un point de vue technique, était le système d’alimentation en carburant par lequel on lui avait dit que le navire était propulsé.

Encore une fois, ce n’est pas quelque chose qu’on s’attendrait à ce qu’un menteur trouve au hasard. C’était très étrange, inattendu et technique.

Selon Lazar, tout le navire était propulsé par un tout petit morceau d’un matériau stable et super lourd – l’élément 115.

A l’époque où il est apparu en 1989, personne ne savait même qu’il existait un “Élément 115”. Il serait super-lourd, avec 115 protons dans le noyau.

Ce matériau était trop difficile à synthétiser pour nos scientifiques à l’époque avec des accélérateurs de particules.

Même s’ils ont fini par réussir, et cela s’est produit en 2003 avec ce qu’on appelle aujourd’hui le Moscovium, il disparaissait immédiatement.

La demi-vie actuelle du Moscovium est de 220 millisecondes.

Cependant, dans une région super-lourde comme une étoile, il est possible de trouver des matériaux comme celui-ci là où ils restent stables.

L’extraction de matériaux à partir d’une étoile nécessitait une technologie beaucoup plus avancée que tout ce que nous avons actuellement.

Néanmoins, il serait stupide de supposer qu’une telle technologie est “impossible” et ne pourrait jamais exister.

TOUT À FAIT FASCINANT

Lazar a dit qu’il avait été amené dans la “Zone 51” ou “S4” et qu’on lui avait dit qu’ils avaient en stock neuf types différents d’OVNs écrasés.

Il a vu plusieurs de ceux-ci reposant sur le tarmac. Il a été engagé pour tenter de comprendre le système de propulsion de l’un d’eux.

D’après ce que le professeur m’a dit et ce que j’ai appris sur le cloisonnement dans les livres sur les OVNIs, je n’ai pas pu m’empêcher de me poser des questions.

Le récit de Lazar correspond très bien à ce que je m’attendais à trouver. Je me demandais aussi à quel point “ils” le laissaient vraiment voir la vérité et les choses.

Il n’a fait ce travail que pendant une courte période, et sous la plus stricte sécurité, avant d’être renvoyé sans cérémonie.

Peut-être l’ont-ils fait venir pour étudier un système qu’ils ne maîtrisaient pas encore, tout en ayant d’autres qui fonctionnaient très bien.

Et s’ils avaient des prototypes en état de marche dans le hangar, cela signifiait qu’ils pouvaient déjà avoir des bases sur la lune, sur Mars et ailleurs.

C’EST SUPPOSÉ DEVENIR NON RADIOACTIF

On a dit à Lazar qu’une fois qu’on arrive à l’élément 115, la matière devient stable et inerte, au lieu d’être hautement radioactive comme on pourrait s’y attendre.

Comme nous ne comprenons toujours pas assez la physique quantique pour vraiment maîtriser l’atome, il n’y a aucun moyen de savoir si c’est vrai.

Selon Lazar, le système bombarderait l’Élément 115 de particules énergétiques.

Elle libère ainsi de l’antimatière qui génère des champs gravitationnels contrôlés par un “guide d’ondes”.”

UNE EXPLICATION PLUS DÉTAILLÉE DU JARGON DES GÉNIES.

Voici une explication que vous pouvez trouver en ligne qui cite les propres mots de Lazar:

http://www.linux-host.org/energy/lazargg.htm

“À l’intérieur du réacteur, l’élément 115 est bombardé d’un proton, qui se branche dans le noyau de l’atome 115 et devient l’élément 116. [Cela] se décompose immédiatement et libère, ou irradie, de petites quantités d’antimatière.

L’antimatière est libérée dans un tube accordé qui l’empêche de réagir avec la matière qui l’entoure. Il est ensuite dirigé vers une cible de matière gazeuse à l’extrémité du tube.

