La recherche confirme que nous héritons de l’accumulation des traits non génétiques (peur, joie) de nos ancêtres tout au long de leur vie

(Christina Sarich) Des chercheurs de l'Institut Max Planck d'Immunobiologie et d'Epigénétique ont confirmé une hypothèse importante dans un domaine émergent et controversé : nous héritons de nos parents et grands-parents beaucoup plus que nos gènes, nous héritons aussi d'un ensemble d'instructions d'expression génétique qui engendre une tendance au positivisme et à la joie, ou à la maladie et à la dépression.

Nous recevons des instructions génétiques héréditaires sur la façon dont nos gènes sont formés en fonction du régime alimentaire, du mode de vie et de l'environnement de nos parents. Ces activités jouent un rôle majeur dans la connexion ou l'extinction de gènes particuliers.

Les chercheurs de l'Institut Max Planck d'Immunobiologie et d'Epigénétique ont maintenant une réponse à la question des traits génétiques déterministes par rapport aux facteurs environnementaux. Ils ont montré que ce n'est pas seulement l'ADN héréditaire qui régule l'expression des gènes chez la progéniture humaine; Il est également hérité d'instructions épigénétiques.

Certaines recherches des plus rigoureuses menées sur cette théorie prouvent maintenant que les modifications épigénétiques accumulées pendant toute la vie peuvent traverser la frontière des générations, et être héritées par les enfants ou même les petits-enfants.

L’épigénétique : Comment les expériences des générations passées peuvent affecter qui nous sommes

Ce sont des nouvelles fascinantes lorsqu’elles sont associées à d'autres recherches qui suggèrent que nous pouvons également changer notre propre expression épigénétique tout au long de notre vie, simplement en modifiant régimes, niveau d'activité physique, temps passé dans la nature, activisme positif, etc…Surtout en raison du fait que plus notre système de soins de santé est devenu « meilleur », plus nous sommes devenus malades.

Par exemple, le tabagisme change la composition épigénétique des cellules pulmonaires, de sorte que même les petits-enfants de ceux qui fument sont plus susceptibles d'avoir des maladies pulmonaires. D’un côté positif, ceux qui courent trois kilomètres par jour et qui ont une alimentation saine, tout en s'abstenant de fumer, transmettent une expression épigénétique de sorte que les cellules pulmonaires se forment de manière saine.

Les facteurs de stress environnementaux, par exemple, entraîneront un groupe de gènes à devenir méthylé. La méthylation semble influencer l'expression des gènes en affectant les interactions avec l'ADN des protéines de la chromatine et des facteurs de transcription spécifiques. Bien que les schémas de méthylation soient très stables dans les cellules somatiques, l'embryon se caractérise par de grandes modifications de l'ADN.

Cela signifie également que, bien que nous ayons hérité d'une expression de gène qui soutiendrait le cancer ou la dépression, nous pouvons changer la façon dont nos gènes s'expriment par nos actions au moment présent, tout en affectant des changements positifs pour les générations futures.

Bien que la santé physique et mentale des gens semble s'effondrer tout autour de nous, nous avons la possibilité de prendre en charge notre propre évolution génétique mais cela ne se produit pas dans une boîte de Petri, ni par l’ingénierie biogénétique. Cela se produit en faisant des choix différents.

Cet acte est un défi contre la propagande transhumaniste et l'IA qui nous dit que nous devons nous augmenter avec des parties robotiques pour surmonter la maladie et la mort, ou que nous devons renoncer à notre cerveau au profit d’un cloud IA afin de rester "assez intelligent" pour prospérer.

Plusieurs leaders de la pensée affirment que nous nous dirigeons vers la Quatrième Révolution Industrielle caractérisée par une gamme de nouvelles technologies qui fusionnent les mondes physique, numérique et biologique, impactant toutes les disciplines, les économies et les industries, et même les idées nouvelles sur ce que cela signifie d'être Humain - mais ils ignorent une multitude de recherches qui affirme que nous pouvons nous soigner nous-mêmes. La maladie est, en fait, un mensonge perpétué par une industrie qui nous transformerait en esclaves obéissants. Nos corps ont été conçus de manière intelligente pour se guérir eux-mêmes lorsqu'ils sont dans le bon environnement pour le faire.

Nous avons déjà le pouvoir de changer notre propre ADN et celui de nos enfants par des régimes sains, la pratique de la méditation, le temps passé dans la nature plutôt que devant un écran ainsi que le désengagement d'une matrice qui cause le stress et la maladie. Maintenant même la science le prouve.

Par Christina Sarich, le 13 août 2017

A propos de l'auteur

Christina Sarich est musicienne, yogi, humanitaire et écrivain freelance. Elle transmet des heures d'étude sur Lao Tseu, Paramahansa Yogananda, Rob Brezny, Miles Davis et Tom Robbins en informations intéressantes pour vous aider à réveiller votre petite tête somnolente et pour avoir une vision globale. Son blog est « Yoga for the New World ». Son dernier livre est “Pharma Sutra: Healing The Body And Mind Through The Art Of Yoga” (Pharma Sutra: guérir le corps et l'esprit à travers l'art du yoga)

Source : http://www.stillnessinthestorm.com/2017/08/research-confirms-we-inherit-nongenetic-traits-fear-joy-from-our-ancestors-accumulated-throughout-their-lifetimes.html

Traduction Sandrine pour Stopmensonges.com

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "La recherche confirme que nous héritons de l’accumulation des traits non génétiques (peur, joie) de nos ancêtres tout au long de leur vie"

Me notifier des
avatar
3000
nrv
Invité

Ouais, ça fait bien deux ans qu’on dit que nous ne sommes plus ce que nous mangeons, mais celui que nous nourrissons. (Dr R.A.Miller)
Transmutez, transmoutons…

Pierre Vodoz
Membre

Un article sur le Dr Thomas-Lamotte a déjà été publié sur Stopmensonges. La lecture partielle (car c’est dense !) de son deuxième ouvrage “L’interprétation des maladies” est bouleversante de pertinence. Une continuation “logique” si l’article ci-dessus a résonné en vous et que vous vous demanderiez vous aussi: “Et si la maladie n’était pas un hasard ?” (titre du premier ouvrage du même auteur).
http://stopmensonges.com/linterpretation-des-maladies-dr-pierre-jean-thomas-lamotte/

wpDiscuz