Le gouvernement veut taper dans le porte-monnaie des policiers

Sécurité: La «fiscalisation» d’une indemnité provoque la colère des syndicats de policiers

FISCALITE Bercy veut imposer l’indemnité journalière d’absence temporaire que touchent les gendarmes mobiles et les CRS…

« Une mesure inacceptable ». Les principaux syndicats de policiers sont vent debout contre la possible « fiscalisation » d’ une indemnité spécifique aux forces mobiles, augmentée récemment par le gouvernement.  Ils menacent même d’organiser des « actions » si elle était maintenue. Il s’agit de l’indemnité journalière d’absence temporaire (Ijat) que touchent les gendarmes mobiles et les CRS lorsqu’ils sont loin de chez eux en maintien de l’ordre à Paris par exemple.

Le gouvernement avait décidé d’augmenter l’indemnité en mai en pleines manifestations contre la loi Travail durant lesquelles les forces de l’ordre ont été « confrontées à la violence », selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve qui l’avait annoncée. L’augmentation de l’Ijat avait déjà été promise en 2015, après des mouvements syndicaux et la manifestation du mécontentement de la base.

« Un mouvement dur se met en place »
Les syndicats de police dénoncent aujourd’hui une « volonté de Bercy » de fiscaliser l’Ijat, 39 euros au 1er janvier 2017, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent.
Alliance, premier syndicat de gardiens de la paix, a jugé, dans un communiqué, la « mesure inacceptable ». « Nos collègues CRS attendaient davantage de reconnaissance de l’Etat en rapport à leur engagement sans faille plutôt que de leur ponctionner du pouvoir d’achat », dit-il. Le syndicat demande l’abandon de la mesure et menace « d’actions de grande envergure » en cas de refus.

« C’est inadmissible », a dit Nicolas Comte pour Unité SGP-police FO (second syndicat) « à l’heure où les CRS sont absents deux cents jours par an » car « en déplacement ». « Un mouvement dur se met en place », a-t-il aussi affirmé.

Ça chauffe chez les CRS. Alors que les principaux syndicats de policiers ont critiqué mercredi la possible “fiscalisation” d’une indemnité spécifique aux forces mobiles, augmentée récemment par le gouvernement, un très fort mouvement de grogne gagne les compagnies de CRS françaises.

Dans le Sud-Ouest, de source syndicale, le taux d’arrêt maladie, ce matin, atteint 90% dans deux compagnies, Toulouse et Agen. L’épidémie de grogne frappe aussi durement la compagnie de Bordeaux, actuellement en déplacement.

Le mouvement pourrait s’étendre très rapidement..

http://www.20minutes.fr/societe/1920607-20160908-police-fiscalisation-indemnite-provoque-colere-syndicats

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Le gouvernement veut taper dans le porte-monnaie des policiers"

Me notifier des
avatar
3000
nina-kck
Membre
nina-kck

Mais qui va taper sur les CRS qui manifesteront !!??

zebulon
Membre
zebulon

Il me font rire avec leur faux État d’urgence

véronique
Invité
véronique

“de source syndicale, le taux d’arrêt maladie, ce matin, atteint 90% dans deux compagnies, Toulouse et Agen.”
La voilà la solution ! Tous les fonctionnaires devraient faire pareil!
Arrêt pour maladie due au système.
Ils ont encore ce recours là que n’ ont pas les autres.
S ‘ils se mettent en arrêt c’ est la porte direct.Les fonctionnaires ont cet immense avantage qu’ ils ne peuvent pas être renvoyés.

véronique
Invité
véronique

Le gouvernement applique la maxime de Sarkonazy qui allait chercher la croissance avec les dents. Il les a si longues qu’ elles ont dû rayer les parquets de l’ Elysée.Du coup ça a donné des idées aux suivanst:
-obliger les propriétaires à payer une taxe spéciale s’ ils n’ ont plus de crédits à rembourser ( un comble !)
-sucrer l’ APL et le RSA
-sucrer les postes de fonctionnaires
– sucrer les indemnités des flics.

Il faut croire que c’ est vraiment la fin de la cabale et comme il n’ y a plus de fonds de tiroir ils s’ attaquent directement aux meubles…

wpDiscuz