La matière et l’antimatière entrent en collision et s’annihilent, se convertissant totalement en énergie. La chaleur de cette réaction est convertie en énergie électrique, dans un générateur thermoélectrique presque 100% efficace…” 1

L’élément 115 est un élément super lourd que l’on trouve probablement sur une planète d’un système stellaire binaire. On suppose que le vaisseau utilise 223 grammes, coupés en forme de triangle, à l’intérieur de la structure du réacteur. (Dans une chambre de nuages, il a été démontré qu’elle modifie, par les forces gravitationnelles, les trajectoires des particules alpha libérées.)” 1

1 Les citations de Bob Lazar ci-dessus sont tirées de “Alien Contact” de Timothy Good (1993,) p. 183 et p. 181, respectivement. (Pour de plus amples informations, voir les pages Web de Bob Lazar’s Reactor et Microwave Analogy  sur le réacteur et l’analogie hyperfréquence.

POURQUOI AURAIT-IL MENTI?

Comme c’est souvent le cas pour tous ceux qui ne “souhaitent pas être un Oscar Meyer Weiner”, la ritournelle vous rappelle sinistrement, “il ne restera bientôt plus rien” de vous.

Lazar a eu une route très difficile. Au lieu de se rétracter pour obtenir “l’amour” du monde, il a maintenu son histoire – et il a été vilipendé.

Cela est allé bien au-delà des critiques publiques et de la haine d’innombrables “experts” potentiels ” qui n’ont vraiment aucune connaissance directe au sujet de la “Zone 51.”

MENACES DIRECTES CONTRE LAZAR, KNAPP ET D’AUTRES…. CELA VOUS SEMBLE T-IL FAMILIER?

Jetez un coup d’œil à l’article paru dans le Daily Mail à l’occasion de l’arrivée du nouveau film de Lazar.

Ce témoignage n’a pas été inclus dans le film, mais il est très significatif de l’inclure ici :

12/4: Le “Messie OVNI” Qui A Exposé La Zone 51 Au Monde
https://www.dailymail.co.uk/news/article-6456937/UFO-Messiah-Bob-Lazar-Area-51-famous-watched.html

Malgré son style de vie discret, cependant, [Lazar] maintient toujours que le gouvernement ne l’a pas oublié.

Bien qu’il n’affirme pas que le gouvernement est nécessairement après lui, il croit qu’on le surveille.

“Au risque de paraître paranoïaque, j’ai toujours le soupçon que quelqu’un me surveille – c’est quelque chose que je ne parviens pas à me sortir de la tête”.

Il dit qu’une ” récente descente du FBI ” – dont il est question dans le film, bien que ni les caméras vidéo ni Corbell n’aient été présents pour l’occasion – “cimente à peu près tout cela dans mon esprit”.

Et Lazar n’est pas le seul à alléguer une activité de type grand frère ; le journaliste Knapp le soutient de tout cœur.

[Knapp a dit] DailyMail.com dans un courriel fourni par Corbell qu’il avait vu de ses propres yeux des ” événements étranges ” lorsque l’histoire a été publiée pour la première fois.

Il y a eu des cambriolages chez Lazar, dit Knapp. Son véhicule a également été cambriolé. Les manipulations de l’esprit qui se jouent. Des menaces ont été proférées.

“Lazar et d’autres ont été mis sur écoute et suivis. Il semblait certainement que quelqu’un voulait l’effrayer pour qu’il reste silencieux, ou peut-être qu’ils voulaient le rendre un peu fou.

J’ai assisté à beaucoup de ces événements. Je les ai vus de mes propres yeux et j’ai été témoin des conséquences.

“Je sais aussi que j’ai été suivi pendant plusieurs mois et que mon téléphone à KLAS a été mis sur écoute pendant un certain temps.

“Cela est devenu évident après que six personnes différentes, avec qui j’avais parlé au téléphone, ont reçu de la visite et ont été menacées par des gens qui travaillaient pour des agences fédérales, et/ou des entrepreneurs de la défense ayant des liens avec Groom Lake.

“Les témoins ne se connaissaient pas et ne me connaissaient pas, mais ils avaient accepté de me fournir des déclarations qui corroboraient généralement l’histoire racontée par Lazar.

“Tous les six ont changé d’avis quant au partage d’informations avec moi après avoir été visités – et menacés – par ces agents inconnus.

CECI EST TRÈS IMPORTANT

L’histoire de Bob Lazar et George Knapp, aujourd’hui encore évoquée dans le nouveau film, est douloureuse.

Mes propres initiés, Pete Peterson et Emery Smith, ont tous deux vu leurs maisons vidées et leurs biens détruits ou volés.

Emery a subi une collision frontale qui aurait pu le tuer. Et William Tompkins est décédé réellement, en plein milieu de l’éclipse totale de “Blood Moon” le 21 août 2017.

J’ai encouragé Emery à se manifester malgré ces menaces. Je croyais qu’il ne serait pas en sécurité s’il ne le faisait pas, car “Publicité est Protection.”

Une série d’événements très violents et suspects se sont produits peu après. Raven, le chien d’Emery s’est fait enlever et lui-même s’est immédiatement retrouvé à l’urgence avec une fièvre étrange et très élevée la même nuit.

Peu de temps après, son chien Beowulf a été frappé par un camion 18 roues lors d’un étrange délit de fuite et en est mort par la suite.

Dans ce même incident, Emery a prétendu qu’un homme en civil est sorti d’un 4×4, l’a frappé dans le rectum et lui a dit : “Tu vas te taire.”

Tout cela s’est passé juste avant de nous rendre à Boulder comme prévu, pour un autre enregistrement avec Emery.

UN PEU TROP PRÈS DE CHEZ NOUS

Comme cela a été documenté ici, j’ai également reçu des menaces de mort de deux sources différentes – un ancien initié de confiance et un hacker très rusé et efficace de ce site Web.

Cette menace m’a semblé un peu “trop proche de moi” le 11 août 2017, lorsque les freins de ma voiture ont complètement lâché pendant que ma fiancée la conduisait.

Cet incident s’est produit seulement six jours après que j’ai décidé d’ignorer les menaces de mort de la “Dark Alliance”( Alliance Noire), et d’exprimer publiquement mon soutien à Corey Goode et de continuer à travailler avec lui.

Ma femme m’a dit qu’elle était en retard à un rendez-vous et qu’elle descendait de la montagne à toute allure.

Les freins ont lâché presque immédiatement après avoir atteint le terrain plat.

INTERVENTION ANGÉLIQUE

Elizabeth croit que la seule raison pour laquelle elle est encore en vie aujourd’hui, c’est grâce à l’intervention angélique. Si les freins avaient lâché quelques minutes plus tôt, elle serait certainement morte.

La voiture d’Elizabeth était à l’atelier, et elle a donc dû utiliser la mienne, ce qui était inhabituel. Tous ensembles, on a eu l’impression d’avoir échappé de justesse d’un “tir mortel”.

La pédale de frein est descendue jusqu’au plancher. Rien. Rien. Elle n’a pu contrôler le véhicule qu’avec le levier du frein d’urgence à main.

Elizabeth n’a pas l’impression qu’elle aurait eu le temps de s’en rendre compte si les freins avaient lâché sur les routes venteuses de la montagne, sans garde-fous.

C’était juste deux mois avant notre mariage, et si l’assassinat avait été un succès, cela aurait amplifié encore plus grandement les dommages émotionnels pour moi.

Pete Peterson m’avait déjà dit que les responsables de l’État Profond avaient prévu de tuer Kerry Cassidy exactement de la même façon – par la défaillance de ses freins dans les montagnes.

Dans ce cas, ils avaient même prévu où le faire – et Pete a pu utiliser son pouvoir politique pour le faire annuler.

LA GUERRE FAIT RAGE ACTUELLEMENT, AVEC DES PERTES EN VIES HUMAINES

À l’époque, nous étions suffisamment préoccupés par ces attaques pour garder strictement confidentielle notre implication, ma fiancée et moi.

Un de mes meilleurs initiés m’a dit que si je continuais à soutenir Corey Goode, j’allais mourir.

Seulement six jours après que je me sois courageusement avancé pour dénoncer l’Alliance Noire et défendre Corey, il y a eu une tentative sur la vie de ma future femme.

L’Alliance Noire continue d’être active dans leurs attaques coordonnées par le biais de vidéos, d’articles et de médias sociaux, mais mon exposition de leur existence a endommagé leur agenda.

LA NATURE COMPLÈTE DU PLAN

Le plan de l’État Profond devait commencer par mon divorce public d’avec Corey. Encore mieux, ils espéraient que je dirais qu’il avait tout inventé.

Ils pensaient que ce divorce était inévitable, entre leurs menaces de mort et le silence que j’avais gardé dans les mois précédents, car la réputation de Corey avait été faussement dévastée par certaines personnes.

L’État Profond prévoyait que Corey s’effondrerait sous les attaques de “l’Alliance Noire”, qu’il disparaîtrait de l’oeil du public, ferait faillite et sombrerait dans une terrible dépression.

Ensuite, ils avaient l’intention de créer une mise en scène d’une mort par suicide, accompagnée d’une note, que le public croirait alors normale et plausible.

Ce plan entrait dans sa phase finale lorsque j’ai décidé de risquer ma propre vie, et celle de ma fiancée, pour intervenir.

Des initiés de l’Alliance de certains des plus hauts niveaux “de l’intérieur” nous ont révélé plus tard exactement comment ce plan avait été structuré.

Maintenant, comme nous l’avons documenté dans le dernier article, nous avons vu la mort prématurée de Preston Nichols, Karl Wolfe et Bob Dean, tous des dénonciateurs de premier plan.

Cela a été précisément corrélé avec le quasi-décès de mon initié classique Daniel à travers un cas bizarre d’empoisonnement apparent.

Tout cela s’est produit en une courte rafale au début du mois d’octobre 2018.

LE FILM VOUS PERMET D’OBTENIR LE “LAISSEZ-PASSER EN COULISSES”.

Depuis près de 30 ans, Bob Lazar a choisi de “s’abstenir” et d’éviter TOUTES discussions et / ou apparitions avec le public.

À la lumière des menaces et du harcèlement qu’il a subis, sans parler du ridicule scandaleux et constant, ce n’est pas surprenant.

Le film de Lazar vous donne un “laissez-passer” pour comprendre l’homme derrière la légende.

Vous allez le rencontrer lui, sa femme et sa mère. Ils ont tous l’air très normal.

Voici la bande-annonce, où vous pouvez en avoir un aperçu par vous-même:

Il est précieux, du point de vue de la recherche, de rencontrer la femme qui dort à côté de lui la nuit. Est-ce un menteur en série ? Un escroc ? Un fraudeur?

Si oui, pourquoi n’a-t-il jamais fait le moindre effort pour profiter de son histoire – ou même simplement en parler devant un public?

ÉPOUSTOUFLANT

Maintenant, de voir Bob Lazar faire le tour du monde et réapparaître aux yeux du public est une expérience vraiment époustouflante pour un historien d’OVNI comme moi.

Je vous recommande vivement d’y jeter un coup d’œil. Il est disponible en location ou pour achat sur toutes les plates-formes de streaming vidéo haut de gamme:

iTunes link + Bonus material: http://radi.al/BobLazarArea51

Amazon: https://www.amazon.com/Bob-Lazar-Area-Flying-Saucers/dp/B07L1DD8L6/ref=sr_1_13?ie=UTF8&qid=1543972790&sr=8-13&keywords=bob+lazar

Il y a beaucoup de détails intéressants où Jeremy Corbell a fait un suivi sur les pistes de recherche que Lazar avait mises de côté, et a frappé à la bonne porte.

Le visionnement de ce film est aussi un moyen d’appuyer directement la mission de divulgation en fournissant le financement crucial au moment où on en a le plus besoin.

Orchard Entertainment a également sorti et distribué notre film Above Majestic, qui fait suite à Bob Lazar.

On nous dit qu’atteindre le jalon des 1000 commentaires sur Amazon est vraiment rare. Beaucoup des meilleurs films de super-héros de studio ne l’ont même pas atteint.

Tout cela grâce à votre soutien et à vos encouragements constants. Je reviendrai bientôt avec l’article sur les feux de forêt, et en attendant, jetez un coup d’oeil à ces films !

Traduction Estelle Petite Étoile

Ndlt : Pour ceux qui sont intéressés par ces infos je suggérerais vraiment, que vous supportiez le travail de David et ses amis. Les gens comme lui travaillent fort pour nous, et ce, au péril de leur vie. Les soutenir est un tout petit moyen de leur témoigner notre reconnaissance.

9
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
3000
6 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
4 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
JonathanAlainMichelymdougoudmanuel Mahé Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
Jonathan
Membre
Jonathan

Génial cette article toujours de superbe info j’adore lire david wilcock merci pour la traduction Estelle !

ymdougoud
Membre
ymdougoud

interessante vision de la societé amerloquée , n’existe elle pas dans les cam-puçes par ici et ave formatage QCM ave les medocs pour devenir diplomocus ( ceux qui n’inventeront JAMAIS RIEN mais deviendront ces @LITES qui demandent de tirer des petits coups de baballes sur l les sans elytres ..Les goyims les sans dents , les sans avenirs … Je n’ai aucune opinion sur cette zone 51 par contre les collusions entre crapules menteurs et assassins dans le monde sont une evidence sans aucune distinction de race couleur sexe … . Quand a la retro ingeniérie sur des objets d’origine… Lire la suite »

manuel Mahé
Membre
manuel Mahé

A vrai dire, il n’y a toujours rien de prouvé au sujet de la zone 51 et des short greys. il en est de même au sujet de l’existence des extraterrestres. La polémique est elle syndicale?

Meilleurs vœux pour 2019.

Poget Thierry
Membre
Poget Thierry

Je ne pense pas que le velcro soit d’origine extraterrestre, car c’est un compatriote suisse qui l’a inventé en s’inspirant d’une certaine plante et qui en a déposé le brevet….

A moins que lui-même aie été un contacté et aie eu à faire avec les ET …

Bien à vous.

ymdougoud
Membre
ymdougoud

La plante bardane possede des graines dont l’extremité recourbée d’accoche aux objets fibreux ou pelage des animaux . J’ai eu le meme idée en France en 1971 j’avais 11 ans de faire ce materiau Velcro …J’ai eu aussi l’idée de l’electret a la meme epoque qu’on m’a dit impossible et qui existais deja …Ces idées comme la legende indienne des “oiseaux” qui se posent sur la tête d’un reveur et probablement de plusieurs jusqu’a ce que l’idée oiseau se fasse une sorte d’arbre dans la réalisation de ce reve si le terroir ( l’homme ) y est propice .

Michel HUBER
Membre
Michel HUBER

Tout juste ! À Aubonne / canton de Vaud / à fraîche à l’entrée d’Aubonne…

Poget Thierry
Membre
Poget Thierry

Bonjour,

A toutes celles et ceux qui m’en feront la demande sur mon adresse mail [email protected], je leur transmettrais mon témoignage et mes informations concernant cette photo d’ovni que j’ai capturée le 07 mai 2009 au-dessus de Lausanne en Suisse.

Bien à vous.

Poget Thierry
Membre
Poget Thierry

Bonjour,

J’ai appris quelque chose sur Henry Ford qui fait que même si mon père avait eu plusieurs Ford et que moi-même, ma première voiture fut une Ford fiesta, aujourd’hui si l’on m’en offrait une je la refuserais.

Il y a une bonne dizaine d’années que j’ai eu l’information qu’à chacun de ses anniversaires, Hitler recevait d’ Henry Ford, un chèque de 50’000.- $.

Depuis il ne faut plus me parler des admirables voitures Ford, aussi excellentes leurs performances soient-elles sur la route.

Bien à vous.

Alain Hardy
Membre
Alain Hardy

FORD : Ferraille, Ordure, Rebut, Détritus